Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 10:46

Nature et contrepoints


du 9 décembre 2006 au 21 janvier 2007

 

Galerie HD Nick - Aubais (30)

 

Brigitte Bultez-Brun

Xavier Carrère

 


De Natura 1 et 2 cet hiver, puis 3 et 4 à l'été 2007, ce sont des regards croisés sur la nature des choses et des êtres. Titre emprunté au poême philosophique de Lucrèce (de natura rerum) ces expositions se placent "naturellement" aux sources mêmes de l'art et de la vie sans cesse renouvelés.

Volontairement nous commençons par vagabonder sans idées préconçues, remettant à l'été 2007 l'approfondissement de notre vision de la nature des êtres et des choses, tels que nous les dévoileront les artistes.

De Natura 1 présentera les oeuvres en peinture et sculpture de Thieri Lancereau-Monthubert, Pierre Bendine-Boucar, Mireille Laborie, Xavier Carrère et Brigitte Bultez-Brun.

 

"La création est pour moi une source continuelle d'émerveillement
sans cesse nourrie par la contemplation de la nature,
un mince fil d'or entre ce monde d'en bas et celui d'en haut
une fenêtre ouverte sur l'espérance et Dieu."
Brigitte Bultez Brun

 

Nous attirons aussi votre attention sur l'importance de "papiers" d'autres artistes présentés en dialogue avec l'exposition principale : Véronique Agostini , Anna Baranek , Florence Barberis , Astrig Boissier , Julien Bouissou , Claude Foênet , Jean-Pierre Guiraud, Nicole Lantier , Annie Mahé-Gibert , Sylvie Deparis.

 

informations pratiques :

Vernissage samedi 9 décembre à partir de 16h

ouverture tous les jours de 14h à 19h

 
voir aussi : le site de la galerie HD Nick
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 18:51

Jusqu'au 7 janvier 2007

IAC - Villeurbanne

 

Allen Ruppersberg - One of Many – Origins and Variants

L’IAC présente une importante exposition monographique d’Allen Ruppersberg, artiste conceptuel de notoriété internationale. Il appartient en effet à la première génération d’artistes nord-américains à avoir utilisé le langage comme moyen d’expression à part entière et à avoir puisé sur un mode critique dans tous les éléments de la société médiatique et de consommation. S’il a contribué à l’histoire de l’art conceptuel depuis la fin des années 60, Allen Ruppersberg n’en reste pas moins un artiste inclassable et " insaisissable tant au sens propre qu’au sens figuré ". Son travail s’est également nourri de la Beat Generation et des mouvements de pensée nés en Californie.

Allen Ruppersberg


L’œuvre d’Allen Ruppersberg puise aussi bien dans de nombreuses sources littéraires (Oscar Wilde, Voltaire, H.D. Thoreau, Allen Ginsberg…) que dans les composantes de la culture populaire américaine (roman policier, illustration, bande dessinée…), tout en étant constamment traversée par des références autobiographiques. Ainsi, les lieux de vie de l’artiste – et les relations interpersonnelles qu’ils peuvent générer – sont d’une grande importance dans sa production : Los Angeles et New York avant tout, mais aussi différentes villes européennes (Münster, Bâle, Arnheim, Francfort…).


Allen Ruppersberg explore simultanément différents modes opératoires qui posent véritablement des actes inscrits dans des temporalités particulières (lire, écrire, copier, collecter, collectionner…). L’un des fondements de son œuvre réside alors dans la transposition et le recyclage de ses propres travaux, ou de leurs fragments. Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que les formes d’expression d’Allen Ruppersberg soient extrêmement diversifiées – installation, performance, multiple, peinture, sculpture, dessin, livre, photographie, vidéo… – dans ce qui finit par composer dans sa complexité l’expérience de la création et par (ré)écrire le récit de toute une vie.



Exposition / One of many – origins and variants


One of many – origins and variants met en lumière la passion de collectionneur d’Allen Ruppersberg pour les livres, affiches, coupures de presse, notices nécrologiques, cartes postales et les films pédagogiques et documentaires.


L’artiste soumet chacun des simples artefacts de son vaste archivage (One of Many) -– ce dernier ayant toujours constitué la matière première des œuvres d’Allen Ruppersberg – à un processus d’adaptation artistique et de variation (Origins and Variants), dans le sens de la décontextualisation. De nombreuses copies de multiples sont réalisées sans véritable " original ". Tout comme des œuvres individuelles originales sont des copies, exécutées à la main, d’objets de la vie de tous les jours.


