Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 06:22

RÉTROSPECTIVE
dans trois musées du littoral Nord - Pas de Calais



11 octobre 2008 - 23 février 2009



Musée des beaux-arts et de la dentelle - Calais (62)

 


Musée du Dessin et de l’Estampe originale - Gravelines (59)



 Anthony Caro          Anthony Caro          Anthony Caro



Anthony Caro : Rêver l'espace en sculpture.
La force d'une sculpture d'Anthony Caro réside dans son aspect  déroutant, bien que soumise à des lois dominées. L'espace qu'elle  entoure comprend machine, outil, tournant, lointain et perspectives 
multiples ou abstraites.

  Il y a un ordre, un commandement : faire sortir le dedans dehors. Ne  plus copier évidemment. Mais commander à l'âme de la matière, à ceux  qui ont inspiré le travail. Sens divers donc de sculptures en acier  galvanisé qui revisitent le monde de l'industrie et de l'architecture,  avec inspiration.

Univers-labyrinthe en couleur où domine l'acier gris clair mais où le  jaune, parfois le rouge, le bleu ou le blanc nous livrent le vide  soudain traversé par des formes légères, volantes, semblant même  rudimentaires et cependant évocatrices d'un espace obscur en acier.

Aujourd'hui âgé de 84 ans Anthony Caro, élève de Henry Moore, est  représenté dans plus de 70 collections publiques.

PG


Exposition "Recent galvanised Sculptures" du 6 septembre au 3 novembre  2008, galerie Daniel Templon, 30 Rue Beaubourg à Paris.   Et Musées de Calais, Dunkerque et Gravelines, expositions  thématiques conjointement à l'inauguration le 10 octobre 2008 d'une  commande autour du choeur gothique de l'église Saint-Jean-Baptiste à  Bourbourg (Flandre Maritime).




Informations pratiques :

Inauguration le 11 octobre 2008
Choeur de lumière- S i r A n t h o n y C a r o
Eglise Saint-Jean-Baptiste de Bourbourg


Calais, Musée des Beaux-arts et de la Dentelle
25, rue Richelieu 62100 Calais
03 21 46 48
mail : musee@mairie-calais.fr
ouvert tous les jours sauf le mardi, 10h-12h et 14h-17h30
Le samedi 10h-12h et 14h-18h30, le dimanche 14h-18h30

&

Dunkerque, Lieu d'Art et d'Action Contemporaine
Jardin des sculptures
59140 Dunkerque
03.28.29.56.00
Parking rue des Chantiers de France
art.contemporain@ville-dunkerque.fr
ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 12h15 et de 14h à 17h30

&

Gravelines, Musée du Dessin et de l'Estampe originale
Château-arsenal 59820 Gravelines
03 28 51 81 01
mail: conservation.musee@ville-gravelines.fr
ouvert tous les jours sauf le mardi
la semaine 14h-17h, le week-end 15h-18h


voir aussi : http://www.ville-gravelines.fr et http://www.musee.calais.fr

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 11:40

Picasso et les maîtres


du 8 octobre 2008  au 2 février 2009


Grand Palais - Paris (8)




 Pablo Picasso  Pablo Picasso




Picasso au Grand Palais : Dans la maison du peintre.
Un jour le "Matador" (H/T 1970, P. Picasso) fut pris du besoin de voir  du pays. Il était minuit. Il se mit à peindre, volets fermés.  L'atelier étincelait. Picasso s'en retournait chez lui quelque part  s'asseoir dans l'histoire de la peinture espagnole. Une autre fois, prenant une porte voisine il avait croisé Paul Gauguin et vint le saluer à l'ombre de son chevalet sur la toile colorée d'un portrait qui avançait. Il était midi ce jour-là. Pablo Picasso se remémorait un nu et ce fut  le "Grand Nu au fauteuil rouge" (5 mai 1929,H/T 195 x 129cm). Une  femme sortait de leur chambre et était venue s'asseoir sur une chaise près de lui pour le regarder avec un sourire indicible. Pour arriver chez lui, il fallait tourner à droite, marcher doucement, se faire reconnaître de la maison. " Entrez, disait-il, c'est là que je dors." Il avait vu partir en 1969 ,pour une fortune, son autoportrait "Yo, Picasso" peint en 1901, tandis qu'il copiait les maîtres. Lui qui se sentait parfois superflu dans cet appartement, pauvre enfant laissé à  la campagne sur le tard. Il s'était bien promené aussi avec ses Natures mortes quand il avait  crée "L'Homme à la guitare" (1911-1913 H/T 154 x 77'5cm). Ses yeux  avaient alors de l'impertinence quand il inventait le cubisme. Mais l'on n'était pas en pays protestant avec "l'Infante Marguerite"  (1957, H/T 100 x 81cm), un vrai chant à la Terre-Mère, un murmure  rieur aussi, bien loin de dire à tous "Bonsoir la compagnie!". Lui dont les histoires arrivées dans la peinture nourrissaient la  subjectivité, et pas qu'à demi.



