Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 07:21

jusqu'au  8 juin 2008


Petit Palais - Paris

 Francesco Goya





Le paradoxe de Goya graveur est que plus il se contient moins il se  trahit. Moins il en rajoute et plus il s'exprime.Comme si le graveur  prenait le relais du peintre.Les difficultés de la peinture étant  compensées par le maintient, le rassemblement, véritable tour de  force, quand on songe à ses reprises de Vélasquez et à ses clins  d'oeil à Rembrandt. Mais il réussit sans donner le sentiment de  l'effort, comme sans y penser. Et l'on aime. C'est répétons-le  l'accomplissement de la maîtrise compatible avec le minimum de moyens.


Mais il y a plus. Comme une volonté passionnée de faire vivre  l'Espagne et les siens, de leur porter secours.De ne jamais les perdre  de vue ni les abandonner, de se dévouer corps et âme à leurs bonheurs  et à leurs malheurs, depuis les jeunes filles légères et gaies  jusqu'aux mères terrassées par la douleur des "Désastres de la  guerre". Un désir fou, en toutes circonstances de retenir l'existence.

 Francesco Goya




Aimer ou mourir.Telle semble être la question que pose Goya dans cette  production en noir et blanc. Aimer en renonçant à haïr ou mourir,  comme celui qui accepte de n'être rien : "Le Garroté" par exemple en  est la métaphore. Quant à la douceur ineffable d'aimer , elle est  rendue dans la contradiction vivante des "Caprices" notamment. C'est que Goya était insoluble dans la rationalité. En bon Espagnol  celui-ci se débat entre Les Lumières venues de France et d'Europe et  la fatalité d'un destin qui pèse sur les hommes du Sud. Le sentiment  tragique de la vie n'a pas attendu Unamuno pour éclore sur cette terre  des possibilités impossibles et des évasions intérieures.

Sensible à  l'immoralité du monde et à sa finitude, disposant de la ruse de l'art  et de l'ambiguîté du beau, Goya fonce tête baissée sur l'irrationnel  qu'il tente, vainement  de neutraliser ici.


Sublimation de l'art qui cherche une réponse à la question du Tout et  du Rien en tâtonnant dans l'indicible. Enfin le second point se place à la hauteur des solutions  vertigineuses et infinies. Non plus Tout et Rien mais mais l'un dans  l'autre, indiscernables, indifférents ou qui reviennent au même.

Plus  d'optimisme ni de pessimisme mais un héroïsme de l'extrême, à  mi-chemin de la vie et de la mort, ce qui lui permet de dépasser  définitivement la médiocrité dans les "Tauromachies" ou les  "Disparates" entre autres.
 

Goya graveur se révèle donc définitivement inadapté à la moyenne et  aux compromis impurs dans un monde de relative médiocrité. Bien loin  des jouîssances égoîstes son art est comparable à un devoir cruel, car  tôt ou tard la mort mettra à nu la vie, l'amour et le rêve de  l'artiste est de faire reculer l'instant fatal.


Il était donc important ici à Goya de rappeler ces évidences oubliées  de beaucoup, hier comme aujourd'hui : que vaut la vie sans une raison  vitale d'exister ? Et inversement qu'en est-il du mystère du destin ? Ou mieux : la folie de l'amour nous donnera-t-elle la force  d'outrepasser le néant ?


PG  contact@pierregivodan.com



exposition "Goya graveur" au Petit Palais à Paris, jusqu'au 8 juin 2008.


lire aussi : "Les caprices d'hier et d'aujourd'hui" dans La Feuillée du 06/03/2008


Informations pratiques :

Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris :
Avenue Winston Churchill – Paris (8e)

Renseignements au 01 53 43 40 00

Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 20h pour les expositions temporaires.
Sauf les lundis et jours férié

voir aussi : www.petitpalais.paris.fr

Partager cet article
Repost0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 12:25

"Entre impressionnisme et expressionnisme"

jusqu'au  22 juin 2008

Musée d'Orsay - Pari

 

 