Spécifiquement réalisée pour l’exposition, l’installation intitulée These Fragments… 1968-2003 propose de porter un regard panoramique sur le parcours d’Allen Ruppersberg à travers la " mise en scène " par le biais de pièces de mobiliers de théâtre (créées par l’artiste en 2003), de multiples et d’originaux d’œuvres anciennes (notamment des fragments des projets de nature éphémère Al’s Café et Al’s Grand Hotel) et récentes. Cette installation – sorte d’archivage des œuvres de l’artiste – évoque son point de vue particulier sur les relations entre l’art et la vie, la construction de la fiction et la production du réel, les sphères privées et publique.


These Fragments… 1968-2003 est emblématique d’un des principes fondamentaux de la pratique d’Allen Ruppersberg : créer, assembler, extraire, déplacer, réassembler, tant les œuvres elles-mêmes que leurs " composants ".


L’artiste fait glisser ses éléments visuels et textuels dans de nouveaux contextes, dans un mouvement permanent de distanciation et de réappropriation. Créant une relation particulière de chaque pièce à l’ensemble, Allen Ruppersberg élabore une œuvre vaste et ouverte qui ne cesse de s’autogénérer.

 
 

Anthony McCall - Between You and I et autres films de lumière solide

 

L’artiste anglais Anthony McCall s’est fait connaître dès les années 70 par ses films de « lumière solide » comme l’un des protagonistes du cinéma expérimental. Les dessins qu’il crée dans l’espace à l’aide de faisceaux lumineux ont également produit peu à peu les sculptures immatérielles de l’artiste.

 

Le projet proposé par Anthony McCall pour son exposition à l’Institut, permet d’amorcer une réflexion sur le cinéma expérimental, question qui fera également l’objet de différents cycles de projections.

 

Conférence-discussion autour de l'exposition proposée par Philippe-Alain Michaud, le jeudi 14 décembre à 19h30 à l'IAC.

 

Anthony McCall


Cinéaste d’origine britannique installé à New York, Anthony McCall réalise au cours des années 70 une série de films de " lumière solide ", qui pose les bases d’un nouveau " cinéma géométrique " et inaugure une création expérimentale nourrie à la fois de la scène artistique et de la création cinématographique. Line Describing a Cone, est, dès 1973, emblématique des recherches de l’artiste. Avec ce premier Solid film, et selon un principe d’économie de moyens, Anthony McCall affirme la spécificité du cinéma dans ses propres composantes, à savoir le phénomène de projection lui-même, et privilégie une dimension à la fois performative et processuelle (l’œuvre s’énonce telle qu’elle est et s’expose telle qu’elle devient).


À la différence des premiers Solid Films, les installations récentes d’Anthony McCall sont réalisées non plus à partir de formes géométriques simples, mais de combinaisons de lignes et de courbes sinusoïdales oscillantes.


Ces films, à travers des formes plus complexes et irrégulières, impliquent un processus de visualisation différent par rapport à Line Describing a Cone, notamment : mémorisation de ce qui s’est passé et anticipation de ce qui va se produire. Le changement de motif s’accompagne de l’adoption d’un nouveau mode de projection. Les premiers films étaient directement tracés à la surface de la pellicule au moyen d’un stylo bille, d’un compas et de gouache blanche. Aujourd’hui, les films d’Anthony McCall ont une dimension technologique. L’artiste utilise des logiciels de design : pellicules et projecteurs 16 mm ont été troqués contre fichiers numériques, ordinateurs et vidéo projecteurs.


Les films d’Anthony McCall ne se réduisent pas à l’élucidation de leur propriété formelle : les " sculptures " apparaissent en réaction au lieu d’exposition. Le spectateur fait alors l’expérience de la lumière – une expérience matérielle -: il est invité à frôler le faisceau, lui tourner autour, le traverser et à aller se glisser en son centre. Pour que l’expérience soit totale, elle doit être à la fois intérieure et extérieure.

Exposition / Between You and I et autres films de lumière solide


Sur une proposition de l’Institut d’art contemporain, Anthony McCall présente pour la première fois trois films simultanément, développant ainsi une réflexion sur la question même de l’exposition.
Doubling Back (2003), Turning Under (2004), et You and I, Horizontal (2005) sont issues des œuvres des années 70 – temps et espace réels, projections réalisées dans une brume évanescente, cycle de vingt à trente minutes –, et les réinterrogent.


