Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 11:08

Du 16 octobre 2009 au 10 janvier 2010


Musée d'Art moderne de la ville de Paris-ARC





Martin Kippenberger





Deadline : Unis au-delà de la mort.

Ils sont et ne sont pas à leur dernière courbe du temps. Ils se savent mortels et échangent leur expérience contre leur oeuvre finale.

 Il faut savoir que cette exposition du Musée national d'art moderne réunit plusieurs générations d'artistes du 20ème siècle. Des peintres : Hans Hartung, Gilles Aillaud, W. de Kooning, Joan Mitchell, les "environnements" et sculptures de James Lee Byars,  installations de Chen Zhen, des tableaux de la nouvelle figuration allemande de Martin Kippenberger ou de Immendorff, des vidéos et des "constructions de Absalon (1964-1993),  photos de Félix Gonzalez-Torres, de Robert Mapplethorpe et de Hannah Villiger.

 Leur art est une lutte avec l'existence discordante, la vieillesse pour les uns, la maladie pour d'autres et ils en font une harmonie, une unité. Ils font coïncider le haut et le bas. Cela existe par delà le néant, on peut l'énoncer dans une simple parole.

Simple chemin, mais inébranlable, venu à être au moment opportun et nécessaire.
PG
 

Willem de Kooning


[No title], 1988. Huile sur toile © 2009 The Willem de Kooning Foundation/ADAGP, Paris




Jörg Immendorff

Ohne Titel, 2006. Huile sur toile © Estate Jörg Immendorff/Galerie Michael Werner, New York, Berlin et Cologne numérisation Farbanalyse, Cologne



Gilles Aillaud


Vol de mouettes, ciel orange, 2001. Huile sur toile © Adagp, Paris 2009
Photo : Courtesy Galerie de France, Paris/ Patrick Müller




James Lee Byars



The Death of James Lee Byars,1994-2000. Reconstitution, feuilles d'or, cinq diamant articficiels posés sur un piédestal. Photo : © Courtesy Galerie Marie-Puck Broodthaers, Bruxelles/droits réservés. James Lee Byars © The Estate of James Lee Byars/Galerie Michael Werner, New York, Berlin et Cologne







DEADLINE propose un regard sur une sélection d’artistes disparus au cours des vingt dernières années, choisis en fonction de la manière dont ils ont intégré dans leurs derniers travaux la conscience de la mort, l’urgence de l’oeuvre à achever et le dépassement de soi. Certaines pièces exposées semblent non seulement testamentaires, mais aussi visionnaires, d’une grande audace et souvent émouvantes. Outre qu’elles se présentent comme la marque d’une mort annoncée, les oeuvres – qu’il s’agisse de peintures, de photographies, d’installations, de sculptures, de vidéos – cherchent à produire la synthèse d’une vie avec une intensité qui atteint parfois à une plénitude, l’expression possible d’une vérité, comme un dernier mot ou un dernier geste qui expliquerait tout.




Chen ZhenInformations pratiques :

Musée d’Art moderne de la ville de Paris - ARC
11, Avenue du président Wilson
75 116 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h - Fermeture le lundi
Visites commentées de l’exposition.

Accès :
Métro : Alma-Marceau ou Iéna
RER : Pont-de-l’Alma (ligne C)
Bus : 32-42-63-72-80-92


Photos : (haut)  Ohne Titel(aus der Serie “das Floß der Medusa”), 1996. Huile sur toile © Estate Martin Kippenberger/Galerie Gisela Capitain, Cologne, (bas) Crystal Landscape of Inner Body, 2000. Cristal, fer, vitre. Détail © Adagp, Paris 2009 Photo : Courtesy Galleria Continua, San Gimignano/Pékin/Le Moulin/GAM Torino-Maurizio Elia





voir aussi : http://www.parismusees.com/deadline/

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 08:55

The lost forest - Suite Paris


du 27 novembre 2009 au 9 janvier 2010


Galerie Thierry Marchand -  Paris 7e

 


Ilias Selfati



"Donc le poète est vraiment voleur de feu.
Il est chargé de l’humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions. Si ce qu’il rapporte de là-bas a forme, il donne forme ; si c’est informe, il donne de l’informe."

