Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 17:28

L'empapillonneur

 

exposition 

 

jusqu'au 19 février 2012

 

Musée de Gravelines - Gravelines (59)

 

 

Didier Hamey

 

Première exposition personnelle pour ce poète miniaturiste et imaginatif. Un anti Jérôme Bosch dont les créatures fantaisistes et fantasques, loin d'évoquer les distorsions du monde ou des cataclysmes inéluctables, attirent au contraire leurs spectateurs dans une farandole fabuleuse. Didier Hamey nous invite dans un monde peuplé de petits nids-cocons, d'arbres-maisons et d'animaux malins. Vous y rencontrerez peut-être en rangs désordonnés, quelques vagues lapins en conversation, des semblants de canards en prise de bec, de doux échappés du carnaval de Dunkerque, des cœurs à l'endroit et à l'envers ainsi que de nombreuses caramboles coquines.

 

Didier Hamey

 

En parcourant l'œuvre de Didier Hamey, peuplé d'êtres hybrides et joyeux entretenant dans une parfaite harmonie des relations pour le moins équivoques, vient assez rapidement à l'esprit le triptyque du Jardin des Délices de Jérôme Bosch (1453-1516). Cette œuvre magistrale continue de faire débat et l'on cherche encore à décrypter le détail des intentions du peintre qui représente un monde imaginaire fourmillant de personnages dont les attitudes insolites n'ont rien de commun avec une vie terrestre ordinaire. Folie, rêverie, symboles, paraboles, cocasseries, le panneau concentre ces composantes qui laissent si peu de place à la rationalité au profit de la liberté d'imagination. Il est vrai que l'expression de la liberté prise à bras le corps et sans complexe de jugements, donne lieu à la plus grande incompréhension pour un public en recherche permanente de repères.

 

L'œuvre de Didier Hamey est à rapprocher de cette famille d'images fantaisistes qui, loin d'être gratuites, sont assez éloignées du monde non moins fantaisiste de l'illustration. Elles n'illustrent pas un monde, elles forment un monde et véhiculent des sens cachés à fortes charges symboliques.

 

L'une d'elles s'intitule Le jardin des délicieux. Il y a là une façon de revendiquer un lignage sans se prendre au sérieux qui est la marque d'un artiste qui manie l'humour avec une subtilité consommée. Cependant, à aucun moment cette revendication n'a été si clairement exprimée, et nous verrons à quel point Hamey est un artiste taquin qui construit une œuvre en forme d'hymne dont l'Amour est le cœur, et la joie, l'amitié, la fécondité et l'érotisme, les épicentres d'un même univers.

 

L'Empapillonneur ? Deux estampes portent ce titre. L'une d'elle représente un personnage étrange, sorte de hibou-koala dont il manque la partie supérieure du crâne. L'animal se présente frontalement. Une nuée de personnages indistinctement définissables, embryons, larves, têtards ou graines se dispersent dans les airs, encore pris dans les volutes rouges et roses qui les contenaient l'instant d'avant.

 

L'autre estampe fonctionne sur le même mode. Un être imaginaire muni d'une queue à plumage circulaire progresse dans un espace aérien libérant derrière lui un nuage touffu de petites bestioles. L'empapillonneur est une figure d'un autre néologisme, l'ensemenceur, personnage céleste, allégorie de la fécondité qui diffuse la vie sur le monde. 

 

Mais Didier Hamey nous ouvrant l'imagination comme d'autres nous ouvriraient l'appétit, l'empapillonneur est celui qui entortille, qui emmêle, qui emmène son spectateur sur des pistes qui l'égare, en somme, un esprit taquin, un joueur. Car l'œuvre de cet empapillonneur est plus profonde qu'elle ne le prétend. Bien plus qu'un cabinet de curiosité qui rassemble en son sein des merveilles exotiques, elles sont un tout qui, juxtaposées, reconstituent un monde disparu. 