 Lovis Corinth
               Lovis Corinth



Mal connue en France, l'oeuvre de  Lovis Corinth fait l'objet d'une grande exposition au Musée d'Orsay.  "Entre impressionnisme et expressionnisme", nous annonce-t-on. Certes, le peintre (1858-1925) est de son époque  mais finalement  assez inclassable pour l'amateur de peinture qui le comprend avant tout comme un peintre de la chair et du sang, un peintre  qui fait surgir de la peinture elle-même des corps  tordus, douloureux parfois mais autant  des corps gais et lumineux. L'artiste, bon vivant est du côté du monde, de ses plaisirs. Humour,  truculence, irrévérence bousculent les sujets attendus. Corinth connaît aussi la passion et la douleur dont une partie de son oeuvre témoigne. Rien de contris, ni de chétif pourtant. Son "Samson aveuglé" (forme d'autoportrait) dans son cadrage rapproché très moderne révèle sans doute sa déchéance mais surtout une force susceptible de révolte, de transformation,  de métamorphose.

 

 Anselm Kiefer



Parallèlement à la peinture, le dessin, la gravure, le livre illustré ont joué un rôle important pour cet artiste allemand à qui Kiefer un autre allemand  rend un hommage dans le cadre de l'exposition. Pas de correspondances d'une oeuvre à l'autre, l'une bat le tambour quand  l'autre chuchote. "Autoportrait au squelette" de Kiefer est davantage un mausolée, une dédicace, un contrepoint à l'oeuvre d'un autre artiste  terriblement turbulent et  remarquablement vivant.


C.P.


Informations pratiques :

9h30-18h
21h45 le jeudi
fermé le lundi

photos :
Anselm Kiefer
Pour Lovis Corinth. Autoportrait au squelette
2007 Triptyque H. 282 ; L. 576 cm
Courtesy Anselm Kiefer
© Patrice Schmidt, Paris, Musée d'Orsay © Anselm Kiefer

Samson aveuglé
© BPK, Berlin dist.RMN / Photo Jörg P.Anders

 

voir aussi : le site du Musée d'Orsay
Partager cet article
Repost0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 10:23

L'ange de la métamorphose


jusqu'au 7  juillet 2008


Musée du Louvre - Paris




 Jan Fabre




Génie ou charlatan ?

Jan Fabre a  préparé l'exposition du Musée du Louvre pendant trois ans. Des dessins au stylo bille bleu, des sculptures en ossements humains, des toiles portant la trace de son sang, de son sperme, des vidéos de guerriers tout en armure voisinent avec des chefs-d'oeuvre de Bosch, Rubens, Van Eyck, Rembrandt, etc. Une trentaine d'oeuvres parfois monumentales occupent jusqu'au 7 juillet  plusieurs salles du musée dédiées aux peintures flamandes.


Réfléchi ou  superficiel et  prétentieux ?
"Ces journées à arpenter les salles, ces nuits passées seul, au milieu des toiles, m'ont rendu heureux comme un enfant dans un bac à sable."


Mégalo ou modeste ? 
"A côté, je suis tout petit. Je dois prouver que mon oeuvre vivra dans quelques siècles."



Talentueux ou usurpateur ?

"J'ai l'habitude. On dit que je suis génie ou charlatan"



Inspiré ou libidineux ?

"Je me vide de moi-même" (2007)



Sincère ou opportuniste ?

"Je veux sortir ma tête du noeud coulant de l'histoire."



Vrai ou faux ?

"Si on enlève l'artiste, la société se porte moins bien !"


Plus encore que de l'encre l'exposition de Jan Fabre au Musée du Louvre fait couler du sang et des humeurs. Il y a ceux qui "détestent", qui la reçoivent comme une  violence faite à leur sensibilité, leur intelligence des grands maîtres,  en face il y a ceux qui évaluent la part de jeu et jubilent devant le  coup de théâtre signé par l'artiste belge. Et puis, il y a les farouches, tristes sires de la censure qui lancent leur dangeureuse pétition ICI.