Rimbaud Lettre à Paul Demeny, 15 mai 1871



L'animal en chemin

La forêt est obscure, un rayon de soleil tombe sur la bête. La lumière est si dense qu'elle efface les couleurs, révélant une forme aux contours précis, simple et élégante. L'animal, cerf, biche, scarabée ou papillon, poudré des éclats du luminescent possède la grâce de l'origine. Il a parcouru le long chemin qui vient de la nuit des temps. Peint avec force et délicatesse par Selfati, il nous procure le vertige que l'on connaît au bord d'une figure archétypale ressurgie du passé le plus lointain.

L'animal ainsi sublimé, nous tend un  miroir et nous initie.  Mais en donnant la même importance à l'animal peint ou dessiné qu'au vide qui l'entoure,  Selfati nous tient à distance d'un humanisme anthropocentrique qui  réduirait  le monde à  sa notion d'environnement . En l'absence de l'évocation de leur milieu naturel,  cervidés,  insectes,  invertébrés , dans leur grand dépouillement mettent en cause la subjectivité humaine. Ils nous révèlent l'essence de l'animal sauvage, un animal qui échappe au besoin d'appropriation de l'homme.

Et c'est ce qui le rend beau et sans doute ce qui le met en danger. C'est pourquoi, tel le poète, le peintre est ce voleur de feu qui place  une émotion dans la courbe tendre et fragile d'une patte, dans celle plus robuste et tendue d'une échine ou encore dans celle massive et harmonieuse d'une croupe. Car dans cette oeuvre, si l'image immémoriale préexiste, elle est enrichie par la merveilleuse expérience familière de l'animal "nature" couronnée des riches émotions : la peur, la tendresse, l'étonnement.

Rien d'extraordinaire ici, rien de fabuleux non plus, la juste expression de la vulnérabilité. Chacun de ces animaux est  né pour mourir. Il n'est ni ange, ni démon. Son existence est fragile et précaire. Mais  l'image intime qu'il nous offre dans un contexte objectivement de plus en plus menaçant pour lui  est celle d'une idéalité. C'est cela  "The lost forest" de Selfati, une parole de poète, un témoignage  plastique précieux en faveur de la bio-diversité  afin de préserver dans leur être et dans leur forme les témoins vulnérables et solidaires de notre humanité.

Catherine Plassart




Ilias Selfati





Ilias Selfati





Ilias Selfati





Ilias Selfati

informations pratiques :

Galerie Thierry Marchand
7, rue de Bourgogne - 75007 Paris

du mardi au samedi de 11h à 19h

"The lost forest - Suite Paris" à la galerie Thierry Marchand à Paris est le second volet de l'exposition "The lost forest/ La Forêt perdue" qui s'est tenue au printemps à la Galerie Shart à Casablanca (Maroc). Notre article ICI

photos : "The lost forest" d'Ilias Selfati (1) Sans Titre tech. mixte sur velours 30 x 40 cm , (2) (3) (4) Sans Titre tech. mixte sur velours 30 x 30 cm (5) Sans Titre tech. mixte sur velours 20 x 24 cm copyright  Pascal Bouclier




voir aussi  : le site d'Ilias Selfati


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 11:21

 Peintres et sculpteurs

du 26 novembre au 13 décembre 2009

La Cité internationale des Arts  - Paris 4e




Françoise Bertero



La 14ème édition de la Biennale 109, présente les oeuvres de 45 peintres et 28 sculpteurs dans les galeries de la Cité internationale des Arts. Une preuve évidente,  s'il en faut encore une, que peinture et sculpture ont une large part dans la création actuelle.

La vocation de la Biennale 109 est, depuis sa création en 1983, la défense d’un art figuratif. La variété des techniques sert ici l'originalité des propositions personnelles et imaginatives des artistes sélectionnés. L'amateur appréciera le nombre important de tableaux de grand format,  le large panorama en sculpture, le rapprochement ou la confrontation, c'est selon, d'oeuvres dues à des artistes confirmés et à de jeunes plasticiens.  Une édition de la Biennale 109  à ne pas manquer. Elle s'adresse à tout public, la Cité des arts est ouverte tous les jours  et l'entrée  est gratuite.



