Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 14:40
du 7 mai au 15 juin 2008


Nef du Grand Palais - Paris
(8)



Richard Serra s'apprête à relever le défi de MONUMENTA 2008 

       
    JANVIER 2008
VIDEO : SERRA SUR PROMENADE
SES OEUVRES MAJEURES
SCULPTURE ET METAL
ACTION EDUCATIVE

       
   

EN VIDEO
SERRA SUR PROMENADE


En exclusivité, découvrez les propos de Richard Serra à propos de Promenade, ses impressions sur le Grand Palais et le défi que représente pour lui Monumenta.

       
   

A VOIR
SES OEUVRES
MAJEURES

Depuis quarante ans, Richard Serra produit des oeuvres qui transforment le rapport du visiteur à l’espace et à la perception. Un parcours en images pour mieux saisir les enjeux de son travail.

       
   

A LIRE
LA SCULPTURE APRES LA REPRESENTATION
DES SCULPTEURS DU METAL


Des enjeux pour la sculpture aujourd'hui : en savoir plus sur les perspectives ouvertes au cours du XXème siècle et découvrir les sculpteurs qui ont fait de l’acier leur matière première.

       
     
     

informations pratiques :

MONUMENTA 2008 - Richard Serra

Nef du Grand Palais - Porte principale
Avenue Winston Churchill 75008 PARIS

Tous les jours sauf le mardi
De 10h à 19h le lundi et le mercredi
De 10h à 23h, du jeudi au dimanche.
Métro (1, 9, 13) : Franklin Roosevelt, Champs-Elysées-Clémenceau. Bus (28, 32, 42, 72, 73, 80, 83, 93)

     


Partager cet article
Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 09:36

"Sponge up"


du 11 janvier au 07 février 2008


galerie Beaubourg - Paris (4)



yaze16.jpg



Ancien graffeur, dessinateur, vidéaste et sculpteur Yaze est avant tout un peintre. "Sponge up" sa  première exposition personnelle à la galerie Beaubourg à Paris  débute le 11 janvier.

"Sponge up"  est une exposition dans laquelle l'éponge triomphe "comme symbole, motif et instrument". La principale pièce de l'exposition est un assemblage d'éponges cousues ensemble et imbibées aux couleurs de l'artiste. Les couleurs gouttent dans un récipient posé au sol. Autour de l'oeuvre suspendue sont présentées cinq grandes toiles peintes à l'éponge. 

Yaze a exploré le visage depuis dix ans. Sa figuration très libre emprunte toutefois à quelques grands peintres, on pense à Klein à Bacon, à Pollock. Mais Yaze renouvelle  les outils et surtout le geste. D'autant qu à l'occasion de cette exposition  l'autoportrait s'estompe.  "Pour le première fois , le visage disparaît. J'ai assez parlé de moi."

A notre tour de parler de lui, de cet artiste qui à la question qui êtes-vous, répond "Je suis un peintre, profondément..."


informations pratiques : 

galerie Beaubourg
23  rue du renard
75004 Paris

voir aussi : le site de la galerie Beaubourg, une présentation des oeuvres de l'artiste sur le site lampe tempête





 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 15:50

Christine SefoloshaLes yeux ouverts

jusqu'au 19 janvier 2008


galerie Polad-Hardouin - Paris (3)


La galerie Idées d'artistes propose jusqu'au  19 janvier, un nouvel éclairage sur le travail de Christine Sefolosha par une mise en regard de ses œuvres avec des pièces d’arts premiers. En Afrique du Sud, Christine Sefolosha s’est nourrie des cultures traditionnelles. En Suisse, parcourant les campagnes, elle a aussi découvert des terroirs primitifs, qui lui ont permis de renouveler son inspiration actuelle par une étrange fusion entre Afrique et Europe. Elle l’exprime dans une étonnante matière où se mêlent des épaisseurs d’acrylique rehaussées de pastels, suggérant une croûte, voire une écorce. Elle joue aussi des subtilités de l’encre et de l’onctuosité des pigments ou des goudrons.
Elle crée une Vaudoise au regard habité, des bateaux peuplés de fantômes ou des arbres de vie… et sa pratique artistique n’est pas si éloignée de celle des chamanes composant un objet rituel, comme ceux réunis spécialement pour cette exposition par Dominique Polad-Hardouin.


