Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 10:27

"Comme si la peinture n'avait  jamais existé."


du 24 octobre 2008 au 2 février 2009


Musée des Beaux-Arts de Lyon.



Barnett Newman


L'an 01 de la peinture - MBA de Lyon
Un des axiomes de cette exposition est que la guerre de 1939-45 s'est  caractérisée par l'aboutissement de la fin du conformisme esthétique.  Et il est vrai que la seconde moitié du XXème siècle,  quand elle n'a pas été "congelée" comme c'était le cas pour les pays  satellites de l'Union soviétique ou parfois rendue amnésique comme  beaucoup de ceux , sans histoire longue, du continent américain, nord  et sud compris, a su congédier l'ordre établi.


Ce qui fait la force de ce projet du musée des Beaux-Arts de Lyon est  justement de montrer la nouveauté de la démarche d'artistes inscrits  contre l'uniformité poussive si facilement prétendue pure. Ce mouvement de révolte est propre à une nouvelle génération occidentale souvent en exil réel et intérieur d'ailleurs, en état d'insoumission viscérale. Refus d'une justice autoproclamée en peinture, utopie de la critique  des images inséparable de celle de la société voire du monde dans son  ensemble. Paysagisme du désir, images abstraites d'âmes (faussement)  "simples". Négation  radicale de toute la peinture jusque là  existante. Et partant, indéniable divergence avec bon nombre  d'approches binaires qui opposent encore la bonne et la mauvaise  pratique, l'art et son imitation, le "métier" et son contraire.


B. Newman, B.V. Velde, S. Poliakoff, Tapiès, et bien d'autres présents  ici sur tous formats et supports, sont convoqués là pour témoigner de  l'éloquence capable de cette décision fructueuse de repartir à zéro. Elimination du dessin académique tellement vu, épuration des formes,  comme en une musique, profondeur du changement d'attitude devant le  papier ou la toile. Marche funèbre de la bonne conscience dans les arts plastiques ( par  delà toute rigidité et démarche édulcorante).

PG

Exposition "Repartir à zéro" 1945-1949. Comme si la peinture n'avait  jamais existé. Du 24 octobre 2008 au 2 février 2009, Musée des Beaux-Arts de Lyon.




Riopelle
Informations pratiques :



Musée des Beaux-Arts de Lyon
20 place des Terreaux
69001 Lyon
33 (0)4.72.10.17.40



Ouvert tous les jours sauf mardi et jours fériés de 10h à 18h, vendredi de 10h30 à 18h.


voir aussi : le site du MBA



photos : (1) B. Newman, (2) Riopelle

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 07:21

sculptures


du 20 septembre 2008 au 01 février 2009.


Mamac  -  Nice



Adolph Gottlieb

Aucun fanatisme, aucune punition ici infligée à la sculpture, mais une  tendance subversive exprimée d'une autre manière. Lui qui s'était fait  un devoir de montrer les racines primitives (indiennes ?) dans la pensée  et dans la société américaine. Adolph Gottlieb s'est donc essayé  durant l'année 1968 à la sculpture, conseillé par son ami Tony  Rosenthal. Des maquettes de carton ( à voir au Mamac), puis des  bronzes, des découpes d'acier et d'aluminium peints, avec l'aide d'un  soudeur. Des "images" en interaction à l'intersection l'une de l'autre  et à l'écart de tout thème explicite. Mais des pictogrammes, symboles,  abstractions comme en peinture, jamais glacés, ni déserts en affects.  A regarder à la manière d'un tableau en trois dimensions ou un livre  
volumineux en couleur que l'on feuilletterait.


Gottlieb s'est donc lancé dans l'aventure avec rigueur et cette  excursion dans l'acier correspond parfaitement à sa voie esthétique  approfondie en peinture simultanément. Une introduction à la théorie ludique dans l'art à la suite d'André  Breton et des artistes du désir, habités par la passion de jouir des  vertus du monde : fleurs, soleils, terre, étoiles, comme en passant.

PG

"Sculptures de Adolph Gottlieb", du 20 septembre 2008 au 01 février 2009. Mamac de Nice.



