Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 07:31

du 4 avril au 22 juin 2009


Fondation Cartier 6  Paris (14)


Béatriz Milhazes

L'idéalisme dans la peinture de Béatriz Milhazes.
Ceux qui affirment qu'il n'y a de peinture, ou d'installation, de décor de spectacle ou de danse, c'est à dire de formes et de couleurs, chaudes, froides et toutes les qualités analogues sans intelligence du mouvement, sans pensée, ont raison. Les sensations ici viennent après. Elles dépendent de la taille des pièces, du contexte et de la matérialité de l'oeuvre. Il est un fait certain là, c'est que Béatriz Milhazes ne sépare pas le sensible de la pensée, l'arbitraire apparent et l'abstraction d'une pensée de l'étendue aux motifs floraux, "symbolistes" ou "pop" dans le mouvement. Et l'on voit comme des corps toujours ailleurs et l'on imagine des mélanges. On connaît intuitivement ce que veut dire exister autant qu'il est possible de le percevoir, dans la joie et dans la paix.
PG


photo : Beatriz Milhazes, Dancing, 2007 - Huile sur toile 247 x 350 cm - Photo Fausto Fleury © Beatriz Milhazes


informations pratiques :

Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, boulevard Raspail
75014 Paris
+33 (0)1 42 18 56 50

tous les jours, sauf le lundi, de 11h à 20h

voir aussi : le site de la Fondation Cartier

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:28

du 27 mars au 26 avril 2009


Grand Palais - Paris




Tag




Le Tag a gagné.
Alain-Dominique Gallizia, architecte passionné par l’art urbain  a commandé à cent cinquante artistes taggueurs et graffeurs du monde entier une double toile horizontale de 60 x 180 cm qui parle d’amour. Réunis par Gallizia dans l’atelier mis à leur disposition à Boulogne-Billancourt, ils devaient s’astreindre à tagger dans un laps de temps de trois jours.


Et voilà l'art sauvage domestiqué ? Pas du point de vue de Gallazia qui en imposant cette contrainte de format et de temps aux artistes a eu la pertinence de les inviter à produire non pas une oeuvre mais une manière de carte de visite. Ainsi les toiles ont  été produites non pas pour être vendues mais pour entrer dans un vaste catalogue qui recense les pionniers new-yorkais comme les nouveaux venus de la discipline tous pays confondus. Car  le TAG qui est apparu aux États-Unis dans les années 60 n'est déjà plus très neuf, les auteurs vieillissent et disparaissent. Les oeuvres quant à elles sont éphémères, il est donc  urgent d'en dresser  une forme d'inventaire.

"J’ai fait une promesse aux graffeurs : mettre leurs oeuvres à l’abri du temps et les faire reconnaître par les institutions comme étant des artistes", explique Alain-Dominique Gallizia. C'est gagné,  le graffiti est passé d'un statut délictueux à une exposition au Grand Palais placée sous le haut patronage de Christine Albanel. Mais peut-être  mérite-t-il plus encore.

Tags et Graffs conçus comme des défis à  toute forme d'autorité sont en résonnance avec l'histoire d'hommes (et de femmes ?)  cherchant à résister à une dimension sclérosante de la vie  urbaine. Cette tension féconde entre la catéchèse démocratique  et l'investigation de l'espace du jeu  et de l'expérience créatrice produit des oeuvres  reconnaissables. Dans leur étendue,  elles ont valeur de mouvement. Par ailleurs elles portent en elles leur "manifeste". Elles ont donc une place  dans  l'histoire de l'art .

C.P.


Informations pratiques :

Grand Palais
galerie Sud-Est
porte H
av. Winston Churchill
de 11h à 19h
nocturne le mercredi jusqu'à 23h

voir aussi : http://www.tagaugrandpalais.com/


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 07:19

du 18 mars au 13 juillet 2009


Grand Palais -  Paris.


Andy Warhol


La victoire d'Andy Warhol
L'hitoire du portrait moderne jusqu'à nos jours a été la recherche d'une maîtrise de ce qui se dissimule derrière le jeu social, ses masques, ses buts. Choisissant d'accorder une valeur au travail de ce genre Andy Warhol (1928-1987) entretient dès les années soixante une méthode : la prise de vue de célébrités (comme de personnes inconnues alors) au polaroïd, la peinture vient ensuite puis la transposition sérigraphique reproduit ses icônes d'un nouveau type. L'énergie est toujours agissante, la force physique se dégage du résultat. L'artiste peut être satisfait. Son exercice "pop" nourrit encore notre temps.