Moins sur le mode d’un parcours traditionnel que sur un principe de distribution, Anthony McCall fait se répondre ces trois œuvres dans l’espace de l’Institut d’art contemporain.
D’autre part, l’IAC propose l’installation ponctuelle de Between You and I (2006), une œuvre monumentale, dans un espace extérieur aux dimensions appropriées.

 

informations pratiques :

 

Événement

Mercredi 15 novembre 2006 à 21h – entrée libre

Présentation de Between You and I (2006), le soir du vernissage, au Transbordeur (3 boulevard Stalingrad, 69100 Villeurbanne).

Conférence – projection
Philippe-Alain Michaud

Jeudi 14 décembre 2006 à 19h – entrée libre

cinéma attitude (pour une histoire élargie du cinéma)
Dans le cadre de l’exposition d’Anthony McCall, l’Institut d’art contemporain propose à Philippe-Alain Michaud, conservateur cinéma au Musée national d’art moderne, d’inaugurer par une conférence – projection un cycle consacré au cinéma expérimental.

Institut d'art contemporain 11 rue Docteur Dolard 69100 Villeurbanne 04 78 03 47 00

Horaires : Ouverture du mercredi au dimanche de 13h à 18h - nocturne le jeudi jusqu’à 20h

 
voir aussi : le site de l'IAC 
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 05:37

Soirée de projection

dans le cadre de l'exposition City Blues

mardi 5 décembre à 19h

 

Salle d'animation de la médiathèque - Vénissieux

 
Julien Discrit Marathon life 2005,15'40".
 

Au programme :

Tintin Wulia
Everything’s OK, 2003, 5'.

Laurent Pernel
Niveau 4, 2'15".
Télégramme, 2001, 6'13".

Julien Discrit
Marathon life 2005, 15'40".

Fabrice Lauterjung
Berlin : traversée, 2005, 10'.

Pierrick Sorin
Nantes, Projets d’artistes, 2000. 26'.

 

L'un ( Tintin Wulia) est né à Bali et a fait des études d'architecture et de musique, un autre (Laurent Pernel) a également fait des études d'architecture et  accorde une place de choix au sport dans sa production artistique , un troisième (Fabrice Lauterjung) se dit "assembleur" et ne travaille que sur des sujets urbains, un autre encore (Pierrick Sorin) questionne les ambitions politiques dont l'art est le vecteur et déroulent ses histoires sur fond de paysages urbains. Julien Discrit , géographe de formation,  comme eux met  l'urbanisme et l'espace urbain au coeur de ses préoccupations.

 

Dans "Marathon life",un jeune homme court seul, en pleine nuit. Cette course solitaire est pour lui l ’occasion de raconter une histoire, celle de sa vie. Notre coureur,sans perdre sa cadence entame un monologue,comme pour se tenir compagnie. Il évoque les maladresses de l ’enfance,des moments de vie,et l ’on comprend peu à peu que le parcours décrit l ’avancée et la déchéance d ’une vie d ’homme. La voix nous guide et c ’est le récit lui-même qui devient une course,au fur et à mesure que le jeune homme évolue dans cette vie imaginaire. Plus la fatigue prend le pas,le rythme s ’amenuise,plus le soliloque prend de l ’âge.On sent bien que ce n ’est pas la métaphore doucement socratique qui intéresse l ’artiste, mais une proposition de découpage proportionnel du temps qui suit progressivement les efforts décroissants et dégoulinants de sueur du coureur.

 

Ces cinq jeunes artistes nous obligent à regarder autrement l'espace urbain. Dans leurs films, la poésie cotoie la critique sociale et le questionnement métaphysique. Ils  bousculent les repères habituels.

 

 
Valérie Jouve
Sans titre (Les Minguettes), 2002-2003.
Sans titre (Les paysages), 2002-2003.
(100 x 130 cm) x 2.
 
 

Exposition

"City Blues, fragments d'une collection"
Yves Bélorgey,Thierry Géhin,Valérie Jouve et Rajak Ohanian

jusqu'au 16 décembre 2006

Espace des arts plastiques - Vénissieux 

 

Depuis une trentaine d'année, la ville de Vénissieux s'est dotée au fil de ses expositions d'une collection d'art contemporain d'environ 500 œuvres reflétant les diverses tendances des époques traversées. D'orientation plutôt régionale (Jean Raine, Georges Adilon, Rajak Ohanian, Christian Lhopital, Yves Bélorgey…), elle a également su acquérir de grands noms de l'histoire de l'art tels André Masson, Roberto Matta ou Ossip Zadkine, mais aussi, plus proches de nous, un film de Michel Aubry, un dessin de Javier Pérez ou des photographies de Valérie Jouve et de Jean-Luc Verna.