Informations pratiques :

MAMAC
Promenade des Arts
06364 Nice cedex 4


Accès
Tramway : arrêt Garibaldi ou Cathédrale-Vieille Ville
Bus 4, 7, 9, 10 : arrêt Klein/Defly
Bus 16 : arrêt Pont Barla ou Promenade des Arts
Bus 17 : arrêt Pont Barla ou Defly
Bus 3 : arrêt Garibaldi ou Cathédrale-Vieille Ville

Parkings
Promenade des Arts, Marshall

Horaires
Tous les jours de 10 h à 18 h sauf le 25 décembre et  le 1er janvier

Entrée gratuite (depuis le 1er juillet 2008)


voir aussi : le site du MAMAC de Nice

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 06:04

"Irrespektiv"


du 19 septembre  2008 au 04 janvier 2009


MAC de Lyon



Kendell Geers


Kendell Geers : sans conséquence sur la société.
L'idée de bonheur est absente de ce travail. Une théorie en mode  négatif ("terroriste" ?) prête à se ruer sur les têtes les plus  faibles... Et décidée à jouir de tous les privilèges qu'accorde  souvent aujourd'hui l'Institution aux vicieux. Un goût de querelle qui  papillonne sans amour. Une demande sans avantage, ( des notes bourrées  de bavardages ?).

C'est l'actualité qui prime chez Kendell Geers. Cette rétrospective  intitulée ironiquement "Irrespektiv" est basée sur "l'insolence et la  provocation" selon les uns, "le sexe et la peur" pour les autres et  elle réunit 60 oeuvres réalisées ces 15 dernières années.

Où est le trouble parmi les installations (cadavre d'automobile),  objets (tesson de bouteille), photographies (pornographie), oeuvres  vidéo ? Autoportrait plutôt sous-jacent qui relit méticuleusement les  années comme un dessin des banalités post-modernes, en notre temps de  fin des idéologies et de perte de repères. Découverte donc de la  fragilité et de la vulnérabilité dont un certain nombre ne se console  pas sans doute.

Une oeuvre qui se veut subversive et qui n'est que le dédoublement de  la société de l'éternelle dictature de la "raison" commune.

PG

Exposition Kendell Geers : "Irrespektiv", MAC de Lyon, 19 septembre  2008 au 04 janvier 2009.


photo : Monument to the Unknown Anarchist, 2007.  Voiture, feu, gaz, béton, verre. 170 x 247 x 376 cm.
Courtesy de l'artiste Stephen Friedman Gallery et Galleria Continua. Photographie: Lydie Nesvadba 



Informations pratiques :

Cité Internationale
81 quai Charles de Gaulle
69006 Lyon
France

+33 4 72 69 17 17 ou +33 4 72 69 17 18

Du mercredi au dimanche de 12 h à 19 h


voir aussi : le site du MAC de Lyon

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 10:12

 Délicats désastres et Cie
peintures, dessins, lithographies, livres



du 26 septembre au 31 octobre 2008



Galerie Remarque - Trans-en-Provence (83)




Daniel Nadaud 




Ils sont deux, Daniel Nadaud,  peintre et plasticien et Bernard Noël poète et écrivain pour enfoncer le clou à la galerie Remarque, le temps d'une exposition du 26 septembre au 31 octobre et l'espace d'une publication titrée "Le grand massacre".



Paroles d'artiste.

"Né à Paris au milieu de la seconde guerre mondiale, je n’ai pas consciemment entendu le vacarme des combats aériens. On m’a raconté cette guerre, ainsi que la précédente. Puis la guerre d’Algérie s’est installée, je l’ai côtoyée dans les rues de Paris, patrouilles de police, hommes abattus sur le trottoir, dans le métro... On ne disait rien, on ne savait souvent, ni pourquoi, ni par qui ? Guerre coloniale sans nom. Manifestations énormes, oppressantes, tragiques, 1963, juste après l’indépendance, je me suis retrouvé soldat de l’infanterie de marine à Mers-El-Kebir !
L’Histoire nous façonne, elle se mêle à notre petite histoire et facilement la broie. Reconstruire parallèlement est illusoire, j’en conviens, cependant l’illusion me nourrit, l’Art y participe, paysan de Paris je rêve... Avec en arrière plan ces incurables catastrophes, celles que l’homme perpétue inlassablement ; pour assouvir le pouvoir de quelques-uns au détriment de tous les autres. Aussi ne puis-je pas me soustraire de cet arrière plan ou plus exactement, ai-je décidé de l’exprimer. D’enfoncer le clou, je n’ai à ma disposition que de fines épines, le tracé et l’énumération, l’association contre-nature, la dérision, l’impuissance et une tendre mais inébranlable rage."
Daniel Nadaud





Paroles d'écrivain.
Le grand massacre.