Ainsi Andy Warhol a acquis le droit de se servir de la "factory" (son atelier) pour rendre nécessaire un labeur basé sur la répétition. Il a donné donc une plus value à un "produit" qui, à l'ère de la reproduction cristallise toutes les contradictions du marché de l'image. De plus Andy Warhol s'est payé le luxe de n'avoir aucun concurrent véritable. Il a fondé à sa façon l'art à l'époque du Capital. Sa victoire était inéluctable.
PG

photo : Self-Portrait, 1963-1964 [Autoportrait] Andy Warhol (acrylique et encre sérigraphique sur toile 50.8 x 40.6 cm) © ADAGP, Paris 2009 © New York, Collection José Mugrabi


informations pratiques :


Galeries nationales (Grand palais, Champs Elysées)
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
33 (0)1 44 13 17 17

voir aussi : le site de la RMN

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 08:12

Résonance du silence

du 27 mars au  02 mai 2009


Galerie Jaeger Bucher - Paris.


 Michael Biberstein


Les peintures de Michael Biberstein parlent d'espaces plutôt que de paysages concrets. Elles prennent leur source dans la peinture paysagiste traditionnelle occidentale - évoquant les paysages de Vernet, Caspar David Friedrich, Turner et Monet tout autant que certaines peintures paysagistes orientales au fil des dynasties chinoises.

Ces œuvres sont des « machines à voir » , les paysages d'un moment défini pour une vision intemporelle et la sensation spécifique d'un espace infini, indiquant la présence d'une existence au-delà de notre espace physique. 
 
L'exposition "Résonance du silence" de l'artiste suisse Michael Biberstein comprend une dizaine de peintures et une douzaine d'œuvres sur papier de 1983 à 2009 ainsi qu'une installation sonore réalisée par l'artiste pour l'exposition. 

photo : Michael Biberstein, K31, 1991


informations pratiques :

Galerie Jaeger Bucher
5 et 7 rue de Saintonge
75003 Paris France
+33 (0) 1 42 72 60 42
contact@galeriejaegerbucher.com

du mardi  au samedi de 11h à  19h

voir aussi : http://www.galeriejaegerbucher.com/

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 05:18

du 23 au 30 mars 2009

à Paris




Paris consacre la semaine du 23 au 30 mars 2009 au dessin. Le Salon du dessin tient quartier à la Bourse avec 36 galeries et la collection Daniel et Florence Guerlain. Le Salon du dessin contemporain s'installe au Carreau du temple avec également une série de galeries prestigieuses, Lelong, Lambert, Xippas ... La jeune Foire Internationale du Dessin du 21e siècle centrée autour d’une quinzaine d’artistes ouvre ses portes pour la première fois,   à l’espace Nikki Diana Marquardt. Le SLICK Dessin pour sa première édition présente la création la plus contemporaine grâce à de nouvelles structures et de jeunes galeries. Musées, galeries, ventes aux enchères  participent à la semaine du dessin et inscrivent  leurs propositions dans le contexte de la manifestation.



Georg BASELITZ

À propos du Salon du dessin.
 

Le Salon du Dessin est la manifestation la plus ancienne dans le monde du dessin de collection. Cette année, 36 galeries dont plusieurs nouvelles participantes françaises et étrangères et par voie de conséquence un renouveau dans le choix des oeuvres et des époques exposées. Autres initiatives  qui  dynamisent la 25eme édition du Salon du Dessin, d'une part  la présence de  la Fondation d'Art Contemporain Florence et Daniel Guerlain et pour la deuxième année consécutive, un espace réservé aux feuilles anonymes, ces dessins de qualité souvent négligés.
Le site du Salon du dessin



Isabelle Jarousse

À propos du Salon du dessin contemporain. 
Pour sa troisième édition, le Salon du dessin contemporain s’installe dans un nouveau lieu le Carreau du Temple. Soixante-trois galeries investissent l'espace  pour présenter le dessin contemporain sous toutes ses formes, sur tous les supports et par tous les procédés possibles : de l’oeuvre sur papier à la vidéo, de l’oeuvre numérique au wall drawing. Les exposants présentent un artiste sur au moins un tiers de leur stand. En marge des exposants  présentation des dessins d’une collection privée, celle d' agnès b.
Le site du Salon du dessin contemporain



Berteau

À propos de la Foire internationale du dessin du 21e siècle. 
La première édition se déroule dans un espace décloisonné, sans cimaises, spots ou cadres. Les pièces sont présentées libres, à plat sur des grandes tables individuelles, chacune réservée à un seul artiste. Des médiatrices en tablier noir et gants blancs accompagnent les amateurs dans leur visite, de l’accueil à l’achat. La foire réunit 14 artistes en deux sections : Galeries / Découvertes La section Galeries accueille les artistes exposés par leur marchand.  La section Découvertes montre les artistes indépendants proposés par un critique, un collectionneur, un mécène...
Le site de la Foire internationale du dessin