Paul Ripoche

Extrait du numéro 1 de la collection

Trait pour trait édité à l'occasion de l'exposition

Didier Hamey, l'empapillonneur

 

 

Informations pratiques :

 

Musée de Gravelines

Château - Arsenal

59820 Gravelines 

Tél : 03 28 51 81 00 

 

Ouvert tous les jours sauf le mardi

 

voir aussi : la présentation de Didier Hamey dans Art Point France 

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 08:43

Exposition

avec la participation de

Nicolas Castus Decressac 

 

du 9 juin au 7 juillet 2011 

 

Galerie Hamon - Le Havre (76)

 

 

 

Agnès Gauthier

 

 

Le secret de ce que nous sommes.

Entre mémoire et oubli, il est un lieu perdu où se développe une histoire personnelle. Entre source et débords multiples, entre certitudes et énigmes en grand nombre, il y a la vérité de l'expérience  et du souvenir. Et puis parfois le drame du moi clivé. Alors, le visage compris comme le versant ensoleillé de notre être révèle en partie le secret de ce que nous sommes.  

Agnès Gauthier explore la possibilité de le représenter autrement. Pour ce faire elle combine couleurs enlevées (elle a la palette exubérante d'un Riopelle), écriture châtiée, souci du présent et fidélité au passé. Avec un mélange de géométrique et de sensible, de rigide et malléable, de compact et de diaphane, elle propose un "visage-maison" métaphorique. On baigne dans une délicieuse sensation d'ambiguïté. L'artiste peintre rafraîchit l'art du portrait.

Pour sa 6ème exposition personnelle à la Galerie Hamon, Agnès Gauthier est accompagnée par le plasticien havrais Nicolas Castus Decressac qui présentera ses réalisations en ciment et fer.

Catherine Plassart

 

 

Agnès Gauthier

 

 

 

Informations pratiques :

 

Vernissage jeudi 8 juin  à partir de 17h30 en présence des artistes.

 

GALERIE HAMON 

44 place de l’hôtel de ville 

76600 le havre 

00 33 (2) 35 42 42 30 

galerie.hamon@free.fr 

 

Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi matin 9h30-12h30/14h-19h - Fermé Lundi 13 Juin 2011.

 

voir aussi : le site de la galerie Hamon, la vitrine d'Agnès Gauthier dans Art Point France

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 12:11

du 25 Mars au 28 Mai 2011 

 

Galerie Bleue - Riscle (32)

 

 

 

3-Rouges---72-dpi.jpg

 

 

 

Le tao de la peinture

Au premier regard, les œuvres de Sylvie Deparis semblent abstraites. Mais rapidement on identifie des branches, des rameaux, des feuilles. A peine lisibles, certes, comme si un souffle léger les avait basculés dans le vide. En effet, les peintures et dessins de Sylvie Deparis sont essentiellement graphiques. Des fonds gris, noirs ou rouges, légers, à peine nuancés, transparents, projettent le regardeur dans un monde vaste, une sorte d’infini qui laisse le terrain libre à l’imagination. Un enchevêtrement de lignes plus ou moins appuyées, plus ou moins épaisses, réalisées au pinceau, au crayon, ou à la craie, à la peinture, à l’encre de chine ou au lavis, ne dessinent pas la branche, n’imitent pas le bois, mais transcrivent l’énergie vitale qui la traverse. La contemplation s’appuie sur ce  plein  pour se propulser dans le vide...

Anto Alquier

 

galerie-bleue---72-dpi.jpg

 

Parallèlement à ses oeuvres peintes, Sylvie Deparis développe une activité d'édition.Ses nombreux livres d’artiste pour lesquels elle procède par interventions plastiques originales sont présents dans plusieurs catalogues d'éditeurs .  