Jörg Hermlé






Pierre Dessons





Peintres
AMBLARD Frédéric - BARBEDETTE Michel - BARYGA Marie-Esther - BERTERO Françoise - BESSY Adèle - BONIFACE Odile - BOURDIN Hervé - BOURDREUX Nathalie - CANU Nicolas - COURCELLE Etienne - CRESPIN Joël - DESSONS Pierre - DI SCIULLO Bernard - DURANEL Jean - ENGLERT Béatrice - GRAFF Michel - GUINEBAULT J.Michel - HAJIZADEH Ghasem - HERMLÉ  - HIRSCH Christiane - JOUSSEAUME Roselyne - LE GLATIN André - LE MORE Arlette - LEIJS Bernard - LEVY Esti - LIVARTOWSKI Daniel - MOUREY Christian - OUVRARD Bernard - PERRIER Noël - PICARD Marcel - PICCIOTTO Simone - POTIER Michel - ROCHE Hervé - ROUGÉ Jean - SANTUSPatrick - SCHNEE - SIEGEL Joliane - TERTRAIS Philippe - UTSUMIYA Isao - VEILLARD Jean-François - VERNIER Laurent - VERVAËT Sylvie - WALCKER Elisabeth - YVETOT Claude





Catherine Bouroche




Sculpteurs
ABEILLE Claude - ADLER Ruth - BADORD Jacqueline - BONNETERRE Claude - BOTEZ Alvaro - BOUROCHE Catherine - CAMPA Jean - DALL’ANESE Jean-Pierre - DELISLE Lisbeth - DELUEN Marie – Pascale - DEMAL Martine - GIANNESINI Françoise - HARADA Tetsuo - HOUARI Medjid - INOUÉ Yukichi - LACROIX Gisèle - MANCHEVELLE Gilles - MARCOVILLE - MARTINON Pierre - MOSCOVINO Jean Paul - NOBLET William - POIX Michel - PRIALNIC Marc - PROFFIT Pascale - RADOVIC-DOUILLARD - SIGNORI Ilio - THOMAS-ROUDEIX Bernard - ZABUKOVEC Jean



 

Etienne Courcelle
Programme :

Vernissage le mercredi 25 novembre de 18h00 à 20h30

Nocturne mardi 1er décembre jusqu’à 21h00

Concert par des musiciens résidents de la Cité internationale des Arts
le samedi 5 décembre à 17h00.


Informations pratiques :

La Cité internationale des Arts
Salles E.M. Sandoz et M. David-Weill
18, rue de l’Hôtel de Ville, Paris 4ème
01 42 78 71 72
biennale109@gmail.com

ouvert tous les jours de 14 h à 19 h

Entrée libre

métros :  Saint-Paul / Pont-Marie / Cité des Arts



photos
: (1) Françoise Bertero Sans Titre 100x150 cm, (2) Jörg Hermlé Taureau-magie 150 x 150 cm, (3) Pierre Dessons Main de nuage Technique mixte 97x130 cm , (4) Catherine Bouroche Terre cuite engobée, 40 x 38 x 32  cm, (5) Etienne Courcelle Le retour de pêche 195x150 cm



voir aussi : www.biennale109.com

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 10:45

Soulèvements

Du 25 octobre 2009 au 17 janvier 2010


La Maison rouge, Fondation Antoine de Galbert, Paris

 

Jean-Jacques Lebel



Depuis 1955, Jean-Jacques Lebel expose, écrit, filme, édite, coordonne, s’engage dans des processus collectifs. Artiste avant tout, organisateur de manifestations, d’expositions ou de festivals internationaux, poète, théoricien, activiste politique, toutes les formes de sa trajectoire « d’agitateur inspiré » constituent des éléments inséparables de son travail de plasticien. Ce sont quelques productions de l’imaginaire de cet artiste, de ce passeur, de cette figure marquante des avant-gardes des cinquante dernières années, que cette exposition présente.


Le titre : « Soulèvements » par-delà son sens évident, suggère des significations qui vont du politique au poétique, du réel à ses représentations, de la pensée aux langages les plus diversifiés. C’est sous l’égide de ce vocable polysémique que sont associées, afin d’esquisser la silhouette existentielle de cet insurgé, ses propres oeuvres, celles de ses amis et compagnons, ainsi que les objets d’art ou de combat qu’il a réunis autour de lui et dont il nourrit sa subjectivité.