On peut à la limite comprendre que des politiques coupent et sanctionnent par démagogie, inconséquence, défaut de courage pensant  respecter des susceptibilités, croyant ainsi garantir la morale mais il est navrant que des professionnels de l'art (critiques et artistes) soient à l'inititive d'une pétition visant à limiter la liberté d'exposition, à  amputer la liberté de créer. Comment leur accorder l'esprit critique qu'ils revendiquent pourtant ?


Catherine Plassart



Bibliographie :

Jan Fabre Je marche pendant 7 jours et 7 nuits
Ed. Jannink 2002
Texte inédit en quatre langues (italien, français, anglais, flamand). Œuvre originale signée et unique pour chaque exemplaire.
voir l'ouvrage (achetez avec Art Point France)


Informations pratiques 
 
Musée du Louvre
Aile Richelieu, 2e étage 
 
Tous les jours, de 9 h à 18 h, sauf le mardi et le jeudi.
Nocturnes jusqu’à 22 h les mercredi et vendredi.


Cliquez ICI pour lélécharger le parcours de la visite de l'exposition Jan Fabre au Musée du Louvre.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 01:00

BGL

Artistique Feelings

jusqu'au samedi 31 mai 2008

Centre culturel canadien - Paris (7)

 BGL, Artistique Feelings
 BGL, Artistique Feelings




Dans le cadre du 400e anniversaire du Québec, le Centre culturel canadien est heureux de présenter la première exposition personnelle en France de l'incomparable trio BGL. Collectif de la relève, adepte de la récupération, BGL fabrique, avec des techniques et des matériaux bruts, des installations qui mettent en relief les dérèglements de notre société. Ses créations sont souvent spectaculaires et procurent, tant au regard qu’à l’esprit, un indéniable plaisir. Mais elles ont aussi une lucidité implacable qui éclaire certains malaises que nous pouvons aujourd’hui éprouver quand nous sommes confrontés au passage brutal du monde de la consommation à celui de la contemplation. BGL pratique une critique sociale à la fois incisive et rafraîchissante, qui prend corps ici dans le titre bilingue qu’ils ont choisi, non sans ironie, pour célébrer la mémoire d’un événement fondateur notamment de la francophonie et de sa culture spécifique.



C.P.

Légende visuels : BGL, Artistique Feelings, 2008. Photo : Pascal Raso © BGL.




Informations pratiques :

Centre culturel canadien
5, rue de Constantine
75007 Paris

Tél: (+33 ) 1 44 43 21 90

du lundi au vendredi de 10h à 18h
jeudi, nocturne jusqu'à 20h
fermé samedi et dimanche
Entrée libre et gratuite.

voir aussi : www.canada-culture.org/

Partager cet article
Repost0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 07:59

exposition

du 12 mai au 1er juin 2008

galerie expression libre - paris (14)



Marie Deloume 




"Si la matière qui me fait face est du vieux zinc usagé, usé, oxydé, je me glisse entre ses rides. Ainsi se tressent mes paysages, habités parfois secrètement de pâles fantômes fugitifs." Marie Deloume



Informations pratiques :

Vernissage le mardi 13 mai 2008 de 18h à 22h

Galerie Expression Libre, 41 rue Hippolyte Maindron, 75014 Paris. 


voir aussi : le site de  galerie expression libre, la vitrine de Marie Deloume sur Art Point France



Partager cet article
Repost0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 06:28

a shimmer of possibility
 
du 6 mai au 21 juin 2008


Galerie Les filles du calvaire - Paris


 Paul Graham




"Comme les nouvelles de Tchekhov, les travaux de Graham sont autant de pauses finement ciselées dans une narration continue - la trame et la suite de l’histoire étant laissées à notre discrétion. Elles ne nous disent pas quoi voir, mais nous rappellent comment nous voyons. Elles révèlent la puissance du fugitif, la nécessité d’être en éveil et la richesse de l'expérience quotidienne. " […]

 

Depuis ses premiers travaux en 1987,  Paul Graham efface les frontières traditionnelles entre le reportage, le portrait et la photographie de paysage. La série A Shimmer of Possibility   est composée de plusieurs ensembles photographiques qui contiennent chacun des petites séquences d'images où deux, trois, quatre séquences s'entrelacent, un hommme attendant le bus, une femme mangeant du poulet, un homme tondant la pelouse...