 

Nuque-contre-terre Villain Deparis
Son dernier ouvrage publié :

 

 

Nuque contre terre

Jean-Claude Villain, Sylvie Deparis 

SD éditions, 2010

voir l'ouvrage

 

 

consulter le catalogue

 

 

 

 

 

Informations pratiques :

 

rencontre avec l'artiste le 14 Mai à 18h, vernissage à 19h

 

la Galerie Bleue

 32400 Riscle

 

ouvert tous les jours de classe de 8h30 à 18h

Visites accompagnées sur demande au 05 62 69 94 14 

 

voir aussi : le site de la galerie bleue, la vitrine de Sylvie Deparis dans Art Point France

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 11:42

"Le paysage en est le propos"

 

du 25 septembre au 3 octobre 2010

 

Chez Laurence et Marc - Saint-Germain du Seudre (17)

 

  Innocenti, Banneville, Nevoux-Valognes

 


 
Le temps d'un parcours

 

"... Elle crée un monde, des éléments assemblés, limités et paradoxalement d'une grandeur infinie. Car la géométrie des formes aux propriétés synthétiques déborde le tableau.   Des cercles antérieurs à toute perception, des triangles purs et empiriques, des successions de carrés. Non pas des objets tangibles, mais des abstractions subjectives dont on a l'intuition.


La peinture de Laurence Innocenti fait enfin sienne une conception de l'univers qui nous en montre la réalité idéale  et sensible. Ce cosmos n'existe pas au sens propre.  Il faut l'accepter comme quelque chose de premier et de fondateur pour tout esprit vraiment vivant.   Quant à la temporalité vécue ici, elle n'est pas non plus extérieure à celui qui l'éprouve.  Le temps de ce parcours ne signifie rien d'autre alors que l'épreuve de notre interrogation sur nous-même." Pierre Givodan dans  Le monde premier de Laurence Innocenti.

 

Laurence Innocenti organise dans sa maison de Saint Germain du Seudre, une exposition sur le thème du paysage. Ses oeuvres récentes cotoient celles de Banneville et Nevoux-Valognes. Laurence et Marc vous invitent au vernissage le samedi 25 septembre à partir de 17h. Sont prévues, lecture musicale et autres avec Sylvie Robe et Romane Moretti-Paronneau.

 

 

Informations pratiques :

 

exposition ouverte de 15h à 20h et sur rendez-vous

du samedi25 septembre

au dimanche 3 octobre 2010

 

05 46 74 22 34 / 06 73 18 73 20

14, rue maisons neuves

17240 Saint-Germain du Seudre

 

voir aussi : le site personnel de l'artiste, la vitrine de Laurence Innocenti dans Art Point France

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 19:23

du 13 mars au  16 mai 2010

Musée du dessin et de l'estampe originale - Gravelines

&

du 7 mars au 19 septembre 2010

LAAC -  Dunkerque




Mark Brusse




Mark Brusse ou comment accueillir l'énigme de l'existence.

On ne sait rien des origines et des fins de la vie humaine, c'est l'énigme de l'existence. Peu importe les questions qui restent en suspens, Mark Brusse met en forme ce mystère. Dans son oeuvre, les limites du connu, de l’inconnu et de l’inconnaissable fluctuent et se confondent. Il entretient un rapport tactile, sensible, spirituel avec la dimension mythique de l'histoire de l’humanité. « Erasme post-moderne » pour Pierre Restany, il a en commun avec le penseur de la Renaissance,  l'optimisme qui autorise le jaillissement d'un peu de tout et  l'éblouissement devant le presque rien. Or "ce regard du dedans"  qui organise le monde est servi par un imaginaire foisonnant et un souffle chaud. Au résultat, des oeuvres en abondance, pleines de fols amusements, de joyeuses fantaisies, de minutie et de raffinement aussi et surtout de grâce.

Catherine Plassart






Mark Brusse




MARK BRUSSE,
HEUREUSEMENT, L’ART N’EST PAS RAISONNABLE
RÉTROSPECTIVE
LAAC, DUNKERQUE > 07 MARS – 19 SEPTEMBRE 2010
En 2006, Mark Brusse a offert au LAAC trois sculptures de la série des « Natural Wood » (1968). Ces oeuvres viennent tout naturellement rencontrer les collections du musée, des années 1950 à 1980, qu’elles questionnent et complètent. Pour valoriser ce don exceptionnel, le LAAC consacre à l’artiste une importante exposition, Mark Brusse, « Heureusement l’art n’est pas raisonnable », qui réunit plus de 80 oeuvres. En dehors de toute chronologie, cette exposition met en avant les axes fondamentaux de la démarche de l’artiste, des années 1960 à aujourd’hui. Le parcours de l’exposition s’organise ainsi en plusieurs séquences : espace et environnement ; objets et récupération ; mythologies personnelles ; collages ; La Chambre d’amour. Il investit différents espaces du musée, le forum, au rez-de-chaussée, trois salles au premier étage et le cabinet d’arts graphiques au second étage.