Christine Sefolosha a réalisé 2 livres d'artiste aux éditions art&fiction : Hanté (2003), voir l'ouvragePhantom (2005) voir l'ouvrage 



informations pratiques :


galerie Idées d'artistes
17 rue Quincampoix
75004 PARIS
Tél: 33 (0) 1 42 77 85 10
M° Châtelet, les Halles, Rambuteau
Face au Centre Georges Pompidou

Heures d'ouverture de la galerie
Du mardi au samedi de 11h à 19h


voir aussi : le site de la galerie Idées d'artistes , notre dossier Christine Sefolosha  

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 07:23

Personne ne témoigne pour le témoin : chemin
Exposition/Installation/Performance
En hommage à Paul Celan
par Michèle Katz

Du 9 janvier au 5 février 2007

La Maison des métallos - Paris ((11)



michele-katz.jpg




























"Personne ne témoigne pour le témoin : chemin " est la troisième et la plus importante  installation en hommage à Paul Célan de Michèle Katz. La maison des métallos, nouveau lieu d'exposition dans l'Est parisien accueille et co-produit  avec la  la Fondation pour la mémoire de la Shoah, cette extraordinaire machine poétique  conçue par l'artiste peintre. 


Dans une "boite noire" de 160 m², un tracé au sol nous guide le long d'une peinture de 20 mètres  placée au centre. Elle est couverte d’empreintes de corps humains.  L'artiste a enduit sa peau d'huile et l'a mise en contact  avec la surface du tableau. Des filets de peinture à mailles serrées révèlent le "double éthéré" du corps. Des sons, des textes, nous accompagnent  le long du chemin. Les lumières introduisent nos ombres mouvantes et colorées dans le tableau.  Nous entrons malgré nous dans l’espace de la création en y inscrivant notre propre  temps, nos traces.


Pourtant, le voyage ne relève pas de l'imagination. L'artiste nous invite à la suivre dans son expérience quasi occulte de la séparation de l'âme et du corps. " Quand j’ai, pour la première fois, mis de l’huile sur mon corps, pour le poser ensuite sur un papier qui en garde la marque, je ne pensais pas à la peinture. Mon corps a été un vecteur pour avancer hors de la mort. Je pouvais sortir l’image de mort de mon corps, et la regarder. Pour vivre. "


Mais au point de départ du processus créatif, il y a une coïncidence avec l'histoire,  la lecture du poète Celan. "Si proche de l’oeil monstrueux de la Shoah, Celan éclaira avant tout le monde notre chemin, et s’y brûla." (M. Katz.) Jean-Luc Chalumeau dans sa préface  au catalogue de 1999 souligne d'ailleurs cette inscription du travail de Michèle Katz dans l'histoire : « L’art à l’époque de la disparition » pourrait être le titre générique de toute son oeuvre récente. Pour elle, l’art contemporain est contemporain de la plus grande effraction dans la civilisation humaine de tous les temps, où non seulement l’on a tué six millions de juifs, mais où l’on a fait disparaître le corps, le nom, la trace et jusqu’à la moindre preuve de l’existence du passage d’un être humain."


La bande-son et la conduite de lumière construisent avec la peinture "monumentale" l’espace de la boite noire. Un ensemble de 20 toiles de grand format et de dessins complète, sur 400 m² l'installation/performance qui permettra de prendre la mesure de l’importance de cette artiste hors norme.


Pendant l’exposition quatre soirées, les 14, 21, 28 janvier et 4 février 2008 auront lieu sur le thème de la Culture mémorielle de la Shoah. Intervenants par ordre de dates : Annette Wieviorka, Michèle Katz et son équipe, André Marcon et Andréa Lauterwein, Marceline Loridan et son film : La petite prairie aux bouleaux.


Une exposition à voir absolument du 9 janvier au 5 février 2008 à La maison des métallos.