 

Les oeuvres de Yves Bélorgey, Thierry Géhin, Valérie Jouve et Rajak Ohanian rassemblées autour du thème "City Blues" font ainsi partie de la collection de la ville de Vénissieux, d'où le sous titre "fragments d'une collection". L'exposition est à voir jusqu'au 16 decembre à l'Espace arts plastiques.

 

informations pratiques :

 Médiathèque de Vénissieux - Salle d'animation

2-4 avenue Marcel Houël 69200 Vénissieux

Tel 04 72 21 45 54

et

Espace arts plastiques - Maison du Peuple

12, rue Eugène Péloux BP 24 69631 Vénissieux cedex

Tel 04 72 21 44 44 ou 04 72 50 89 10

ouvert du mercredi au samedi de 14h30 à 18h - entrée libre

 
voir aussi : les pages arts plastiques de la ville de Vénissieux
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 19:08

Bernard Plossu

Photographies

jusqu'au samedi 9 décembre 2006

 

à la Librairie-Galerie Alain Paire et à l'Atelier Cézanne Aix-en-Provence (13)

 
 

La librairie galerie de Alain Paire a été un partenaire infatigable de  Cézanne 2006 à Aix-en-Provence. Une année bien remplie pour une petite structure qui a multiplié les propositions. Une période intense pour le libraire-galeriste qui sans doute en voit le terme avec regret et qui tient à la savourer jusqu'au bout.

 

Derniers jours pour l'exposition Bernard Plossu

une coproduction de la galerie Alain Paire et  de l'atelier Cézanne ,  visible dans l'un et l'autre lieu.

Bernard Plossu est né en 1945. Sa première grande exposition,   «Les paysages intermédiaires» se déroule en 1988 à Paris, au Centre Georges Pompidou. La seconde en 1997, à l’Institut d’Art Moderne de Valence, en Espagne. Ses multiples expositions et voyages l’ont conduit à photographier les déserts d’Amérique, le Rhajastan, la Turquie et le Mali. Depuis 1992, il vit à La Ciotat . "Promeneur infatigable, Bernard Plossu recherche des ricochets plus ou moins improbables, travaille sans raccords ni coutures, anticipe rarement l’inscription de sa prochaine image. Dans l’exposition de l’Atelier des Lauves, on aperçoit des embarcadères et des arbustes sauvagement battus par le Mistral, les crêtes et l’assise d’un chateau devenu l’ultime demeure de Pablo Picasso, une Citroën d’après-guerre qui traverse la maussaderie d’une Zac, des reliefs d’atlantes, la découpe du portail sculpté d’un hôtel particulier d’Aix en Provence pour partie absorbé par le décor d’une brasserie. Les légendes de certaines photographies mentionnent quelquefois La Ciotat, depuis deux décennies port d’attache et base de travail de Bernard Plossu."

 

Et puis quelques conférences :

mardi 5 décembre, 18h 30, CONFERENCE DE PIERRE WAT "Cézanne revisité par trois artistes contemporains : Vincent Bioulès, Pierre Buraglio, Claude Viallat", Archives départementales, Centre d'Aix en Provence, 25 Allée de Philadelphie, Zone Sextius Mirabeau, tel 04.42.52.81.90, entrée libre.



jeudi 14 décembre, 18 h 30, "DIALOGUE DE FRANCOISE CACHIN ET VINCENT BIOULES",  Archives départementales, Centre d'Aix en Provence, 25 Allée de Philadelphie, Zone Sextius-Mirabeau, tél 04.42.52.81.90. Entrée libre.


 
Et pour clôturer Cézanne 2006

Jusqu'au 20 décembre, exposition "LOUISE GERMAIN (1874-1939), UNE FEMME PEINTRE DANS L'ENTOURAGE DE CEZANNE" aux Archives départementales, Centre d'Aix en Provence, 25 Allée de Philadelphie, Zone Sextius Mirabeau, entrée libre, ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h, tél 04.42.52.81.90.