Gwenaël Salaün




À propos de SLICK DESSIN, la foire de dessin contemporain de la scène émergente
SLICK DESSIN se veut le lieu de découverte de la scène émergente où se dessinent les futures tendances artistiques. La foire présente deux catégories de galeries. D’une part, les toutes nouvelles structures comme la galerie Loraine Baud, la Plume galerie, la Cherry Gallery ou la Galerie d’Ys. D’autre part, les galeries que vous avez découvert via SLICK  depuis 2006 et qui représentent la création la plus contemporaine, telles que la galerie Trafic, The Cynthia Corbett Gallery, la galerie Yukiko Kawase ou la Galerie 13 Jeannette Mariani.
Le site de SLICK Dessin


photos : (1) Georg BASELITZ Ohne Titel 5.XII.06 Encre d'Inde, aquarelle et encre sur papier 657 x 512 mm (2) Isabelle Jarousse, encre sur papier (noir, blanc), 18x18cm, , 2008 (3) Berteau 31 cm de diamètre / 31 cm of diameter Stylo bille noir et feutres de couleur sur carton plume / Black ballpoint pen and coloured felt pens on paperboard plucks (4) Gwenaël Salaün Solo show Defrost galerie en partenariat avec la galerie Eponyme



Musées participants :

Chaque musée organise, selon ses moyens, une exposition et/ou des visites privées de leurs collections. Les visites sont offertes par chaque musée participant à la Semaine du Dessin. Néanmoins il est obligatoire de s'inscrire préalablement par téléphone, au 01 45 22 61 05

Bibliothèque Marmottan, Boulogne

Bibliothèque du Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Bibliothèque nationale de France, Paris

Centre Pompidou, Paris

École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

Fondation Custodia, Paris

Fonds Régional d'Art Contemporain, Picardie

Manufacture nationale de Sèvres, Sèvres

Musée des Années 30, Boulogne

Musée des Arts décoratifs, Paris

Musée Carnavalet, Paris

Musée Condé, Chantilly

Musée de l'Ile de France, Sceaux

Musée Jacquemart-André, Paris

Musée du Louvre, Paris

Musée d'Orsay, Paris

Musée national dlinke Port-Royal des Champs

Musée de la Vie Romantique, Paris

Musée Zadkine, Paris

Petit-Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris



Informations pratiques : 

Salon du Dessin
du 25 au 30 mars 2009
Palais Brongniart
Horaires : 12h - 20h30
du mercredi 25 au lundi 30 mars inclus.
Nocturne le jeudi 26 mars 22h
Billets d'entrée : 12 € inclus catalogue
Tarif étudiant : 6€ pour les - de 26 ans sur présentation de carte.

 
Le Salon du dessin contemporain
du 26 au 29 mars 2009
Carreau du Temple
1 Rue Dupetit-Thouars 75003 Paris
Jeudi 26/03 : 11H-20H
Vendredi 27/03 : 11H-21H (nocturne)
Samedi 28/03 : 11H-20H
Dimanche 29/03 : 11H-19H
Plein tarif : 12 € Tarif réduit : 6 € Gratuit : - 18 ans


FID  - Foire internationale du dessin
du 27 au 30 mars 2009
Espace Nikki Diana Marquardt. 1
0 rue de Turenne Paris 4ème.
Métro Saint Paul. 
Vendredi 27 mars: 15h à 20h, Samedi 28 mars: 11h à 19h, Dimanche 29 mars: 11h 19h. 
Entrée: 5 Euros + catalogue 10 Euros


SLICK DESSIN 
du 28 au 30 mars 2009
à l’Atelier Richelieu
60, rue Richelieu 75002 Paris
M° et Parking : Bourse
contact@SLICK-paris.com
Tarifs unique 5 euros
Vernissage 27 mars de 14h à 21h (sur invitation uniquement)
Samedi 28 mars de 11h à 20h Dimanche 29 mars de 11h à 20h Lundi 30 mars de11h à 16h



Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 07:35

"Le Sacrifice des idoles"


du 13 mars au 25 avril 2009


Galerie Lélia Mordoch -  Paris (6)



Loïc Hervé


Loïc Hervé : La Puissance et le Gouffre."
 