brusse12



MARK BRUSSE,
HEUREUSEMENT, L’ART N’EST PAS RAISONNABLE
OEUVRES IMPRIMÉES, 1954-2009

MUSÉE DU DESSIN ET DE L’ESTAMPE ORIGINALE, GRAVELINES > 13 MARS – 16 MAI 2010
Le musée de Gravelines offre pour la première fois à Mark Brusse la possibilité de montrer une large part de son oeuvre imprimé. L’exposition se présente comme une exploration de son travail à travers une sélection d’une centaine d’estampes indépendantes et de livres d’artiste de 1954 à nos jours. Cette sélection sera complétée de trois assemblages et de cinq masques en terre cuite. Au fil de la chronologie, après la présentation de quelques oeuvres de formation qui attestent de son goût précoce pour l’estampe, l’exposition rend compte de l’évolution de l’oeuvre et du style de Mark Brusse au gré de ses multiples rencontres et voyages.



brusseportr.jpg


"Sa démarche est à l’écart et la distance qu’elle s’octroie le sauve parce qu’elle le préserve. Offrande, sacrifice, conversation muette, monologue silencieux… il est ici question de présence et d’intérieur."  Philippe Piguet in catalogue Réponse en question, 1992.



photos : (1) Milagros 2006 Pastel sec sur papier recyclé 64,5 x 120 cm © Galerie Louis Carré & Cie, (2) H2O, 1978 © ADAGP, Paris 2010, (3) The Mountain-Fish, 1988 Lithographie, 76 x 54 cm Photo : Adam Rzepka © ADAGP, Paris 2010




Informations pratiques :

Musée de Gravelines
Château - Arsenal
59820 Gravelines
Tél : 03 28 51 81 00 - Fax : 03 28 51 81 01
conservation.musee@ville-gravelines.fr

ouvert : lundi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h à 17h
samedi, dimanche, jours fériés de 15h à 18h


LAAC, Lieu d'Art et Action Contemporaine
Jardin de sculptures - 59140 Dunkerque
Parking rue des Chantiers de France
T. 03 28 29 56 00
art.contemporain@ville-dunkerque.fr

Ouvert tous les jours sauf le lundi
du 07 mars au 31 mars : de 10h à 12h15 et de 14h à 17h30
du 1er avril au 19 septembre : de 10h à 12h15 et de 14h à 18h30





voir aussi : le site du Musée de Gravelines, le site du LAAC, le site de la galerie Louis Carré

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 08:30

Du 20 mars au 31 décembre 2010


Musée du Hiéron, Paray-Le-Monial (71)

 




Jean-Jacques Dournon



Etats d’âmes

Le musée du Hiéron à Paray le Monial, l’un des plus anciens musées d’art sacré français, ouvre ses portes du 20 mars au 31 décembre prochains à Jean-Jacques Dournon. L’artiste a établi depuis trente ans un dialogue avec la nature. D’un fusain vif et incisif, il explore le paysage, son mystère, ses douleurs, son essence.


Du détail aride d’une falaise, il en exprime la faille profonde émouvante, humaine. De la langueur des marées, il garde la transparence fragile, une couleur synthétique et incertaine. D’une trinité de fruits périssables, il cherche l’éternité...


Avec lui, la notion de « nature morte » perd son sens : l’artiste célèbre la vie des falaises, des marées, des chemins… Chaque toile, chaque dessin, chaque moment de peinture est un centimètre de vie gagné sur les kilomètres de la mort ». Ce sont autant de vibrations visuelles et sonores, délicates et puissantes, grisantes et colorées qui restituent avec relief et sincérité sa conversation ininterrompue avec la matière et le vivant. Proche et complice du poète Guillevic, il parvient, en troquant les mots contre le trait, à rendre la portée universelle de ce langage de la nature, capté dans sa force intérieure, épuré jusqu’à l’essence.