 

Publications :

Monographie 1963-2005 de Bernard Plossu eds Les Deux Terres octobre 2006  69€ commander

A travers les images de cette monographie, la première consacrée à l'oeuvre de Bernard Plossu, entre 1963 et 2006, passe le souffle d'un lyrisme photographique nouveau, d'une " inadmissible douceur ", selon les termes de l'écrivain Denis Roche. Plus de 250 images, des textes d'historiens internationaux de la photographie ou d'écrivains viennent ici, sous la direction de Gilles Mora, lui donner sa véritable place dans le paysage de la photographie française contemporaine.
 

informations pratiques :

Alain Paire`
Librairie-Galerie
10 rue des Marseillais
13100 aix en provence
Tél 04.42.96.23.67
galerie ouverte du mardi au samedi
15 h/ 18 h 30
galerie-alain.paire@wanadoo.f

 

Atelier Cézanne
9 avenue Paul Cézanne, 13090 Aix en Provence.
Tel. 04.42.21.06.53.
« Photographies de Bernard Plossu, Aix et la Provence»
Ouvert tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 17h

 
voir aussi : le site de Cézanne 2006, l'atelier Cézanne
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 17:08

Du 17 novembre 2006 au 20 janvier 2007

Echirolles - Grenoble (38)

 
 
 

Le Mois du graphisme d’Echirolles, dure nettement plus de 30 jours. Et c'est tant mieux.

Car bien qu'il en soit à sa 17e année d'existence son succès semble garant de la qualité et de l'ampleur de la manifestation. Divers espaces publics de la ville et de l'agglomération de Grenoble accueillent des expositions, notamment une rétrospective consacrée aux Hollandais du Studio Dumbar (qui ont donné une identité visuelle à la poste et à la police bataves) et à Annette Lenz, qui a dessiné l’affiche de cette édition et qui vient de recevoir le grand prix de la biennale de Moscou. Aux Moulins de Villancourt, on peut voir « 9 femmes graphistes », qui associe des productions de jeunes créatrices (la Polonaise Joanna Górska ou la Péruvienne Natalia Iguiñiz Boggio) à celles de stars de la discipline, comme l’Américaine April Greiman.

Le cycle de conférences est réalisé conjointement par le centre du Graphisme et par l ’institut de la Communication et des Médias d ’Échirolles. Il a été préparé par Diego Zaccaria et Philippe Quinton, directeur de l ’UFR de Communication.

La première conférence , mardi 28 novembre a pour thème "Graphisme et publicité". Elle se propose de dépasser la simple opposition entre le graphisme et la publicité qui a alimenté de nombreuses polémiques …en posant le problème autrement. Elle sera suivie dans les semaines qui suivront de  cinq autres conférences. 

Gr a p h i s me e t  p u b l i c i t é . Table ronde avec Richard Dupuy,directeur de création, conseil en simulation d ’image, Jean-Louis Sagot-Duvauroux, écrivain et philosophe et Thierry Sar .s,graphiste mardi 28 novembre,de 12 heures à 14 heures.

 

V é r i t é e t  f i c t i o n d a n s l e s i ma g e s d e c i n é ma e t d e t é l é v i s i o n . Intervenante Isabelle Veyrat-Masson,directrice du laboratoire Communication et Politique du C NRS , mardi 5 décembre,de 12 heures à 14 heures.

 

L e s r i s q u e s d e l ’i ma g e . Intervenant : Daniel Bougnoux, philosophe, mardi 12 décembre,de 12 heures à 14 heures.

 

S o u mi s s i o n -t r a n s g r e s s i o n . Intervenante :Nathalie Heinich,sociologue, chercheur au C NRS, mardi 19 décembre,de 12 heures à 14 heures.

 

L ’h i s t o i r e d u g r a p h i s me e n F r a n c e . Intervenant :Michel Wlassikoff, historien du graphisme, mardi 9 janvier 12 heures-14 heures.

 

L e d i c t i o n n a i r e mo n d i a l d e s i ma g e s . Intervenant : Laurent Gervereau, président de l ’institut des Images, mardi 16 janvier,de 12 heures à 14 heures.