PG



Expositions "Picasso et les maîtres" au Grand Palais, (8 octobre 2008  - 2 février 2009) avec plus de deux cents oeuvres réunies pour  l'occasion dans une rétrospective exceptionnelle.   Et simultanément deux ensembles thématiques d'oeuvres dans lesquels  Picasso dialogue avec les maîtres du passé au Musée du Louvre autour 
des "Femmes d'Alger" de Delacroix du 9 octobre 2008 au 2 février 2009 ,. Encore Musée d'Orsay, autour du  "Déjeuner sur l'herbe" de Manet du 8 octobre au 1er février 2008.





photos : "Le Matador", Pablo Picasso, 4 octobre 1970 Huile sur toile, 145,5 x 114 cm, Musée Picasso, Paris
© Succession Picasso 2008"Autoportrait à la palette, Paul Gauguin" hiver 1893-1894 Huile sur toile, 92 x 73 © Collection particulière



Informations pratiques :

Grand Palais
3 avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Entrée : Square Jean Perrin


Métro : Franklin-Roosevelt ou Champs-Élysées-Clemenceau.
Bus : lignes 28, 32, 42, 72, 73, 80, 83, 93
Stations Vélib’ n° 8029 et 8001


+33 (0)1 44 13 17 17 (serveur vocal)

Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 23h, le jeudi jusqu'à 20h. Fermeture exceptionnelle à 18h le 9 octobre.



voir aussi :  le site du Grand Palais

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 07:44

du 21 octobre 2008 au 04  janvier 2009


Jeu de Paume - Paris (8)

 Lee Miller  Lee Miller
   




L'Art de Lee Miller.
Elle ne voulut rien oublier. Quelle exigence ! Est-ce à cause de l'art ? On aurait tort de la réduire à une esthète.  Elle aimait la discrétion. C'est écrit sur son visage (Autoportrait,  1932). Tour à tour mannequin, compagne de Man Ray, photographe  indépendante, grande voyageuse en Egypte, femme du peintre Roland  Penrose, correspondante accréditée de l'U.S. Army, portraitiste de  Picasso, Man Ray (décidement...), Tapies. Elle fut une femme libre,  engagée dans l'Histoire.


 Seule ? Douce, l'"Autoportrait" (1932) encore en témoigne. Silencieuse  (on aime à le croire). Qui faisait des serments ? Sans doute en  matière d'expérimentation, comme dans cette photo qui allie  surréalisme et abstraction: "Exploded Hand" vers 1930. Révolutionnaire à sa façon dans la conquête de l'autonomie de l'art  photographique avec son "Portrait de l'espace" (1937) qui synthétise  la géométrie (le carré dans le carré) et la mise en cause de l'espace  d'Euclide (l'espace dans l'espace). Son oeil était irréprochable. Mais elle aimait s'entourer d'hommes qui  lui ressemblaient : poètes, peintres, photographes...et de belles  femmes demi-nues, "Nusch, Paul Eluard, Roland Penrose, Man Ray, Ady  Fidelin" (1937).