Depuis que le passé est notre avenir, nous mourons sans cesse et même plusieurs fois par jour, tantôt tueurs, tantôt victimes. Cette inversion toujours possible des rôles entraîne une instabilité des corps : on coupe tellement de têtes, tellement de membres qu’on ne sait plus à qui celle-ci, à qui ceux-là. Et la confusion s’augmente d’un acharnement contre les animaux, mais qui voudrait limiter la liberté qu’autorise le grand massacre ? On égorge, on étrangle, on coupe le haut et le bas, on sépare l’inséparable, on y va à la hache ou à la machette, on fait des tas où le mélange des restes défie le vieux sens de la propriété tout comme celui de l’identité. Le soir, quand vient l’heure du repos, on s’amuse à des assemblages. Certains rentrent ainsi chez eux sur quatre jambes ou bien s’ajoutent des bras pour multiplier leur part de butin. Le jeu le plus apprécié est d’arracher le visage de l’imbécile qui se laisse décapiter avec résignation. Il n’est bien sûr que juste et raisonnable d’en finir avec la servilité...
Bernard Noël



Informations pratiques :

Vernissage le vendredi 26 septembre 2008 à partir de 18h
en présence de l'artiste et de l'auteur. Lecture de bernard Noël à 19h30.

Galerie Remarque  
2, place de l'Hôtel de ville
83720 Trans-en-Provence
ouvert  du mardi au samedi de 15h00  à 19h00 


voir aussi : le site de l'artiste www.danielnadaud.com

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 08:03
"Peintures et dessins


du 27 août au 18 octobre 2008



Galerie l’R du Cormoran -  Pernes les Fontaines (84)




 

Sylvie Deparis


Depuis le 27 août et jusqu'au 18 octobre 2008, la galerie R du Cormoran à Pernes les Fontaines accueille l’artiste Sylvie Deparis.  L'exposition propose une sélection d’une trentaine d'oeuvres récentes,  dessins de différents formats, peintures  réalisées sur papier ou intissé et marouflées sur toiles .


"Pour communier avec les infinies variations et les multiples métamorphoses de ce qui est, le corps cherche l’ouvert, la fluidité, l’impalpable, le questionnement de l’inconnu, et, dans ce désir de l’intime, structure et façonne l’expérience créatrice. " Sylvie Deparis

Inspirée par le végétal,  Sylvie Deparis , à partir d'un  même objet de la nature, travaille sur les différentes perceptions qu'elle en a. Celles-ci, inattendues,  naissent de la diversité des moments, des changements de lumière, des déplacements de point de vue. Une affaire de regard qui traque les minimes variations de l'identique, qui saisit les subtiles vibrations liées à un temps donné, qui s'absorbe dans une approche du vivant jaillissant mais impalpable.


Le langage de l'artiste possède un rythme, il écrit une musique dont les échos font  délicatement tressaillir la matière et son fondement immatériel. Le trait fouille et désenfouit du substrat végétal,  l'énigme des flux vitaux et les mystères de la substance. La ligne  sinue, se brise et court infiniment, décrivant le désir d'une révélation, la quête d'une image de l'unité qui se dérobe sans cesse, mais apparaît parfois dans la représentation élémentaire du fragment.


L'expérience créatrice pour Sylvie Deparis est un  voyage au pays des formes simples du végétal, dans l'abandon du corps lourd  et guidé par la main qui dessine. Elle multiplie les mouvements, se déplace dans "les lointains intérieurs"  (H. Michaux) quêtant une expérience apaisante de l'ouvert,  espérant entre "Centre et absence" (id) des dégagements inconnus.

C.P.



Informations pratiques :

L'R du Cormoran
5 rue de la Halle
84210 Pernes-les-Fontaines
(33) 04 90 11 01 59
contact@galerie-r-du-cormoran.com
ouvert du mercredi au vendredi 15h/19h

et le samedi 10h/12h et 15h/19h


voir aussi : le site de la galerie R du Cormoran, la vitrine de Sylvie Deparis sur Art Point France, le catalogue de ses livres d'artiste

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 07:54

Oeuvres choisies



du 10 octobre 2008 au 04 janvier 2009. 