 

informations pratiques :

exposition «Justin Grégoire, un sourire entre les doigts »

mu s é e Gé o -Ch a r l e s

1 rue Géo-Charles,Échirolles

téléphone 04 76 22 58 63

du lundi au vendredi,de 13 heures à 18 heures,

le week-end,de 14 heures à 18 heures,

lignes 1 et 11

 

exposition «Studio Dumbar : the dutch touch»

L a Ra mp e

avenue du 8-Mai-1945,Échirolles

téléphone 04 76 40 83 00

du lundi au vendredi,de 13 heures à 18 heures,

le week-end,de 14 heures à 18 heures,

tram ligne A (arrêt La-Rampe)et ligne 11

 

exposition «9 femmes graphistes »

l e s mo u l i n s d e Vi l l a n c o u r t

116 cours Jean-Jaurès,Échirolles

téléphone 04 76 98 53 63 (salle d ’exposition)

du lundi au vendredi,de 13 heures à 18 heures,

le week-end,de 14 heures à 18 heures,

ligne 1 et tram ligne A,correspondance ligne 16

 

exposition «Anette Lenz : constructions poétiques »

h ô t e l d e v i l l e

avenue du 8-Mai-1945,Échirolles

téléphone 04 76 20 63 00

du lundi au vendredi,de 8 heures à 17 h 30,

le samedi,de 8 heures à 12 heures,

tram ligne A (arrêt La-Rampe)et ligne 13 

 

exposition «Cent affiches contemporaines françaises»

é c o l e s u p é r i e u r e d ’A r t

25 rue Lesdiguières,Grenoble

téléphone 04 76 86 61 30

du lundi au vendredi,de 8 heures à 20 heures

tram A (arrêt Verdun),ligne 13 et 16 (arrêt

Docteur-Martin)

 

exposion "Hommage à Morteza Momayez"

l y c é e Ma r i e -Cu r i e

avenue du 8-Mai-1945,Échirolles

téléphone 04 76 33 70 00

du lundi au vendredi,de 8 heures à 18 heures,

le samedi,de 8 heures à 12 heures,

tram ligne A et ligne 11

 

exposition «Affiches d ’ici »

moulin des Acacias, au Fontanil-Cornillon

1 rue Géo-Charles,Échirolles

téléphone 04 76 22 58 63

du lundi au vendredi,de 13 heures à 18 heures,

le week-end,de 14 heures à 18 heures,

lignes 1 et 11

 

exposition «Topics 4 »

ma i s o n d e l ’A r c h i t e c t u r e

4 place de Bérulle,Grenoble

téléphone 04 76 54 29 97

du lundi au vendredi,de 13 h 30 à 18 heures,

tram A (arrêt Maison-du-Tourisme)

et B (arrêt Notre-Dame)

et ligne 1 (arrêt Les-Trois-Dauphins)

 

 

en savoir plus : le site de la manifestation

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 06:46

En préfiguration de la manifestation collective

du réseau art-savoies.com en mars et avril 2007

 

du 12 octobre au 25 novembre 2006

Galerie du Larith - Chamberry (73)

 
 

Cinq artistes investissent la galerie du Larith, prennent des risques et s’engagent sur d’autres voies, en dehors, à côté, ou très loin des sentiers battus.
Robert Alain GOLAY, le baroxysme - Philippe PECH, un certain acharnement métaphysique - Philippe BARBE, Image dans notre société contemporaine - Myriam DECROZE, Pli, Dépli, Repli… - Jean Michel ETIENNE, Une géométrie débordée par la boursouflure.

Cette exposition préfigure la manifestation collective du réseau art-savoies.com programmée en mars et avril 2007.  En effet,  19 partenaires de l’art contemporain des 2 Savoie initient une manifestation transversale  sur « l’idée du baroque dans l’art contemporain ».
Le Baroque est présent de façon originale et dense dans les deux départements. Qu’en est-il de ses manifestations contemporaines ? Notre société peut-elle être qualifiée de « baroque » ? A travers des expositions « divergences baroques » dispersées en Savoie et Haute-Savoie , une exposition « Convergences baroques » itinérante à Annecy puis Chambéry, un séminaire et de nombreuses médiations pour tous les publics, le baroque d’aujourd’hui sera exploré sous plusieurs angles de vues…

 

informations pratiques

Conférence
" Du Baroque et de la Photographie"
Par Marie josé BOURRIOT FROMENT,
Le 25 novembre à 20h30. Entrée libre.

Galerie du LARITH    39 – 41  rue du Larith    73000  CHAMBERY    Tél.  04 79 70 42 67.      larith@wanadoo.fr

 

voir aussi : le site de la galerie du Larith, le portail de l'actualité de l'art contemporain des pays de Savoie et de Genève

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 06:40

"Autour de Humains Hirondelles"

peintures

 

du 13 octobre au 10 novembre

Art Images - FRONTIGNAN

 
 Humains hirondelles
 

L'association Art Images de Frontignan organise une importante exposition des peintures de Claude Abad.