Le parcours est organisé selon des thèmes qui correspondent aux obsessions de Jean-Jacques Lebel quant à l’énigme posée par l’oeuvre et au contexte collectif de son émergence. Happenings, Insoumission, Poésie, Hallucination, Eros, Dada, la Guerre ou le Rhizome… en sont quelques exemples. Ces ensembles interconnectés permettront au visiteur d’entrer en relation avec quelques-unes des principales installations de Jean-Jacques Lebel, des oeuvres d’Arts Premiers ou d’artistes anonymes mais aussi, celles d’alliés aussi importants que Johan Heinrich Füssli, Giuseppe Arcimboldo, Louise Michel, Fourier, Ravachol, Guillaume Apollinaire, Marcel Duchamp, Pablo Picasso, Otto Dix, André Breton, Francis Picabia, Antonin Artaud, Bernard Heidsieck, Erró, Antonio Saura, Konrad Klapheck, Öyvind Fahlström, Peter Saul, Camilla Adami, Orlan… .


Près de trois cents oeuvres avec lesquelles l’artiste entretient depuis longtemps un dialogue soutenu, et sans fin. Cette exposition célèbre la subjectivité radicale d’une personnalité hors-norme, concentrée sur l’intensité de l’échange permanent entre l’art et la vie, la recherche et la méditation, le soi et le tribal. Une oeuvre qui déborde largement les disciplines et les classifications, une pensée en action qui puise à l’imaginaire de toutes les époques, de toutes les civilisations au mépris des frontières et des conventions.


André Breton/Valentine Hugo





Victor Brauner





Jean-Jacques Lebel





photos : (1) Jean-Jacques Lebel, Soulèvements (2) André Breton/Valentine Hugo, Jean-Jacques Lebel, 3e Festival de la libre expression, Sans titre (cadavre exquis), 1930-32 crayons de couleurs sur papier noir, 31.5 x 23.5 cm © DR (3) Victor Brauner , Cérémonie, 1947 (195 x 241cm) © DR (4) Jean-Jacques Lebel, douilles ornées, 1914-1918, laiton © DR (5) Francis Picabia, Sans titre (transparence) © DR


Francis Picabia

Informations pratiques :

la maison rouge
fondation antoine de galbert
10 bd de la bastille – 75012 Paris
info@lamaisonrouge.org
33 (0)1 40 01 08 81 / 33 (0)1 40 01 08 81

commissaire : Jean de Loisy


voir aussi : www.lamaisonrouge.org


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 15:53

Laurence Innocenti et Courtney Holton
Peintures


Du 7 au 22 novembre 2009


Galerie Expression libre - Paris 14e




Laurence Innocenti




La quadrature du monde

Il faut maintenant approcher du monde, ouvrir sa grande fenêtre carrée, se pencher sans se blesser le cœur aux échardes et voir, et regarder avec curiosité tout ce qui défile ; dénombrer et saisir et nommer et savoir. Puis oublier. Voici bien le travail d’une vie : mais où commencer ? où donc inscrire le premier trait, et quel mot, quelle couleur ou forme, matière ou souvenir, ou prémonition rêveuse allons nous prendre par la main ? Bah le hasard fait bien les choses et nous aidera – au diable la volonté de l’artiste avec son grand « A » et les calculs de trajectoire; on devrait admettre une fois pour toutes la première place qui revient à l’incertain dans l’œuvre qui s’inscrit .

Elle ne sait pas, elle dit qu’une fois que la toile est tendue, offerte au vent, on vogue sans savoir vraiment comment ou combien de temps. Sans savoir ce qui commandera au travail : matériaux, cheminements, repentirs, accidents, rencontres diverses ou simplement états d’âme. Quant au résultat, et au titre, comment savoir … ?

Jacques Chanaz

 




Laurence Innocenti


"Territoire Chine" 100 x 100 cm




Laurence Innocenti

"Voyage en Corée" 80 x 80 cm





Laurence Innocenti


"Morocco" 100 x 100 cm

 





Informations pratiques :

Galerie Expression libre
41 rue Hippolyte Maindron
Paris 14 ème 

ouvert du mercredi au dimanche de 12h à 19h30
 

voir aussi : le site de la galerie , la vitrine de Laurence Innocenti sur Art Point France




Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 16:33

vingt-deux artistes contemporains

du 6 novembre au 18 décembre 09

Centre culturel irlandais - Paris (6)




             


Into Irish Drawing présente le travail de vingt-deux artistes contemporains spécialisés dans le dessin. Selon Arno Kramer, commissaire de l’exposition, la discipline a connu un renouveau important au cours de ces dix dernières années. Les œuvres présentées ici ont été sélectionnées pour leur qualité visuelle et le style reconnaissable de chaque artiste. Dans le dessin, chaque trait est visible, comme une transmission directe du cerveau sur papier à travers la main, sans filtre ; cette exposition montre les résultats d’essais et d’expériences, tant sur de petits que de grands formats.