La mécanique des ensembles a fait son entrée  en force dans la théorie de la sculpture moderne et contemporaine. Elle s'intéresse à unir de façon baroque, télescopée, figures classiques et objets rejetés par la mer (bidons et autre contenants multicolores), buste du Christ et bronze néo-païen, trident prisonnier de barres métalliques, hache et horizon primitif. Le "Principe d'incertitude" de la physique des particules appliqué en quelque sorte à l'effondrement des canons traditionnels de l'art.

Mais encore la condensation de toutes nos premières stupeurs face à la brutalité du monde, sa masse aussi lourde que les montagnes face à la taille d'un proton (l'artiste qui bagarre pour survivre à la fin de l'esthétique convenue). Le parcours du combattant pour lequel rien n'est jamais acquis cependant aussi.

Enfin une hypothèse ultime, celle de la réintroduction de l'humour, noyau actif de la conscience, des lumineuses intuitions désormais au centre de nos préoccupations, mais pas toujours autant mises en gravitation, l'idée de la précarité des éléments naturels qui va avec, de l'érosion qui menace notre voyage terrestre.
PG

Loïc Hervéinformations pratiques :

Galerie Lélia Mordoch
50 rue mazarine
75006, Paris.

photos : (1) "Poids de la civilisation" Loïc Hervé fonte, acier, bois, Ht 144 cm x 91 cm (2) vue de l'exposition.



voir aussi : le site de la galerie Lélia Mordoch


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 07:48
Une sélection d'oeuvres
peintures et lithographies


du 24 janvier au 03 mai 2009


 Espace La Vallée, La Vallée Village





 

François Boisrond



François Boisrond, peintre-poète contemporain.
 
Que serait une peinture "naturelle", sinon le comble de l'artificiel ? Une peinture des énergies, en deçà des problèmes sociaux, politiques, internationaux. Une réserve de morale, un supplément d'âme. La direction que semble poursuivre François Boisrond suit la courbe de l'humanité quotidienne, colorée, redressée et nous semble aller dans ce sens.

Non pas une peinture du gémissement ou de l'écrasement donc, mais plutôt sise dans l'accomplissement des premiers choix des années 1980 et de la Figuration libre. Un travail réfractaire à tout fonctionnalisme, plutôt une oeuvre de poète du XXIème siècle.
PG


voir aussi :  www.lavalleevillage.com 

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 11:37

"Traversées"
peintures récentes

du 21 mars au 19 avril 2009

Chapelle Saint-Jacques - Mantes-la-Jolie


Philippe Ségalard


Philippe Ségalard : Le territoire du monde et la marque de l'époque


La clé pour comprendre le lien entre l'oeuvre et son "mouvement" chez Philippe Ségalard est dans l'affrontement entre la forme artistique issue de l'élan corporel et l'expérience esthétique au sens disons extatique que la couleur, le trait, les masses fluides génèrent en contrepartie chez le spectateur et certainement chez le peintre.

C'est un trafic intense, une dynamique qui évolue de façon spiralique, loin de la fixité des pierres ou d'un rythme mécanique. Pas d'architecture gigantesque dans cette oeuvre de "métamorphoses", mais une lumière diffuse, comme intérieure qui établit une interface entre perception et geste. Les tableaux comme des fragments cosmiques où l'idée d'individuation émerge accueillent un processus homogène qui réfléchit la lumière en plusieurs couches sur la toile.

Projection qui capte le regard au-delà de la multiplicité chaotique, la couleur, orange et or, le bleu brillant, les traces de natures mortes rouges ou noires associées à des oiseaux, des visages...éliminent la frontière entre réel et représentation, disposition des signes et contexte, sujet et acte, territoire de l'art et dissolution poétique dans l'expérimentation sans cesse soulevée.

Métaphore de la condition humaine enjouée, perméable au sacré, cette oeuvre assure enfin toujours la médiation avec les principes
essentiels de la vie par des propositions graphiques paradoxales joignant le proche et le lointain, l'aujourd'hui et le passé le plus fondateur sans séparer l'autonomie des signes d'un message à la résonance symbolique indiscutablement habité par la vibration du monde.
Pierre Givodan

 

informations pratiques :

Vernissage le samedi 21 mars   17h00
L'artiste sera également présent à la Chapelle
le dimanche 5 avril de 14 à 19 heures.