Campée derrière son appareil elle circulait dans les battements du  temps. "Women with fire Masks..."(1941) témoigne de sa tentation de  s'engager dans la politique avec le regard de l'artiste. Pas de frein dans cette recherche. Elle bouge et fait des pirouettes.  Devient reporter de guerre avec toujours cette volonté de domestiquer  le jour et de le remplir de révélation ("Bombardement de la cité  d'Aleth, Saint-Malo" (1944)). Elle n'avait peur de rien, même pas des géants ("Lee Miller et  Picasso"-Libération de Paris", 1944), où on la voit en chemise,  grande, aux côtés d'un Picasso ouvert, décontracté. Elle n'avait rien  à prouver. Ne fuyant pas non plus l'épouvante ("Garde SS mort dans un  canal, Dachau. Allemagne (1945)). Elle n'a semble-t-il jamais gémi sur sa vie, n'avait rien de vulgaire  dans son art. Une femme irréprochable ?



PG

Exposition "Lee Miller", Jeu de Paume, du 21 octobre 2008 au 04  janvier 2009, Place de la Concorde, 75008, Paris.



photos :
Lee Miller et Picasso. Libération de Paris, 1944 Lee Miller
© Lee Miller Archives, England 2008. All rights reserved. www.leemiller.co.uk


Garde SS mort dans un canal, Dachau, Allemagne, 1945 Lee Miller
© Lee Miller Archives, England 2008. All rights reserved. www.leemiller.co.uk


Informations pratiques :

Jeu de Paume
1 place de la Concorde
75008 ParisMardi de 12h à 21h
Du mercredi au vendredi de 12h à19h
Samedi et Dimanche de 10h à 19h
Fermeture le lundi
Tél. 01 47 03 12 50


Voir aussi : le site du Jeu de Paume

Repost 0
Published by Art Point France - dans Photographie
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 07:38

Piero Peinture
exposition personnelle



du 9 octobre au 8 novembre 2008



galerie L'Or du Temps - Paris (6)



 Anne Slacik

 
 Les verrières de l'atelier d'Anne Slacik s'ouvrent sur la cîme des arbres. Sa peinture se nourrit du regard porté sur l'extérieur. Le végétal impose ses lignes robustes ou fragiles,  ses contours  vagues et ses masses imprécises.   Des lueurs fugitives habitent la couleur qui comprend alors des valeurs diverses. Ces lumières discrètes nous guident dans des paysages imaginaires, lieux de passage entre "ici et maintenant" et des terres rêvées. La couleur est étale, dense ou transparente. Elle couvre indifféremment la toile et le papier,  libère l'espace et seule au faît de sa maîtrise, entreprend l'éloge de l'étendue.

C.P.



Informations pratiques :


vernissage le 8 octobre à 18h

galerie L'Or du Temps
25 rue de l'echaudé 75006 Paris
tel 01 43 25 66 66
contact@lordutemps.com
www.lordutemps.com

Edition d'un catalogue
texte de Vincent Gille






Anne Slacik

AUTRES EXPOSITIONS COLLECTIVES


"Qui a peur du rouge ?"
 avec M. Dollé-Lacour, B. Bonnafous, A. Slacik
à l'initiative de la Communauté d'Agglomération Plaine Commune
Stade de France (entrée D) 
Avenue Jules Rimet  Saint-Denis 93200
du mercredi 1 au dimanche 19 octobre 2008 
de 10h à 17h30 
vernissage le 30 septembre à 18h
Edition d'un catalogue, texte Tita Reut

.
&


"Le fauteuil"
avec P.Rebeyrolle, O.Aubry, R.Aupetit, J.Barry, P.Hubert-Beaulieu, C.Beaupère, C.Bernis, J.F. Blanc, T.L.Boussard, J.F. Couteaux, A.Davailllon, J.Desbouiges, F.Dumy, C.Dupire, R.Ferri, B.Lachaniette, I.Lebel, S.Nathan Ascher, D.Pouppeville, B.Schroeder, A.Slacik
Galerie A Contrario
6 av de la Liberation
87000 Limoges
05 55 79 56 76
contrario.a@wanadoo.fr
du 11 septembre au 11 octobre 2008
Ouvert du mercredi au samedi 14h30/19h

photos : A. Slacik   Pourpre Aconit 150 x 150 cm  2007


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 07:06

du 24 juin au 26 octobre 2008

Musée de la Chasse et de la Nature - paris (3)

 

&

 

du 14 octobre au 31 décembre 2008

Galerie de la  Manufacture nationale de  Sèvres  -  Paris (1)



Johan Creten




Enfin on arriverait en un splendide endroit où une branche d'arbre  enroulée et comme ajustée à un socle de terre, à moins que ce ne soit  un corps allongé tête baissée, fesses en l'air et bras relevés, comme  un objet sacré mordant la vue et grandiose, une sculpture de Johan  Creten serait enfermée.