Ces artistes qui contribuent à repousser les frontières de l’une des disciplines les plus anciennes sont : Stephen Brandes, Claire Carpenter, Gary Coyle, Timothy Emlyn Jones, Brian Fay, Mark Francis, David Godbold, Anita Groener, Katie Holten, Alice Maher, Niamh McCann, Eoin McHugh, Bea McMahon, Nick Miller, Tom Molloy, Isabel Nolan, Eamon O’Kane, Niamh O’Malley, Kathy Prendergast, Jim Savage, Gerda Teljeur et Martin Wedge.



Informations pratiques :

Vernissage le 5 novembre 09, 18h30-20h

Centre Culturel Irlandais
5 rue des Irlandais, 75005 Paris
(33) 1 58 52 10 99
email: rbeaugendre@centreculturelirlandais.com

entrée libre



Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 10:34

Jusqu’au 19 novembre 2009


Musée du Montparnasse - Paris 15e




Malraux en Haïti




Avec les peintres de Saint Soleil. Malraux en Haïti.

(La descente.)
 
La chaleur bourdonnait et le silence était étincelant. Là-haut Saint-Soleil, les yeux ouverts sur les rayons, au devant la mer couleur terre aujourd'hui et au milieu un bateau planté là. Des maisons ici en chantier et le ciel épuré.

- Outremer, se dit Malraux, et soleil, façades multicolores et graphismes, dessins vaudous partout, éblouissants.
La rumeur du blues dans l'air, des hommes désoeuvrés, tristes en pleine lumière. Ils avaient fait la première révolte des esclaves, ils avaient marché drapeau levé, déboutonnés, "marrons" ils étaient et ils peignaient. Malraux s'essuya le front, un homme s'approchant.
 
- Alors vous avez eu cette idée, celle de nous ajouter à votre Livre des métamorphoses, inscrire nos hommes, nous considérer...
L'homme avait la cinquantaine charmante, des yeux verdâtres, un visage brun, un pantalon large, des souliers légers, un air sérieux, une figure, un nez, une voix qui revenaient d'Afrique.
 
Malraux se tourna de côté:
- Décidément tout le monde veut savoir !
Il entama la conversation :
- Vous savez mon opinion sur les peintres de Saint-Soleil, je voulais voir et quelle fut ma surprise !
 
(La révélation.)
 
- Une grande joie, une révélation.
Il s'appuyait sur une canne qu'on lui avait offerte. Elle avait la forme d'un serpent. Rien d'obscène, mais juste la marque cérémonielle des prêtres de la religion vitale. Malraux ecclésiastique descendait lentement la pente.

- Vous savez que je n'ai rien d'un jésuite. Je sais n'avoir aucune déférence et pourtant ! Il y a une philosophie chez ces gens. Aucune naïveté dans leur peinture. Ils ont gardé leur âme et ne se sont pas vendus... Attention leur art est véritable ! J'ai l'idée de proposer cela à l'histoire de l'art. Je vais encore être incendié, l'objet de discussions à scandale, mon ministère n'est pas celui d'un professeur... Je contemple la jeunesse, l'équilibre, l'ivoire, la fin des plaintes, la consommation du jaune, du noir, le papier, la toile, rafraîchissants. Oui, j'écrirai la jouissance de la peinture à l'huile méditative, les souffrances, le mystère intelligible, les mangeurs du temps, les saltimbanques du langage des tambours transposés.

On le croyait fou parfois, possédé aussi. Son étude, son testament, serait plein de ferveur. Il alla s'asseoir sur un tronc d'arbre abattu.

- On m'a offert des oeuvres. Cela est aussi fort que Rouault. Je n'en reviens pas. Brusquement il fut secoué d'une sorte d'exaltation.