Espace Riquet -  Béziers (34)


Franta


Avec Franta : libérer l'humain.
L'oeuvre de Franta est riche d'une fortune considérable : celle des  renégats de la société de consommation, laquelle a réduit tous les  sujets à des outils de reproduction du Capital (d'Etat ou privé). En  un mot on ne peut pas se passer de tels artistes. Ses personnages charnus, ses femmes dressées chargées de fruits  extraordinaires parlent d'autre chose que de concurrence ou de  féodalité, voire de pillage. Ses hommes nus envahissent la toile ou le papier. Ses sculptures font  de l'Afrique autre chose qu'un continent "paria". A la question " Comment se débarrasser de l'infâmie ? " Franta semble  répondre : - Hé bien, en chassant d'abord la misère des art plastiques. Justice  et réparation viendront ensuite. C'est en effet ce que demande un tel art. Car les singes se passent peut-être de beauté, mais pas l'homme.
PG

Exposition "Oeuvres choisies de Franta" du 10 octobre 2008 au 04 janvier 2009. Musées de la ville de Béziers, Espace Riquet, 7 Rue Mussol 34500 Béziers.


photo : "Huitième jour"  1998,  bronze hauteur 215 cm



Informations pratiques :


Espace Riquet
7- rue Massol
34500 Béziers
04 67 28 44 18

voir aussi : le site de la ville de Béziers, le site de Franta, la vitrine d'Art Point France
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 07:59

"Jaume 1er : Montpellier 1208, Valencia 1276"


du 27 septembre  au 30 novembre 2008.


A cent mètres du centre du monde
Centre d'art contemporain - Perpignan (66)

 Dominique Gauthier  Javier Chapa



C'est en premier lieu une exposition autour de la nécéssité  de penser  "l'Arc latin" certainement et l'utopie d'une organisation de la  méditerranée selon le voeu de l'union européenne. Mais ce rêve remonte  au 13ème siècle au moins. Jaume 1er, politicien de la géographie  catalane désirait une ouverture sur la mer depuis les Alpes jusqu'à  l'Ebre, sans doute se voulait-il le continuateur de l'idéal d'un Etat  méditerranéen.


En se plaçant du point de vue de cette "architecture" réduite à  l'essentiel d'un axe historique, les organisateurs de l'exposition  actuelle du Centre d'Art Contemporain de Perpignan (ACMCM) inaugurent  un projet qui suit nécessairemnt une définition que tous les  mathématiciens se donnent : aller dans le sens d'une chose possible  comme si elle était donnée en partant d'hypothèses non contradictoires  déterminées à produire un résultat.


C'est ainsi que Dominique Gauthier développe une oeuvre d'apparence  baroque, qui cependant n'a rien d'aléatoire  mais possède comme issue  la  seule raison, sans défaut, se plaçant au niveau de l'éternité (de  l'exercice de la pensée). Une manière d'envelopper "l'essence" dont  nous parle Spinoza, mais dont on ne peut rien affirmer "puisque  l'ordre des causes nous échappe" (Ethique).


Quant à Javier Chapa, il arpente la ligne à l'infini, ses parties, les  surfaces formées de ses entrecroisements, pour reconnaître le lieu  qui nie le vide. Connexions, conventions, existences composées de  parties distinctes et complémentaires affectées de différences modales  mais non profondes.


Concevoir analogiquement l'espace méditerranéen  qui s'engendre et se maintient comme une substance qui ne souffre, ni séparation, ni  division (toujours Spinoza, Ethique) telle est sans conteste la visée  d'ensemble de cette exposition unitaire.


PG


Informations pratiques :

ACMCM
A cent mètres du centre du monde
Centre d'Art Contemporain
3 Avenue  de Grande-Bretagne
66000 Perpignan.

tel 04 68 34 14 35


Ouvert tous les jours de 15h00 à 19h00
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 06:38

de Giacometti à Baselitz


du 20 septembre au  23 novembre 2008


Hôtel des arts - Toulon (83)

 Rosemarie Trockel Georg Baselitz  
 Rosemarie Trockel  Georg Baselitz



L'Enigme du visage

Si pour Michel Foucault ( Les Mots et les Choses), l'Homme a une  origine, une histoire et un destin limités, tout comme la mort de Dieu  annoncée au XIXe par Nietzsche, celle de l'Homme dépouillé de soi par  les structuralistes dans les années soixante sert le désespoir des sociétés modernes. Ainsi l'accumulation des corps dans les camps "disciplinaires" des  sociétés totalitaires de l'Est et de l'Ouest aura permis cette dette  et cette tâche jusque là impensable pour les artistes contemporains :  peindre l'histoire de l'homme détruit. Difficile relation aux pouvoirs qui s'imbriquent avec celles du vide  intérieur (voir les "jalons" de Fautrier, ceux encore de Music). Capitalisme d'Etat (communiste) ou libéralisme forcené à l'opposé et  individualisme singé, la réduction politique de l'homme à un  corps-machine (non désirante) marque l'ébranlement de la foi  humaniste au XXe siècle.