Composition florale ou revêtue d'une étrange faune. Sculpture en  céramique. L'artiste utilisant le grès ou la porcelaine émaillée.  L'objet surplombant une table regarderait le mur. Etrange autel pour  on ne saurait quel sacrifice. Artifice qui représenterait une douleur,  une tranquillité ?

Replié sur lui-même, attendant d'être ranimé pour une procession, contemplé avec sa couleur parfois pourpre, annonçant un évènement  considérable : la rumeur d'un suicide ou celle d'une extase ...

PG



L'artiste né en 1963 en Belgique, résident à la Manufacture de Sèvres  de 2004 à 2007 et revisitant aussi la technique du pastillage  (XVIIIe), expose du 14 octobre au 31 décembre 2008 à la galerie de la  Manufacture de Sèvres, place André Malraux (Palais Royal). D'autres  oeuvres seront visibles également à la galerie Emmanuel Perrotin de  Paris.







Johan CretenInformations pratiques :

Musée de la Chasse et de la Nature
Hôtel de Mongelas
62, rue des Archives • 75003 Paris
 +33 (0)1 53 01 92 40
musee@chassenature.org

ouvert du mardi au dimanche, de 11 h à 18 h. Fermeture les lundis et jours fériés.

Métro : Hôtel de Ville


&

Galerie de la Manufacture à Paris
4, place André Malraux
75001 Paris
Métro : Palais Royal
 +33 (0)1 47 03 40 20
solange.blon@culture.gouv.fr

ouvert tous les jours de 11 h à 19 h et les lundis et samedis de 14 h à 19 h


&

Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
75003 Paris
+33 (0)1 42 16 79 79
Contact : Emmanuellle Orenga
orenga@galerieperrotin.com



“Mes pièces ont souvent des blessures, dira-t-il, des marques de vécu, un objet n'est entier que quand il est parfait, mais pour moi il doit être blessé, je ne recolle pas les fleurs”. J. Creten


voir aussi : le site de la Manufacture de Sèvres, le site de la galerie Perrotin

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 16:44

du  6 septembre au 1er octobre 2008


Galerie Magda Danysz - Paris (11)



 Nicolas Ledoux



L'art du vingtième siècle a ceci de marquant qu'il a fait de sa propre histoire une mythologie. Nicolas Ledoux, contemporain averti de cette révolution, en prend acte et la met en scène comme nul autre avant lui : à travers chacun de ses dessins, c'est toute l'histoire de l'art qui fusionne et s'anime à la manière d'une théogonie.

Par Frédéric-Charles Baitinger


Embarqués sur des soucoupes volantes à mi-chemin entre des baignoires et des boules à facettes, Picasso, Gregor Schneider, Douglas Hoeubler, et bien d'autres encore... s'élèvent au-dessus d'une masse grouillante tel des Dieux archaïques tirant vers eux un monde titanesque encore en formation.


Pour le Rhapsode Ledoux, il ne s'agit pas tant de faire oeuvre critique (d'organiser ce bestiaire en un système achevé) que de proposer aux spectateurs une vision personnelle et organique de cette nébuleuse encore largement obscure et qui porte le nom, faute de mieux, d'art contemporain. 


S'il fallait se risquer à proposer une interprétation générale de ses oeuvres, le plus simple serait peut-être de dire qu'elles fonctionnent comme les Métamorphoses d'Ovide, par ordre de filiation. Chacune des soucoupes qui organisent l'espace de ses compositions est reliée aux autres selon un principe de rupture ou de trahison : Tristan Tzara, donnant la main à Hugo Ball, enterre en chantant l'art du dix-neuvième, tandis que Francis Picabia, nouant des liens avec Dada, fraternise avec l'esprit des dissidents. 