- Il y a là une profondeur, un climat absolu, loin des bibliothèques. Le voyage au-delà des mers et des ténèbres... On fait bien de visiter les cultures foisonnantes. Elles triomphent, sublimes, dans la poussière.


Pierre Givodan



oeuvres de :
Patrick VILAIRE, Prospère PIERRE-LOUIS, Robert SAINT BRICE, Levoy EXIL, Stivenson MAGLOIRE, Pierre-Joseph VALCIN, André PIERRE, Denis SMITH, Louisiane SAINT-FLEURANT, Dieuseul PAUL, Pascale MONNIN, Frantz ZEPHIRIN, Serge JOLIMEAU, Lionel SAINT-ELOI, Wilson ANACRÉON, Frantz AUGUSTIN, Serge-Moléon BLAISE, Mécène BRUNIS, Etienne CHAVANNES, Freddy CHERASARD, Préfète DUFFAUT, Édouard DUVAL-CARRIÉ, Avril FOREST, Eddy JACQUES, Édouard JEAN, Jean-Baptiste JEAN, Madsen MOMPREMIER, Cameau RAMEAU, Frantz ZÉPHIRIN, Levoy EXIL,  Fortuné GÉRARD

et des portraits d’André Malraux par Roger Pic, photographe.




Malraux en Haïti




Malraux en Haïti




A l’occasion du 50e anniversaire de la création du Ministère de la Culture (1959), à l’instigation d’André Malraux, le musée de Montparnasse rend hommage à ce dernier avec une exposition multimédia, "Le dernier voyage d’André Malraux en Haïti". Jusqu’au 19 novembre 2009.

Au programme : présentation d’un ensemble de tableaux Vaudous des peintres haïtiens de la « Communauté de Saint-Soleil », photos sur Haïti, sculptures caraïbes et africaines et projection des 13 films de la série « Journal de voyage avec André Malraux, à la recherche des arts du monde entier » réalisés par Jean-Marie Drot en 1975/76.

Les 13 films :
 Les Apprentissages d’un regard (52’)
 Promenades imaginaires à Florence (52’)
 Promenades imaginaires à Venise (52’)
 Promenades imaginaires à Florence, Rome et Fontainebleau (52’)
 Promenades imaginaires en Hollande avec Rembrandt (52’)
 Promenades imaginaires en Espagne avec Goya (52’)
 Manet ou la naissance de l’art moderne (52’)
 Dialogue imaginaire avec Picasso : La tête d’obsidienne (75’)
 Promenades imaginaires en Inde (52’)
 Promenades imaginaires au Japon (52’)
 Promenades imaginaires en Afrique et en Océanie (52’)
 Le dernier voyage de Malraux en Haïti (52’)
 Le Musée imaginaire d’André Malraux (90’)

Malraux en HaïtiLivre-catalogue de l’exposition

Le dernier voyage d’André Malraux en Haïti, textes de Jean-Marie Drot, 128 pages, illustrations couleur, format 32 x24 cm, coédition. Musée du Montparnasse / éd Paradox. 28 €.


Informations pratiques :


Musée du Montparnasse
21 avenue du Maine
75015 Paris
Tél. : 01 42 22 91 96

Tous les jours, sauf lundi, de 12h30 à 19h

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 15:02

Fractal Flowers in vitro

du 22/9/2009 au 3/1/2010


Musée de la Chasse et de la Nature - Paris (03)



Miguel Chevalier


Miguel Chevalier. La Bibliophilie du XXIème siècle.


Miguel Chevalier présente au Musée de la Chasse et de la Nature "Fractal Flowers in vitro 2009". Cette installation aborde la question très présente dans l'imaginaire contemporain d'une nature totalement artificielle, fantasmée et fabriquée par l'homme. La vue est le premier sens à être activé, avec une mini-serre sur les parois de laquelle est projetée une étrange nature en perpétuel devenir : les Fractal Flowers, plantes improbables qui croissent et meurent à vue d'oeil et répondent aux mouvements des spectateurs. Ce mystérieux ballet végétal est accompagné de la musique, créée spécialement par Jacopo Baboni Schilingi. Après l'image et le son, l'oeuvre est enrichie grâce à la perception olfactive créée par Annick Menardo, ajoutant à la réalité de la matière et du virutel un espace odorant.