Dans tout son oeuvre peint et dessiné, Dournon s’attèle autant au mystère qu’à la révélation. C’est peut-être pour cela que le musée de Paray-Le-Monial, présente aujourd’hui une quarantaine de ses oeuvres.





Jean-Jacques Dournon
Les fruits de la passion acrylique et fusain 75 x 105 cm

Jean-Jacques Dournon




L'arbre et le chemin acrylique et fusain 68,8 x 121 cm
Jean-Jacques Dournon



La falaise acrylique et fusain 56 x 76 cm



photo (1) Marée montante jaune acrylique et fusain 5 x 35 cm




Informations pratiques :

Musée du Hiéron
13 rue de la Paix
71600, Paray le Monial
Bourgogne du Sud.
+ 33 (0)3 85 81 79 72

voir aussi : http://www.dournon-art.com/ et  http://www.musee-hieron.fr/




Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 15:11

"Tout est brutale beauté" 


du 23 janvier au 6 mars 2010


Galerie Chantal Bamberger - Strasbourg




Jacques Thomann



Jacques Thomann ou la "peinture-itinérante".


Que les yeux de Jacques Thomann soient blessés ou charmés par le spectacle du monde, le sujet de sa peinture sera la conciliation entre le dedans et le dehors. Son langage de peintre sera à la fois celui du corps et de l'esprit. Il approchera ainsi de ce qui pourrait être ce "tout" qui lui échappe et vers lequel tend toute sa création.

Accepter la brutalité des événements, sauver le principe du beau, continuer à s'émerveiller en dépit de tout ce que l'on sait de la société et des hommes, réclame du courage mais surtout, l'intelligence d'observer les faits et les actes, d'échapper au contingent et en fin de compte de réinventer le moment.  Tout est brutale beauté !   déclare t-il. D'abord,  l'expression vous accroche. Les mots semblent ne pas avoir grand chose à faire entre eux. On ne perçoit pourtant aucun paradoxe dans leur juxtaposition.

Le "Là tout n'est qu'ordre et beauté" de Baudelaire, décrivait un espace du rêve. Le "Tout est brutale beauté" de Jacques Thomann évoque un territoire de la modernité où l'artiste  fait au quotidien l'expérience de la liberté et de ses limites. Ses grands tableaux construits en plusieurs volets distincts mais reliés les uns aux autres par le débordement de la ligne, du signe ou du propos disent le désir de synthèses inédites.  La couleur en larges aplats, répartie dans les différents champs de la toile révèle l'intention, inspire la pluralité du sens et plaide en faveur d'une "peinture-itinérante".

Catherine Plassart




Jacques Thomann






Jacques Thomann






Jacques Thomann




photos : (1) "La lune montante était si pleine" II huile sur toile 130 x 162 cm 2008,(2) "sans savoir pourquoi/j'aime ce monde/où nous venons mourir" Natsume Sôsekihuile sur toile 97 x 195 cm 2005 (3) "un coquelicot à la main/je traverse/la foule" Kobayashi Issa huile sur toile 97 x 195 cm 2005,(4)"une carpe a bondi/l'eau s'apaise/le coucou chante" Ikenishi Gonsui huile sur toile 97 x 195 cm 2005


Informations pratiques :


Galerie Chantal Bamberger
16 rue du 22 novembre
67000 Srasbourg
03 88 22 54 48

ouvert du mardi au samedi de 14h à 20h


voir aussi : le site de Jacques Thomann, le site de la galerie Chantal Bamberger




Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 20:00

du 27 novembre 2009 au  28 février 2010

Musée des Beaux-Arts - Rouen



Genevieve Asse


L'exposition du Musée des Beaux Arts de Rouen repose sur des choix clairement arrêtés avec l'artiste. Les oeuvres les plus ambitieuses, formats gigantesques et solutions radicales, apparaissent comme une série de manifestes.