Toutes les énergies ne cessent de s'écouler de la soucoupe centrale pour venir alimenter les îles abstraites, formelles, conceptuelles... des nouveaux Dieux de l'art.


Mais derrière cette germination sans fin de formes nouvelles se tient le meurtre originel de la peinture – et avec elle de la figuration. Tel Zeus castrant Chronos pour échapper à une mort certaine, l'art contemporain vit et se renforce à mesure que la peinture s'évide de son contenu. Sur la montagne sacrée qui abritait naguère la figure ancestrale du peintre, se tient l'image d'un homme en pleur dont la parole a été dérobée.

Comme dans toute mythologie, l'histoire se confond ici avec ce qui la fonde : jalousies, hérésies, piratages, détournements... Ce n'est plus la muse qui inspire l'artiste, mais la  métis de Zeus – la ruse sans laquelle l'art contemporain ne saurait venir à bout de l'insurpassable puissance de la Tradition.





Nicolas LedouxArtiste : Nicolas Ledoux est né en 1968, il  vit et travaille à Paris.



Photo : Pièce Unique
stylo plume sur canson, 250 x 125 cm, 2008.
Collection particulière
Photographie Bertrand Huet
ci-contre (détail)







Le silence qui parle Les nouvelles chroniques de Frédéric-Charles Baitinger fredericcharlesb@hotmail.com




Informations pratiques :


Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot - Paris 11
tel. / fax : +33(0)1 45 83 38 51
magda@magda-gallery.com

ouvert du mardi au vendredi de 11h à 19h et le samedi de 14h à 19h


voir aussi : le site de la galerie ICI

Repost 0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 15:54

Voiler, dévoiler

Installation

du 26 septembre au 06 octobre 2008

&

Performance

 les 26 septembre et 04 octobre avec trois  danseurs


Piscine de la Butte aux Cailles - Paris (13)







La chorégraphie joue avec les empreintes et les corps/matrices des danseurs. Fuite du temps et rencontres lumineuses dans un mariage de la peinture, de la danse et de la couture.


Ainsi s'exprime Michèle Katz : des corps sans lourdeur, un chant ami,  non une guerre des pensées. Un travail pour faire triompher l'image  victorieuse des corps glorieux voilés et dévoilés.

L'homme n'est pas éduqué pour faire la guerre, ni la femme pour son  repos. Pas de vacarme donc ni de tonnerre, mais le calme, la prudence  des gestes , en deça du bien et du mal.

Installation et performance afin de tendre de toutes ses forces vers  le bonheur, l'allègement de l'existence.
Voir les choses sous une autre face donc, loin des périls de l'âme et  des dissimulations et diableries de toutes sortes.

Contre les bêtes de proie et les serpents, l'artiste élève aux hommes  un Voyage loin des ombres vers la paix et la concorde où l'on ne  cherche que la probité et la volonté de vivre pour montrer l'idéal.

PG





Informations pratiques :

peintures et conception Michèle Katz
chorégraphie Virginie Rapin
danseurs Stéphanie Rapin, Virginie Rapin et Yves le Coz
bande son Yves Le Coz
couturier Jean-Paul Mattera

Vernissage le 26 septembre 2008  : danse à 20h

Nuits blanches 4 octobre danse à 20h et à 22h

Piscine de la Butte aux cailles
5 place Verlaine
75013 Paris
tel : 01 45 89 60 05
contact M. Katz : 01 45 86 45 49 et 06 77 08 48 04

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 09:49



Edito : Journées européennes du patrimoine

Au total, en France, 15000 sites en fête, pour les journées européennes du patrimoine, les 20 et 21 septembre. Chacun dans sa ville, petite, moyenne ou grande a entre les mains un programme qui lui propose de nombreuses occasions de visites, dans des lieux parfois exceptionnellement ouverts, dans des édifices animés pour l'occasion ou encore dans des monuments dont l'accès est gratuit ce week-end. Inutile de couvrir des kilomètres pour être satisfait, l'offre de proximité est immense.