En complément de cette installation est exposé au deuxième étage du musée "Herbarius 2059", nouvelle création de réalité virtuelle réalisée en collaboration avec l'écrivain Jean-Pierre Balpe. Herbarius 2059 possède encore l'aspect d'un livre mais mêle réel et virtuel, et présente des textes et images générés en temps réel. Le prototype de l'Herbarius 2059 est un hymne à l'hybridation, et nous ouvre la porte d'un imaginaire intemporel. Il nous entraîne vers ce que pourraît être une bibliophilie du XXIe siècle.

 

Miguel Chevalier





Miguel Chevalier




Miguel Chevalier






Bibliophilie :

Miguel Chevalier
L'Algorithme pixélisé

2003
prix : 300 €

voir l'ouvrage






Informations pratiques :

Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives Hôtels de Guénégaud et de Mongelas
75003 Paris
courriel : musee@chassenature.org
Tél. renseignement : 01 53 01 92 40
Tél. réservation : 01 53 01 92 40

ouvert : du mardi au dimanche
de 11h à 18h. Fermeture les jours fériés.

accès : M1 Hôtel de Ville, M11 Rambuteau / Bus 29, 75

voir aussi : http://www.chassenature.org/



Egalement :


Miguel Chevalier participe à Nuit Blanche 2009, Paris

le 3 octobre à partir de 20h00.
Fermeture à minuit.

Nuit Blanche 2009, Paris - Fnac / Forum des Halles
Pixels Liquides
Miguel Chevalier
Logiciel Cyrille Henry

Fnac - Forum des Halles
Rayon TV , Niveau +1
1-7 rue Pierre Lescot
Porte Lescot
75001 Paris
Métro-RER : Châtelet/Les Halles
www.paris.fr



Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 09:52

Soulages

14 octobre 2009 au 8 mars 2010

Galerie 1 - Centre Pompidou


Pierre Soulages




Pierre Soulages


La diversité du noir.
À la veille de son 90ème anniversaire, Pierre Soulages, « peintre du noir et de la lumière », est reconnu dans le monde entier comme un très grand peintre de la scène française. Le Centre Pompidou célèbre, par une grande rétrospective, l'œuvre de l'une des figures majeures de l'abstraction.

L'exposition retrace  plus de 60 ans de peinture mais  insiste sur les développements récents.   Elle rassemble une centaine de pièces majeures créées de 1946 à aujourd'hui. On admire le dynamisme d'un homme dont le travail après tant d'années est toujours en devenir. Depuis les étonnants brous de noix des années 1947 - 1949 jusqu'aux peintures des dernières mois,  l'oeuvre n'a cessé de se diversifier dans le noir exclusif.

La première partie de l'exposition présente un ensemble important des premières peintures sur papier et des fameux goudrons sur verre, ainsi qu'un choix de peintures parmi les plus représentatives des années 1950 à 1970. Puis viennent les tableaux du cycle l'« Outrenoir », cette « peinture autre » qu'il initie à partir de 1979 où s'affirme la lumière diffusée par reflets sur une surface entièrement recouverte de noir. Dans la dernière partie du parcours, de grands polyptyques récents sont installés en suspension dans l'espace.

Dans le cadre de cette rétrospective, le Louvre s'associe au du Centre Pompidou et présente un grand tableau de Pierre Soulages dans le Salon Carré, en regard de La Bataille de San Romano de Paolo Uccello (1397-1475). Par cette invitation, le musée rend hommage à celui qui, célèbre pour sa peinture noire, a permis de restituer, en 1994, la couleur rouge des cimaises d’origine des galeries XIXème consacrées aux grands formats français.

Pierre Soulages est né en 1919 à Rodez en Aveyron. Un musée consacré à son oeuvre y ouvrira ses portes en 2012. Grâce à la Cité de l’architecture et du patrimoine il sera possible de voir en avant-première le projet architectural conçu par l’agence catalane RCR pour le futur « Musée Pierre Soulages » . Il sera exposé du 16 décembre 2009 au  25 janvier 2010  dans le Hall de tête du Musée,  au palais de Chaillot.



Livres :


"Soupçon de noir"de Michel Lagrange. Il reste quelques exemplaires de cet  ouvrage rare contenant une sérigraphie de l'artiste. ICI

Un important ouvrage paraîtra aux Éditions du Centre Pompidou qui organise en janvier 2010, en collaboration avec l’université François-Rabelais de Tours et l’INHA, un colloque international placé sous la responsabilité scientifique d’Éric de Chassey.