A Shimmer of Possibility  a fait également l’objet d’une publication de  douze livres distincts  édités par Steidl tirés à 1000 exemplaires. Chaque volume montre une série, une image ou une séquence d’une histoire. Les douze livres sont tous d’une taille identique, mais varient en nombre de photos.  La forme innovatrice de ce livre en plusieurs volumes épouse la nature unique du travail de Graham, qui souligne le flux de la vie plutôt qu’il ne l’enferme.

 
Une rétrospective du travail de Paul Graham sera présentée à partir de 2009 au Folkwang Museum à Essen en Allemagne et à la Whitechapel Gallery de Londres.

 

Informations pratiques :



Vernissage le mardi 6 mai en présence de l'artiste

Galerie Les filles du calvaire
17 rue des Filles-du-Calvaire
75003 Paris
tel: +33 (0)1 42 74 47 05

du mardi au samedi  de 11h à 18h30



voir aussi :
 www.fillesducalvaire.com

Partager cet article
Repost0
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 05:22
Paris, 1960 - 1972


du 16 mai au 13 juillet 2008


Galeries nationales du Grand Palais - Paris (8)



 

 Jacques Monory



Inspirés autant par la photo, le cinéma, la publicité, la BD que par la peinture classique, les artistes de la Figuration narrative, venus de tous les horizons culturels, détournent l’image pour en révéler des sens inattendus, servir leurs implications politiques et suggérer d’autres narrations. Plus de 100 oeuvres sont aujourd’hui rassemblées pour la première fois aux Galeries du Grand Palais dans une exposition qui invite à découvrir ou redécouvrir ce mouvement majeur de la scène artistique française des années 60 et 70.



Catherine Plassart

Pour en savoir plus, notre Feuillée du 11 avril ICI


photo : Velvet Jungle N°13 Jacques Monory



Informations pratiques :

Galeries nationales du Grand Palais

3 avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Entrée: Clemenceau ou square Jean-Perrin
Tél. : +33 (0)1 44 13 17 17 (serveur vocal)
information.gngp@rmn.fr

Ouvert de 10h à 20h (22h le mercredi); fermées le mardi, le 1er Mai

site : www.rmn.fr

Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 09:50
exposition de gravures contemporaines


Artistes présentés : Jean-Marc Brunet, Chu Lin Chen, Donatella.T, S.W. Hayter,
Miyako Ito, Yasuyuki Kihara, Hector Saunier.


Du jeudi 17 avril au samedi 26 avril 2008 inclus


La Petite Galerie - Paris ( 6)


 S.W. Hayter  Donatella T.
S.W.Hayter Donatella T.




"Bien que Hayter se soit installé à Paris en 1929 et ne vécut en Angleterre que durant les années de guerre, le rôle qu'il joua dans la transmission du Surréalisme en Angleterre est énorme. Son atelier 17, à Paris, était le point de ralliement et de rencontre pour tous les artistes anglais venant d'Angleterre de même que pour la plupart des artistes français surréalistes. Il est indubitablement le peintre de l'automatisme tel qu'on le développe à travers les techniques de la gravure. Pour lui, la ligne est une pure création de la main dictée par la pensée, la plaque de gravure devenant ainsi la scène où se produit de manière dramatique, un phénomène physique, chimique et psychologique; il recrée le mouvement pur qui précipite l'esprit et la réalité l'un contre l'autre à l'instant même de la perception." Michel Rémy



Le parcours et la reconnaissance du graveur et peintre  S.W. Hayter sont totalement liés à la vie et à la notoriété de L'Atelier 17, un atelier comme il n'en existe presque plus, que les artistes fréquentent d'abord  pour des raisons pratiques et techniques et qui se révêlent de merveilleux lieux de rencontres et d'échanges.