Catherine Plassart 


L'équipe :

Conception Michèle Katz
Peintures Michèle Katz
Comédien André Marcon (voix)
Voix de Paul Celan
Chofar Zev
Création lumière François-Éric Valentin
Construction Société CES
Réalisateur du film Claude Yvans
Catalogue : « Michèle Katz. Esthétique du désastre » Textes de Jean-Luc Chalumeau et de Michèle Katz
Editions Area (avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah)
Partenaires : La Maison des métallos , La Fondation pour la mémoire de la Shoah
Remerciements à Eric Celan



informations pratiques :

Vernissage le 8 janvier à partir de 18h

Maison des métallos
94, rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris
Teléphone : 01 47 00 25 20
Entrée libre
Visites tous les jours de 10 à 13 heures et de 14 à 18 heures. Nocturne le jeudi de 19 à 22 heures en présence de l’artiste. Fermé le dimanche

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 07:01

studiolo


du 20 décembre au 20 janvier 2008


La maison rouge - le vestibule - Paris (12)

 

buffe.jpgLe travail de Nicolas Buffe (né à Paris en 1978) fait directement référence aux grotesques, ces peintures murales du XVIe siècle, ainsi qu’à une imagerie personnelle, souvent liée à la culture populaire et à son enfance. 

Pour cette exposition à la maison rouge, Nicolas Buffe réalisera un dessin mural à l'encre noire pensé spécialement pour le vestibule. Studiolo fait référence aux pièces du même nom, qui à la Renaissance étaient des espaces savamment ornementés afin de stimuler la réflexion de celui qui y travaillait. Tels le studiolo du Duc Federico da Montefeltro où figurent des personnages profanes et chrétiens selon le goût humaniste, Nicolas Buffe dessine un studiolo où références classiques et populaires se mixent avec élégance et ironie. 


Informations pratiques :

vernissage de l'exposition
jeudi 20 décembre de 18h à 21h

accès libre

la maison rouge
fondation antoine de galbert
10 bd de la bastille - 75012 Paris
métro quai de la rapée ou bastille
info@lamaisonrouge.org

ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h, le jeudi jusqu’à 21h,
à l’exception du 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

voir aussi : le site de la maison rouge

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 06:53
maisonrouge.jpgdu 21 Octobre 2007 au 20 Janvier 2008 

La maison rouge - Paris(12)


La maison rouge présente jusqu'au 20 janvier 2008, l’exposition Sots Art : Art Politique en Russie, qui retrace les développements de ce mouvement, qui, à partir du début des années 70, et après le règne du Réalisme socialiste, s’affirme comme le premier mouvement original en Russie depuis les avant-gardes des années 1920.

C’est en 1972, sous l’impulsion de deux artistes moscovites, Vitaly Komar et Alexander Melamid, que s’élabore l’art « Sots », dénommé ainsi par analogie avec le Pop Art, à partir des mots art et socialisme.

Au-delà du déni ou de la dénonciation qui avaient caractérisé la démarche de la première génération des artistes « non-conformistes », le Sots Art propose une troisième voie : l’appropriation des images et des slogans de la propagande pour la rendre grotesque. La méthode va reposer sur l’emploi incorrect et hors contexte des sujets et des motifs de la propagande. Ces manipulations ludiques d’une réthorique du pouvoir destinée à soumettre l’individu, ont réellement contribué à libérer les consciences.


Informations pratiques :

la maison rouge
fondation antoine de galbert
10 bd de la bastille - 75012 Paris
métro quai de la rapée ou bastille
info@lamaisonrouge.org

ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h, le jeudi jusqu’à 21h,
à l’exception du 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

voir aussi : le site de la maison rouge
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 18:53

motherwell.jpgNuit et jour, comme du nord au sud, et d’est en ouest, l’Espagne était rouge et or du sang de ses victimes et de sa terre ensoleillée dans l’esprit traversé de fusils de Robert Motherwell.

Culture métissée de tous les antagonismes, résolution des contraires basés sur la fécondité des mondes celle-ci portait aussi malheureusement  aux yeux du peintre le symbole de la violence et du pouvoir aveugle.

Nous sommes donc en présence de quelques fleurs  de l’art pictural d’un des chefs de file de l’Expressionnisme abstrait américain. 