 

L'artiste est intervenu dans "Humains hirondelles" un livre du poète  Nicole Drano Stamberg.

 

L'exposition "Autour de Humains hirondelles" est donc aussi l'occasion pour Nicole Drano Stramberg de  présenter et de signer ce livre peint par Claude Abad et édité par les éditions de la Jetée  ainsi que "Ciel! ciel ! des poèmes hirondelles" dernier ouvrage paru aux éditions Rougerie.

 

Informations pratiques :

Vernissage le 13 octobre 2006 à 19h

Association Art Images  9 rue du Soufre à FRONTIGNAN

ouvert de 9 h 30 à 12 h et de 14 h 30 à 17 h (les jours ouvrables), ou sur rendez-vous en téléphonant au : 04 67 48 75 40.

 
voir aussi : notre dossier sur Claude Abad, le site personnel de l'artiste
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 15:38

"Venir de..."

entre le 6 et le 14 octobre 2006

 

Chapelle du Sacré Coeur - Aix-en-Provence

 

dans le cadre du Festival Arborescence

 
 

Julien Oppenheim explore la fascination amoureuse de Cézanne pour Sainte-Victoire. « Explorer ce qui nous lie au lieu, à un lieu, le lieu fondateur. Donner à voir le rapport physique au lieu, le rapport à la terre, à la pierre, aux arbres. Sentir son souffle changer au contact du lieu, sentir son corps rentrer dans le lieu, le toucher. Être dedans, à l’intérieur du lieu, capter sa puissance. La puissance du lieu. Celui d’où je viens. »

 

L’installation se compose d’un travail photographique mêlant son et image sur plusieurs saisons, pour capter la multiplicité du lieu et explorer par fragment l’ensemble des éléments qui composent le massif.

 

« J’ai envie de Sainte-Victoire » diptyque. Deux films, deux écrans côte à côte. L’un pour l’approche du massif, caméra collée dans l’urgence du désir, l’autre pour l’éloignement, jusqu’à la disparition complète de la montagne.

 

L'exposition de Julien Oppenheim est présentée entre le 6 et le 14 octobre, dans le cadre de Arborescence, un festival qui invite pour la sixième année consécutive le public à ré- fléchir sur les questions soulevées par "les arts numériques" en les déclinant autour de plusieurs thématiques : « la lumière », avec notamment une série d’hommages contemporains rendus à Cézanne, les « jeux vidéo » avec une approche spécifique de l’interactivité, et une programmation en regards croisés avec la Méditerranée.

Sous la forme d’un parcours  festif  vous découvrez, notamment à l’occasion de la journée du 7 octobre, des propositions d’artistes unis dans une  vision à la fois critique et esthétique des nouveaux moyens de communication et de création. Un programme vaste et copieux.

 

 

L’association

Terre Active développe la pluralité des pratiques artistiques liées aux techniques du numérique. Elle se distingue par son souci de lier dans une réflexion Art, Nature et Technologies de l’information et de la communication. Elle contribue ainsi à la réflexion sur l‘implication des TIC dans la société, et à leurs conséquences. Outre  un programme de résidences d’artistes et d’accompagnement de projets de création, l'association  mène un programme de diffusion annuel par le biais du festival Arborescence.

 

L'artiste

Julien Oppenheim a 32 ans, vit et travaille à Paris. Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence en 1998. Il devient assistant de photographes de mode entre 2000 et 2004 et depuis oeuvre en tant que photographe indépendant. Plusieurs de ses photos ont été publiées dans les magazines nationaux.

 

Informations pratiques :

"Venir de..."  Julien Oppenheim

Vernissage / samedi 7 octobre 17h-18h

Chapelle du Sacré Coeur, 20 rue Lacépède / Aix-en-Provence / entrée libre


et

Association Terre Active . Patio/CECDC, 1 place Victor Schoëlcher 13090 Aix-en-Provence . FRANCE . Tel : +(33)4 42 20 96 25 . Fax : +(33)4 42 20 96 40 . terreactive@wanadoo.fr

 
voir aussi : le site de Julien Oppenheim, le site de Terre active, le programme de Arborescence,
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 05:36

du 5 octobre au 2 décembre 2006

Galerie Chantal Mélansson - Annecy

 

du 6 octobre au 10 décembre 2006

Musée Faure - Aix-les-Bains

 
 

 Venu de l'abstraction,  Jean Rustin met désormais en scène des personnages sur ses toiles.  On ne sort  jamais indemne d'une exposition de l'artiste. Ses  sujets  fascinent ou repoussent. Cependant  nous dit Chantal Mélansson  "si on fait l’effort de regarder en oubliant le miroir des peurs, la tendresse est là, elle crève la toile avec une violence inouïe."