Alors ? De Baselitz, issu de La RDA (République démocratique allemande) " Portrait" de 1965, à Tal Coat (l'homme de l'Ouest)  "Autoportrait" 1980, émerge une histoire nouvelle, essentielle pour  comprendre le vacillement du cartésianisme européen (le "Je pense donc  je suis" se métamorphosant en " Je pense où je ne suis pas" chez Lacan  par exemple). L'âge de l'art contemporain transcrit en peinture, le recueil de nos  nouvelles transparences, neutralités et traits communs. Une nouvelle taxinomie s'impose d'êtres vivants universellemnt conçus  comme des choses dont l'agencement fait un monde structuré par les  mots : mort  (Klasmer 1989), tige ( Giacometti), invisible (Trockel 1996), disparition (Hélion "Autoportrait" 1980) ...

Et ainsi le vieil impératif biblique "Tu ne tueras point" encombrant  les esprits perd du terrain face  à un être prenant la forme de la totalité lourde  et sans contenu que les artistes brandissent comme garde-fou avec en 
tête pour certains un au-delà infini qui a pour aspect peut-être un  visage de Vinci.


PG

"Le Visage qui s'efface" de Giacometti à Baselitz, du 20 septembre au  23 novembre 2008. Soixante artistes (Giacometti, Klee, Fautrier,  Michaux, Dubuffet, Baselitz, Music...).





 Gabi Klasmer  Erik Dietman
 Gabi Klasmer  Erik Dietman



Commissariat  : Itzhak Goldberg, maître de conférences à l’Université Paris X en Histoire de l’Art



ARTISTES : GILLES AILLAUD / PIERRE ALECHINSKY / DIETER APPELT / LYDIE ARICKX / EDUARDO ARROYO /SHIMON ATTIE / BASELITZ / HANS BELLMER / FRANÇOIS BOUILLON / REBECCA BOURNIGAULT / JONATHAN CALLAN / JEAN-MARC CERINO /ANTONI CLAVÉ /CHUCK CLOSE / PHILIPPE COGNÉE / JOHN COPLANS / ISABELLE CORNARO / ERIK DIETMAN / RONIT DOVRAT / DUBUFFET / FRANÇOIS DUFRÊNE /FAUTRIER / ESTHER FERRER / G!RARD GASIOROWSKI / GIACOMETTI / ROGER EDGAR GILLET / MICHEL HAAS / JEAN HÉLION / GABI KLASMER / KLEE/DENIS LAGET / ANGE LECCIA / MICHAUX / DENIS MONFLEUR / MUSIC / YAN PEI-MING / MARC PEREZ / PIGNON-ERNEST / ARNULF RAINER / RANCILLAC / REBEYROLLE / SOPHIE ROCCO / JEAN RUSTIN / MICHEL SALSMANN / ANTONIO SAURA / GHELA SCHARFSTEIN / ADRIENA SIMOTOVA / PIOTR SZUREK /  TAL-COAT / TÀPIES / THUPINIER / ROSEMARIE TROCKEL / BRAM VAN VELDE / JÜRGEN WALLER / DORRIT YACOBY / LI YONGBIN / ZHAN XIAO GANG



photos : Rosemarie Trockel, Sans titre, 1996, Peinture acrylique, encre de Chine sur papier, 30 x 22 cm Collection Centre Georges Pompidou 􂡋 ADAGP, Photo CNAC/MNAM Dist RMN  photographe Adam Rzepka

Gabi Klasmer, Sans titre, 1989, Acrylique sur toile, 175 x 175 cm, Collection particulière, Israël MN  photographe Adam Rzepka

Georg Baselitz, Ralph III, 1965, Huile sur toile, 100,5 x 80 cm, Collection Centre Georges Pompidou  Georg Baselitz, Photo CNAC / MNAM Dist RMN  Droits réservés

Erik Dietman, Sans titre, 1989-1990, Aquarelle et crayon gras sur papier velin, 45 x 55 cm, Collection Centre Georges Pompidou  ADAGP, Photo CNAC/MNAM Dist RMN  photographe Philippe Migeat



Informations pratiques :

Hôtel des Arts
Centre Méditerranéen d'art
Conseil Général du Var
236 Bd Général Leclerc.
Entrée libre de 11 h à 18 h
sauf lundis et jours fériés
Tél. 04 94 91 69 18

voir aussi : www.var.fr

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 06:42

 Salon d'art contemporain

Du 13 au 20  septembre 2008


Friche de la Belle de Mai - Marseille (03)





Art-O-Rama : Art pas mort...