Lourds présents que ces cadeaux de la mémoire, émanant de quelque débat intérieur. On sait en effet d’où vient la parole chez ce lointain messager de l’inconscient initié très tôt au sujet de l’automatisme et des techniques surréalistes. Il donne le rythme à la sève hispanique. Sans agressivité il la déconstruit. Cela vaut la peine de comparer ce poète à un courrier de l’esprit. Il nous porte des symboles opaques, il évoque la quête de quelque terre promise inaccessible, hantée sans doute aussi par les fantômes de Vélasquez et de Goya avec des peintures sur toile, collages et dessins datés de 1958 à 1991. 

PG

Exposition « Spanish Frontier », réalisée avec le concours de la Dédalus Foundation, New York. Exposition du 14 décembre au 26 janvier 2008, galerie Lelong, Paris.


voir aussi : le site de la galerie Lelong

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 17:22

du 19 octobre 2007 au 29 février 2008


Musée Bourdelle - paris (4)

 

moore.jpg

 

« Il fut un temps où je m’efforçais de ne pas regarder la sculpture grecque, quelle qu’elle soit, ainsi que celle de la Renaissance, car je considérais que l’art grec et celui de la Renaissance étaient l’ennemi, qu’il fallait renverser tout cela et tout recommencer du début de l’art primitif. » 


Mais ce rejet ne signifiait pas que Moore ne s’inspirait pas des mythes antiques qui s’étaient diffusés dans la pensée européenne depuis la Renaissance. À la fin de la Seconde Guerre mondiale et peu après, il produisit deux ensembles de dessins – séjour de Moore en Grèce en 1951 – abordant des sujets mythologiques puisés dans la littérature grecque. C’est précisément l’histoire de ces projets, leurs origines, les conditions de leur réalisation, la fusion qu’ils opèrent entre des éléments primitifs et des éléments classiques, et leur portée dans le développement de sa sculpture qui sont à la base même de cette exposition du Musée Bourdelle organisée en collaboration avec la Fondation Henry Moore.

 

informations pratiques :

18, rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
01 49 54 73 73
 

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 14:33

 

Lee Bul, On Every New Shadow


du 16 nov. 2007 au  27 janv. 2008


Fondation Cartier - Paris (14)




leebull.jpgArtiste coréenne parmi les plus importantes de sa génération, Lee Bul crée pour la Fondation Cartier une installation monumentale de douze sculptures de cristal et d’aluminium. Suspendues dans les airs ou ancrées au sol, ses sculptures constituent un environnement unique qui s’inscrit dans l’architecture de Jean Nouvel, formant ainsi un prolongement à sa structure matérielle et conceptuelle. Dans un paysage de ruines et de vestiges scintillants à l’atmosphère sombre et envoûtante, cette installation complexe et sensuelle met en évidence la désintégration des aspirations à l’utopie qui continuent de hanter l’imaginaire collectif.



informations pratiques :

Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, boulevard Raspail 75014 Paris
Métro Raspail, RER Denfert-Rochereau
Bus 38 et 68
Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 11h à 20h. Nocturne le mardi jusqu'à 22h.


voir aussi  : le site de la Fondation.cartier.com

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 12:27

messac.jpgL'erreur de vision


Le paradoxe soulevé par le peintre Ivan Messac est que comme l'a écrit le philosophe russe Léon Chestov : "Personne ne peut-être une lumière pour soi-même"  (Le Pouvoir des Clefs).


L'erreur de Maïakovski aura été de tenter de concilier poésie et Histoire. Cela lui aura coûté la vie sans doute. Ce "Grand écart" souligné par Messac fait encore froid dans le dos. On remercie cependant l'artiste Français d'avoir fait revivre un peu le poète qui n'aurait pas dû confondre son Eurydice et les figures changeantes du réel, à commencer par celle, fantastique, de "L'homme d'Acier" (Staline).


PG

"Le Grand écart" : Vidéo, objets, dessins, tableaux-sculptures d'Ivan Messac en hommage à Maïakovski  à la galerie Orel Art, 40 Rue Quincampoix 75004 Paris. Du 05 décembre 2007 au 24 janvier 2008 après l'exposition collective "East/West ". 


oeuvre : Chapeau bas devant le monument constructiviste, 2007. Acrylic and painted cardboard on canvas, 146 x 114 cm


informations pratiques :

Orel Art Presenta

40, rue Quincampoix  75004  Paris

tel : 0147202254


voir aussi : le site de la galerie Orel Art

Partager cet article
Repost0