Chapelle Saint-Jacques
Boulevard Victor-Duhamel
Mantes-la-Jolie.
01 34 78 97 40


voir aussi : http://www.philippe-segalard.com/

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 08:06

D'ici et d'ailleurs
oeuvres récentes

du 26 mars au 30 avril 2009

Mondapart - Espace de Boulogne (92)


Sophie Sigorel


Sophie Sigorel. Le Passage du temps.
On se demande en remuant les souvenirs ce qu'il reste au milieu des doutes et des chavirements, car l'espace se fend et craque. Si l'on veut reconnaître une fois la ville raturée, les expéditions dans la métropole, les adresses, les sourires admis, la jeunesse sans fièvre, alors on est environné de soupçon. Dans le fil assassin des corvées de transport, les rues noires, au milieu d'un jeu de glaces au rebord des quartiers nocturnes, les figurants impersonnels, les fantômes d'ombres muettes déambulent de droite et de gauche.


Misère du monde sans chanson ni dandinement. Bleu froid, gris et jaune,  mélancolie obligée, image continue des numéros rouges sans raison. Avec les tableaux de Sophie Sigorel, on file à l'anglaise dans  l'espace architecturé du monde où règnent et vascillent  le faux, le plat, la vanité.  Divagation sans commencement ni fin, formes floues, couleurs altérées par le déplacement, les passants de la rue s'habituent au hasard. Vaille que vaille parmi les engins, la déroute des âmes, les groupes dont le passe-temps consiste à loucher vers le départ en auto, à pied, en train, pour rien, se déploie le rythme de la vie citadine. Effarement, émotions sans gloire, inquiétude et dépassement du trouble. Le voyage n'est ni résigné, ni dominé par l'anxiété pour autant.

Car la peinture de Sophie Sigorel contient un savoir, un avoir. Celle-ci  nous réveille de ce dont nous avons tort. Dans cet espace demeuré poétique, sans violence majeure  les êtres apparaissent non pas désespérés mais vêtus de leurs fragiles chrysalides d'habitants des villes. L'extraordinaire est que ce travail conserve la cadence de la grâce, la bienveillance du regard. Au delà du souvenir de nos agglomérations oscillantes, l'artiste épuise la  matière mouvante, pour fondre les distances entre l'humain et la cité qui l'entoure. Comme dans un ralenti sans son ni parole, elle étend le mouvement et figure avec insistance le passage du temps.
Pierre Givodan



Sophie Sigorelinformations pratiques :

Vernissage le jeudi 26 mars de 18h30 à 21h30

Mondapart
Le Hameau
50-52 boulevard de la République
92100 Boulogne Billancourt
+33 (0)9 70 40 69 75

Galerie-Maison ouverte tous les jours sur rendez-vous
et les jeudis après-midi de 14h00 à 18h00

photos : (1) les passagers 140 x 140 cm, (2) Red Index 100 x 100 cm

voir aussi : le site de la galerie Mondapart

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 05:32

du 3 au 28 avril 2009


Château des Tourelles - Plessis-Trévise (94)




Maryam Shams

Maryam Shams : Au delà du visible.
Il n'y a pas de plus bel arbre que celui de la vie. La démarche de Maryam Shams à l'oeuvre dans sa peinture  est une véritable science initiatique,  une quête de l'unité. Chaque tableau est un schéma symbolique qui laisse apparaître les principes élémentaires  de la création, ses éléments  originels et ses puissants facteurs.

Cercles, triangles, formes abstraites  sont les instruments magiques qui fouissent le riche terreau d'un imaginaire commun.  L'Occident,  l'Orient, leurs archétypes profonds, les verticales, croix,  lignes droites structurent l'univers de l'artiste. Révélation d'un besoin d'ordre, d'équilibre, d'harmonie qui s'appuie sur la  lumière et l'amour.

Maryam Shams souhaite de toute force faire vibrer le lien vital, l'espace sensible, elle ne se cantonne pas au visible mais fait éclore des mondes mystérieux.  Réalité cosmique ? Univers mystique ? Il y a ici  de la puissance, de la légèreté, un déploiement d'extensions infinies.

Pourtant une image du monde est à l'ancre derrière ce besoin d'élévation. Sa topographie quasi invisible le voue à l'oubli.  De même, les écrits fragmentés qui couvrent la toile sont le motif d'une parole muette, une forme du  souvenir.  Mais un  tableau affiche lisiblement son texte, "liberté", le message universel de l'humaine condition. 

Catherine Plassart





Maryam ShamsMaryam Shams participe au côté de deux autres artistes à l'exposition "ré-inventé" au Château des Tourelles au Plessis-Trévise.


Photos (1) L'arbre de vie,  huile sur toile, (2) Liberté, huil sur toile.

informations pratiques :

Château des Tourelles
19 avenue de la Paréchale
94420 Le Plessis - Trévise
01 45 93 34 78

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article