Pierre Soulages







Pierre Soulages



photos (haut) : (1) Peinture 202 x 327 cm, 17 janvier 1970, Huile sur toile, 202 x 327 cm Collection particulière Archives Pierre Soulages, Paris (photo Fançois Walch) © Adagp, Paris 2009, (2) Peinture 324 x 362 cm, 1985, Polyptyque C (4 éléments de 81 x 362 cm, superposés) Huile sur toile Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Diffusion RMN © Adagp, Paris 2009



Informations pratiques :

Centre Pompidou
Paris
 
Horaires :
Le mardi, mercredi et vendredi de 12h à 19h
Le jeudi de 12h à 21h
Le samedi et le dimanche de 10h à 18h
L’exposition et le musée sont fermés le lundi

le site du Musée Pompidou



Cité de l’architecture et du patrimoine 
Palais de Chaillot 
1 place du Trocadéro 
Paris 16ème
(métro Trocadéro)

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 11h à 19h 
nocturne le jeudi jusqu’à 21h

le site www.citechaillot.fr


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 07:56

Marie Th. Herbin, Frédérique Lelous-Delpech, Marie Renaudin


du 10 octobre au 4 novembre 2009


Palais du Roi de Rome - Rambouillet




Marie Th. Herbin, Frédérique Lelous-Delpech, Marie Renaudin


Liens de papiers. Marie Th. Herbin, Frédérique Lelous-Delpech, Marie Renaudin.


Elles savent tout du papier et en déclinent le lexique le plus riche et varié.
Elles l'emploient de multiples façons :

Imprimé, gaufré, pressé, peint, patiné,
Découpé, collé, déchiré, marouflé,
Plié, troué, cousu, enroulé, plissé,
Fabriqué, récupéré, recyclé, moulé, teinté, assemblé....


Entre leurs mains, il est tantôt le support de leurs jeux savants :

Calligraphie,
Typographie,
Impressions de la gravure,
Photographie.


Tantôt le matériau éminemment plastique de la réalisation de :

Livres,
Assemblages,
Installations.


Complices dans l'utilisation du papier, Marie Th. Herbin, Frédérique Lelous-Delpech, Marie Renaudin  le sont aussi en amitié. Depuis quelques années, elles se réunissent régulièrement dans l'atelier de Marie Renaudin et tissent ensemble les "liens de papiers" qui les font se retrouver ponctuellement dans des expositions communes.


Du 10 octobre au 4 novembre, leurs créations sont accueillies dans leur ville, au très beau Palais du Roi de Rome. Le lieu leur offre un espace exceptionnel pour mêler leurs réflexions, dérouler leurs explorations et croiser leurs réalisations. L'exposition s'organise de salle en salle autour de thématiques variées : botanique, ethnique, chromatique ... L'occasion de découvrir les oeuvres singulières, les univers particuliers des trois plasticiennes mais aussi le dialogue qui s'établit entre elles grâce à leur amour partagé du papier.

Catherine Plassart


Frédérique Lelous-Delpech

« Dans mon coeur atelier » Frédérique Lelous-Delpech , technique mixte





Marie Th. Herbin

« Recto-verso » Marie Th. Herbin, lino-gravure technique mixte




Marie Renaudin

 « Alliance rouge » Marie Renaudin , livre d'artiste xylographie

 

photos : (1) « La cité des pêcheurs de mots», Frédérique Le Lous Delpech , mots gravure sur plexigass, (2) « Rythmes en bleu » Marie Renaudin, photographie 40 x 50 cm, (3) « Graines de jonchée » Marie Th. Herbin, papier fait main, techniques mixtes

 

Informations pratiques :

 

Palais du Roi de Rome
78514 Rambouillet cedex

01 34 83 10 31 ou 01 30 88 77 77

ouvert de 14h à 18h
du mercredi au dimanche



A noter : Frédérique Le Lous Delpech sera également présente aux Rencontres internationales de l'Édition de Création les 10-11-12 oct. à Marseille et au Salon des éditeurs de bibliophilie contemporaine PAGE(S) les 27-28-29 novembre 2009 




Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article