Très rares sont les peintres qui en France ont poursuivi, à travers le XXe siècle, la voie de la peinture pure, sans protocole ni deuxième degré. Avec ambition, sincérité et une détermination inébranlable, Geneviève Asse a élaboré un langage abstrait qui n'appartient qu'à elle. La technique indéchiffrable de ses toiles presque monochromes entraîne le spectateur dans un véritable état de contemplation.


L'exposition insiste sur les grandes oeuvres « blanches » qui ont marqué la sortie de la figuration dès les années 1950. Elles entraînent dans une coulée de lumière les derniers vestiges de paysages et de natures mortes. La surface d'abord animée par facettes, laissent place progressivement à un champ pictural étrange, entre énergie vibrante et calme absolu.


À la sensualité de la matière, aux évocations irrépressibles des éléments naturels et des atmosphères marines s'opposent la pureté irréelle des surfaces et la rigueur des coupures horizontales ou verticales. Au fil des tableaux, on assiste au processus d'élaboration  par l'artiste de sa propre couleur, ce bleu riche d'esprit. Car la poésie est la compagne permanente de l'artiste . Elle a rendu sur ses toiles de magnifiques hommages à Samuel Beckett ou à Victor Ségalen, à qui elle a dédié les sept immenses Stèles peintes entre 1992 et 1999. Celles-ci clôturant l'espace de l'exposition pour mieux l'ouvrir.

 

Geneviève Asse


Informations pratiques :

Musées de la ville de Rouen
Esplanade Marcel Duchamp
76000 Rouen
 +33 (0)2 35 15 43 23
musees@rouen.fr


Une quantité  de propositions autour de l'exposition, 
voir aussi : le site du Musée des Beaux-Arts

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 17:56

La part de l'irréductible
dessins et peintures


du 15  au 28 octobre 2009


Galerie l'air du temps - Dijon (21)



Patrick santus, Freud




Variations sur des portraits de A. ARTAUD et S. FREUD, que Santus utilise comme un musicien de free jazz improvisant sur un thème connu, pour essayer de cerner la part irréductible de la figuration et du portrait. Une approche de l'image de l(a)utre, de ce qu'elle nous envoie, de ce qu'elle déplace en nous, car malgré tous les discours sur la mort de la peinture figurative, jugée vision trop romantique par les exégètes de l'art contemporain, tous ces visages peints, anciens et modernes continuent de nous toucher par leur présence et la profondeur de la réflexion qui s'y attache.

N'y a t il pas là, la continuité d'une mystérieuse et irréductible alchimie, qui habite toutes les représentations de la vie depuis la nuit des temps ?
N'est ce pas là l'essence de la peinture?
Une approche radicale et libre de la peinture vécue comme un cheminement au bord de l'inconscient, un entraînement à l'introspection.




Patrick Santus, Antonin ArtaudInformations pratiques :

Galerie l'air du temps,
8/10 rue verrerie
21000 Dijon
03 80 31 89 08

voir aussi : le site de l'artiste www/patricksantus.fr, la vitrine de Patrick Santus dans Art Point France

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 11:04

"Suspens"


du 13 06 au  24 10 2009

Frac Bourgogne  - Dijon




Cécile Bart




Peintures/écrans
Pendant l’été, et jusqu’au 24 octobre, l’artiste Cécile Bart a répondu à l’invitation du Frac Bourgogne en investissant l'intégralité de la salle d'exposition. Elle a mis en place des peintures/écrans, qu’elle utilise depuis la fin des années 1980,   invite ainsi le spectateur à vivre l’expérience du regard, non pas comme une chose détachée du monde, mais faisant pleinement corps avec lui. Intitulée Suspens, cette exposition explore plus particulièrement la sensation de poids et d’élévation, avec la dynamique propre au travail de Cécile Bart. L’espace, le corps, la lumière, la couleur jouent de leurs interactions et invitent le spectateur à vivre une expérience à la fois dense et légère, concentrée et joyeuse.


Informations pratiques :

Frac Bourgogne
49 rue de Longvic
F-21000 Dijon
tél. +33 [0]3 80 67 18 18
infos@frac-bourgogne.org

du lundi au samedi de 14h à 18h - entrée libre


voir aussi : www.frac-bourgogne.org

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article