 
De plus S.W. Hayter a fait école au sens propre. Partant des théorie sur l'art moderne de  Paul Klee, il a théorisé sa pratique du dessin,  enseigné en France mais surtout aux Etats-Unis où il transporte pendant la guerre son Atelier 17,  son approche plastique des lignes et des formes. L'artiste a parcouru tous les grands courants du XXème siècle et fréquenté les suréalistes dans les années 30, les expressionnistes abstraits américains dans les années 40, et de retour en France dans les années 50 des artistes plus jeunes comme Alechinsky ou Corneille.

Mais l'histoire de l'atelier 17 a bien des prolongements. L'exposition organisée par  DP'ARTS et « La Petite Galerie » en est la preuve. Elle rassemble les oeuvres gravées de six artistes contemporains Jean-Marc Brunet, Chu Lin Chen, Donatella.T, Miyako Ito, Yasuyuki Kihara, Hector Saunier et celles de  .S.W. Hayter, tous redevables à ce dernier d'avoir fait de la gravure un moyen d'expression à part entière. L'exposition est à voir à le Petite galerie, Paris (6) du 17 au 26 avril 2008.


Catherine Plassart


informations pratiques :

La Petite Galerie, 35/37, rue de Seine, 75006 Paris.

Tous les jours (dimanche compris) de 11h à 19h.

Contact Denis Petit. 06 22 64 32 80.   denpetit@yahoo.fr


voir aussi  : le site personnel de S.W. Hayter , retrouvez les artistes sur : http://www.dpartsgallery.com/

Partager cet article
Repost0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 09:58
"Paysages"

exposition les 10, 11, 12 et 13 avril 2008




 Iva Tesorio





Vous êtes chaleureusement invité par Chantal Rodène Bodin Casalis à l'atelier des Casalis pour découvrir les derniers travaux de Iva Tesorio  en présence de l'artiste.



"Slovaque, elle nous présentera des paysages dont beaucoup sont inspirés de ses montagnes natales, des huiles, des cires… des couleurs et des sentiments, des sensations…"



Jeudi 10 et Vendredi 11 avril à partir de 19 heures
Samedi 12 avril à partir de 16 heures
Dimanche 13 avril à partir de 14 heures


Atelier des Casalis
62, rue du faubourg Poissonnière
75010 Paris
Tel : 06 81 82 27 54
code porte : 2345A (au fond de la cour rez de chaussée)

Partager cet article
Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 06:46

Parables (Paraboles)

 

Exposition du 30 mai au 13 juillet 2008

 

 

 Hughie O’Donoghue




Ces dix dernières années, Hughie O’Donoghue a souvent eu recours à la parabole et à la forme narrative pour accentuer le sens de son travail. Dans le cadre de plusieurs de ses expositions en Irlande, en Grande-Bretagne et en Allemagne, il a présenté des œuvres étroitement liées par un fort thème narratif. En particulier Parable of the Prodigal Son (Parabole du fils prodigue) à la Fenton Gallery, Cork 2005.




Le Centre Culturel Irlandais présente à son tour, Parables, la première exposition personnelle en France de Hughie O’Donoghue. S’il est d’abord peintre, O’Donoghue est également un excellent dessinateur et graveur. Il croit au caractère expressif unique et au potentiel poétique de son travail. Il interroge néanmoins sa démarche en variant sans cesse ses techniques. Un dialogue continu se joue entre le potentiel de l'image photographique et l'image peinte à la main qui ponctue la plupart de ses œuvres monumentales. 



Né en 1953,  Hughie O’Donoghue a étudié au Goldsmiths College à Londres.  Il a participé à de nombreuses expositions en Irlande, en Europe et en Asie.  Il vit et travaille aujourd’hui à Londres et en Irlande.




Informations pratiques :

Vernissage le 29 mai 08, de 18h30 à 20h30

En présence de l’artiste

Centre Culturel Irlandais

5, rue des Irlandais

75005 Paris


voir aussi : www.centreculturelirlandais.com

Partager cet article
Repost0