Face à la question de la disparition de l'art dans la production  vivante, Art-O-Rama reste vigilant. Ainsi ce salon d'art contemporain  s'appuie sur les recherches diverses en matière de création plastique  en tâchant de dépasser la confusion et pour cela en invitant des  participants de différents horizons géographiques.


La condition requise à la participation étant l'inscription dans un  art en devenir. Le contraire d'un travail inscrit dans la pure et  simple continuité. Pour ce qui est de la rupture le message est explicite.   On retiendra notamment la présentation de l'oeuvre graphique de  Pauline Fondevile qui "mène une pratique traversée par le dessin". Mais  aussi les installations de James Ireland, sculpture minimaliste  reposant sur la transparence, la couleur et le métal. Ou encore la  logique mise au service de l'intuition dans les sculptures de Samon  Takahashi. Et on songe en particulier à " Modulator E ou la  Réapparition, poème proliférant en Kit d'après Georges Perec 2007",  sculpture en Ferrite. Cette oeuvre prend la dimension d'un manifeste  pour la survie du sens dans un univers qui s'en passe de plus en plus  allègrement.

PG

"Art-O-Rama", Salon d'art contemporain, Friche de la Belle de Mai, La  Cartonnerie, 12 Rue François Simon, 13003 Marseille. Du 12 au 20  septembre 2008.






Les exposants :
Estrany-de la Mota, Barcelone — solo show : Pauline Fondevila
f a projects, Londres — solo show : James Ireland
Galerie ACDC, Brest — Bettina Hutschek, Vincent Victor Jouffe, Bruno Peinado, Tony Regazzoni, Pascal Rivet
La Blanchisserie, Boulogne-Billancourt — Jean Bedez, Davide Bertocchi, Samon Takahashi
Parker's Box, New York — Dustin Ericksen et Mike Rogers avec les artistes de la galerie
The Film Gallery, Paris — solo show : Christian Lebrat
Artiste invité — Julien Bouillon


photo : Samon Takahashi
Modulor E ou La Réapparition, poême proliférant en kit d'après Georges Perec.
2007, sculpture en ferrite, dimensions variables, (détail).


Informations pratiques :

Art-O-Rama 2008 Marseille

13 septembre
Vernissage 19h00-00h00

14-20 septembre
Exposition 15h00-19h00

La Cartonnerie
Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin
Parking : 12 rue François Simon
FR - 13003 Marseille

Entrée libre



voir aussi : le site de Art-O-Rama ICI

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 07:13

"Represents"


du 05 juin au 29 septembre  2008


Musée des arts asiatiques - Nice (07)




Comment rendre l'espace présent à lui_même ? C'est la rêverie qui guide les "installations sculpturales"de Shim  Moon Seup dans le jardin du musée des Arts asiatiques de Nice. Les  images surgissent, développent une pensée nourrie des éléments si  chers à cet artiste : la lumière, le fer, l'eau, la pierre, le bois...  auxquels on ajoutera l'air ambiant.

Se donner le droit de réfléchir en songeant au monde à partir d'images  paradoxales. Relever la familiarité et l'étrangeté de nos propres  perceptions, tels sont les théorèmes de ce créateur dont l'esprit est  à l'oeuvre dans l'environnement paysager cité plus haut. Cet art qui a une relation avec la physique s'en détourne cependant et  se joue des obstacles en nous faisant nous émerveiller devant un objet  élu, une forme curieuse, une image séduisante. Celle-ci se fixera en  notre rétine et nous proposera une nouvelle présentation du monde.

PG

Exposition Shim Moon Seup "Represents" du 05 juin au 29 septembre  2008, Musée des arts asiatiques de Nice.


Informations pratiques :

Musée des arts asiatiques 
405 Promenade des Anglais
Arenas
06200 Nice.

33 (0) 4 92 29 37 00

de 10h à 18h
entrée gratuite

voir aussi : http://www.arts-asiatiques.com/html/start.html
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article