Il y a quatre ans, le Musée Halle Saint-Pierre à Paris  consacrait au peintre une exposition importante. Ont suivi de nombreuses autres présentations de son travail aussi bien dans des lieux publics comme l’Hôtel de Ville de Paris,  Thionville, Bagnolet, Sainte-Savine, Bobigny  que dans des galeries à Paris, Poitiers, Marseille Annecy, Aix en Provence ... Sa notoriété dépasse d'ailleurs les limites de l’hexagone.

 

Informations pratiques

Galerie Chantal Mélanson

10, passage de la Cathédrale 74000 Annecy

Tél : 04 50 45 22 78 – Email : art-chantal.melansonn @wanadoo.fr

Ouvert le jeudi, vendredi et samedi de 11 h à 13 h et de 15 h à 19 h

 

Musée Faure

10, boulevard des Côtes
73100 Aix les Bains

Tel : 04 79 61 06 57

 
voir aussi : le site de la Fondation Rustin en Belgique
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 07:38

" Exposition d’automne "

 

du 29 septembre au 12 novembre

et du 1er décembre au 18 décembre 2006

 

Galerie Artenostrum, Dieulefit

 
 
La galerie artenostrum de Dieulefit dans la Drôme  accueille dans son "exposition d'automne"  les peintures  de Jocelyne Clemente.
 
 
L'artiste  diplômée des Beaux-Arts de Saint-Etienne où elle vit  travaille inlassablement sur le thème du paysage. Le sujet est éminamment classique.
 
 
Proscrit tout au long du XXme siècle par les avant-garde, le paysage n'est plus alors le support, ni le lieu d'une réflexion sur le fait pictural. A partir des années 80, les photographes le réintroduisent , ils travaillent à leur tour "sur le motif" pourrait-on dire, dans une relation de sympathie à la nature. Ils font de terribles constats. Les montagnes sont éventrées, les déserts  souillées, des mers ont disparu...
 
 
Jocelyne Clemente possède  la rigueur du photographe. Elle adopte un parti-pris de cadrage et capture ainsi la lumière au sein de la toile.
 
 
Pourtant, dépouillés - nulle présence humaine, aucuns signes contingents  - ses paysages renouvellent les apparences. A la fois familiers par les objets représentés et extraordinaires par l'étrange lumière qui les baigne,   ils captent des moments fugitifs, quasi intimes. Ils suggèrent un danger, disent l'inquiétude de l'artiste devant le monde.  Elle a fait sienne l'esthétique de l'espace vacant des peintres du siècle d'or aux Pays Bas mais ce qui fait image dans son travail ne témoigne pas d'une même situation.
 
 
Le paysage qui a son histoire en peinture nous renseigne sur notre rapport au monde. C'est un sujet nécessairement pertinent. Et on s'étonne qu'en l'absence d'une approche spectaculaire des  éléments qui le composent, il faille tant de  courage pour le traiter en peinture aujourd'hui. Jocelyne Clemente possède le talent qui lui permet d'avoir cette audace.
 
Catherine Plassart

Informations pratiques :

Vernissage dimanche 1er octobre à partir de 15h

ouvert de 14h à 18h30 les vendredis, samedis, dimanches

et tous les jours en période de vacances scolaires ou sur rdv

contact : 04 75 46 83 30                  

Galerie Artenostrum Le Parol, Allée des promenades; 26220 DIEULEFIT

 
Temps de paix - Jocelyne Clemente
 

autre exposition :

Jocelyne Clemente

photographies et  vidéos


du 6 au 22 octobre 2006

 

Musée de la Mine - Saint Etienne

 

Informations pratiques


ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h45 et de 14h à 18h, 19h le week-end.


Site Couriot, Musée de la Mine, 3 bd Franchet d’Esperey, 42000 Saint-Etienne


Vernissage le jeudi 12 octobre à 18h30

 
voir aussi : notre dossier Jocelyne Clemente, le site de la galerie Artenostrum
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article