Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 16:06

exposition

du 18 septembre au 24 octobre 2008
 

Galerie Rouge - Bordeaux


 Anne-Marie Cutolo  Fabien Claude
A.-M. Cutolo F. Claude




L'Un et l'autre

Anne-Marie Cutolo et Fabien Claude exposent régulièrement ensemble. Leur sujet  commun  est la souffrance. Ils ne la tiennent pas à distance car elle est pour l'un  et l'autre un savoir. Savoir du corps massacré qui se fait langage pictural chez Cutolo.  Ressort de la connaissance chez Claude qui à l'inverse de sa compagne ignore la chair, dissout les corps, dit l'effroi par la pudeur. La douleur  explosive  de Cutolo s'oppose à celle  intérieure et implosive de Claude.

Chez Cutolo, les corps nus sont écorchés, les chairs  déchirées. La blessure est intime. La détresse à fleur de peau, physique et brutale.  Au paroxysme de la douleur, le sang circule, les nerfs et les tissus palpitent. Obscénité des ventres qui livrent leurs entrailles, des membres  mutilés.  Abandon au tourment, violence du désespoir . Mais aussi tendresse et compassion. Vertige libérateur enfin, comme au bord d'un ravin qui s'ouvre à  la vie secrète,  bouillonnante et désordonnée.


« L’action décisive est la mise à nu. La nudité s’oppose à l’état fermé, c’est-à-dire à l’état d’existence discontinue. C’est un état de communication, qui révèle la quête d’une continuité possible de l’être au-delà du repli sur soi. Les corps s’ouvrent à la continuité par ces conduits secrets qui nous donnent le sentiment de l’obscénité. » (1) Georges Bataille.


Chez Claude, les personnages raides, dressés, sont des êtres vêtus de manteaux massifs, ronds, et creux qui dissimulent bras et mains et la quasi totalité d'un corps squelettique, décharné. Sur fond uniformément noir, le peintre met en scène la mort personnifiée ou plutôt son serviteur.  L'austère verticalité de ce messager funeste traduit un refus du deuil et rend tragique, l’inattendu de  la mort. Une certaine forme d'esthétisme dans cette peinture, ajoute un sentiment de lassitude, une acceptation du désespoir.


« Pour nous qui sommes des êtres discontinus, la mort a le sens de la continuité de l’être ». (2) G. Bataille.

Un peintre m'expliquait un jour qu'il n'y a que deux façons de construire un tableau. Qu'il soit  abstrait ou figuratif, peu importe. Soit on organise les masses et les figures selon les axes horizontaux et verticaux ,  soit on utilise les obliques et les diagonales associées au cercle. Verticales et horizontales  dessinent un repère orthonormé, évoque une circulation immuable dans les sens terre, ciel et Est, Ouest. Le cercle  lui, n'est jamais parfait, il évolue vers la spirale, suggère un vide, une aspiration.  Cutolo, peint de cette manière utilisant les obliques et leurs infinies combinatoires. Ses sujets sans assises, à la limite du déséquilibre, basculent parfois, noyés dans la couleur. Claude  à l'inverse, construit toujours ses tableaux  selon l'autre façon à ceci près qu'il  n'exploite aucune ligne horizontale dans sa composition. Son  personnage occupe la toile selon un axe  vertical  exclusif à peine décentré. Il n'y a donc ni horizon, ni perpendiculaire.  L'espace ainsi créé est retourné, mis " hors du temps". En l'absence de lignes séquentes, l'impossibilité de la  croix suggère un sortilège,  l'absence de consolation. 


 La peinture d'Anne-Marie Cutolo et celle de Fabien Claude explorent un même territoire, celui de la douleur, mais parce que leurs rapports respectifs au corps sont différents,  leurs langages plastiques et leurs propos sont distincts. Cutolo et Claude ont toutefois également en commun une dynamique qui brise les cocons, emporte la barque et ainsi libère celui qui crée comme celui qui regarde, de la pesanteur du désespoir.

L'exposition de leurs oeuvres récentes est à voir du 18 septembre au 24 octobre 2008 à la galerie Rouge à Bordeaux.


Catherine Plassart





(1) L’érotisme, page 24 Georges Bataille
(2) L’érotisme, page 19, Georges Bataille



Informations pratiques :

Galerie Rouge
Natacha Dost-Lillet
19,rue du Professeur Demons
33000 BORDEAUX
Tel. 06 87 46 02 29 - Fax: 05 56 16 78 79
natacha@galerierouge.org


Voir aussi : la vitrine d'Anne-Marie Cutolo sur Art Point France ICI  et le site de la galerie ICI

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Ouest : expositions
commenter cet article

commentaires