Si je vais visiter le Jardin des camélias situé près de chez moi, si je retourne dans cette abbaye cistercienne que j'aime tant, si je m'apprête à découvrir tel bâtiment industriel, tel édifice public ou religieux... je vais me comporter l'espace de ces deux jours comme des milliers d'autres européens avec les mêmes désirs, les mêmes intentions. Un moment de partage donc, durant lequel les limites territoriales s'effriteront. Les monuments, les ouvrages architecturaux des différentes régions nous distinguent les uns des autres mais nous réunissent également dans une même appartenance. Notre patrimoine est d'abord européen. Impossible de l'ignorer d'ailleurs puisque 49 pays se mobilisent, sous le patronage du Conseil de l’Europe et de l'Union européenne.


Pour cette 25ème édition, la création contemporaine est mise à l'honneur. Les visites de monuments seront aussi des occasions de rencontres avec des oeuvres contemporaines inédites. Au XXe siècle, le patrimoine est devenu pour de nombreux artistes une source d’inspiration et un support de création. Les avant-gardes ont affranchi les monuments historiques des traditions. Sur le chemin de l'enrichissement du patrimoine par une expression artistique actuelle, le XXIe siècle se propose sans doute de nous conduire plus loin encore.

Catherine Plassart



photos : (1) Abetz et Drescher (détail), (2) Jeff Koons


voir aussi : La Feuillée du 18/09/08


Catherine Plassart 

Catherine Plassart - contact@artpointfrance.org

Les éditos de La Feuillée

 


Repost 0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 07:25

1867-1956


du 25 septembre 2008 au 19. janvier 2009


Galeries nationales du Grand Palais - Paris






La quête d'Emil Nolde.
Que cherche Emil Nolde en s'interdisant de concevoir l'histoire de la  peinture comme simple réminiscence du passé ( ce qui lui vaudra  l'interdiction de peindre dans l'Allemagne nazie de 1941, mais  peut-être paradoxalement son adhésion au "parti" en 1934 !) . Comme si  la "bête noire" avait touché son épaule et l'avait perturbé, lui qu'il  faudrait censurer (ruse de l'Histoire ?) ...


L'argument expressionniste est visible et doublement compréhensible :  représenter le monde actuel de façon hypercritique et suspicieuse et  déclarer sa sympathie aux parasites de l'équation historique (priorité  à la "raison" = positivité). Ainsi développe-t-il un art inspiré tour à tour du pointillisme  ("Couple sur la plage", 1913), de l'influence apparente de Van Gogh  ("Autoportrait", 1917) et de celle du fauvisme (Danseuses aux bougies,  1912) aux tons chauds et aux formes féminines extatiques. Dans la même  direction "Spectateurs au cabaret" (1911) est frappant.

Mais c'est à notre avis "Figures exotiques II" ( 1911 ) qui nous  fournit peut-être la clé du personnage. Ce tableau anticipe Cobra  voire la Figuration libre contemporaine. Comme si Nolde hésitait entre  l'obsession primitiviste des Origines dans un élan romantique ambigu  et la posture simultanée du témoin volontaire de la société moderne  dont il refuse imposture et tromperie.

PG

Exposition Emil Nolde (1867-1956), Galeries nationales du Grand Palais,  25.09.08-19.01.09 à Paris. Et Musée Fabre  à montpellier le 24.05.09. Peintures, aquarelles,  gravures, dessins illustrant la totalité de l'oeuvre.

photo : Figures exotiques II, Emil Nolde 1911 Huile sur toile 65,5 x 78 cm
Stiftung Seebüll Ada und Emil Nolde Neukirchen, Allemagne © Nolde Stiftung-Seebüll



Informations pratiques :

Galeries nationales du Grand Palais
3, avenue du Général-Eisenhower
75008 Paris
Tél : 01 44 13 17 17

Métro, RER, Bus
Métro : lignes 1, 9, 13 / Stations : Franklin-D.-Roosevelt, Champs-Elysées-Clemenceau
RER : lignes C / Stations : Invalides
Bus : lignes 28, 42, 52, 72, 73, 80, 83, 93


voir aussi : le site du Grand Palais


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 09:39

"The modern World Starts Now"


du 13 septembre au 8 novembre 2008


galerie Suzanne  Tarasieve -  Paris (13)





Toujours présent ce murmure, cette volonté de déniaiser le monde, en  musique ou à défaut en écriture, ou encore en peinture et à quatre  mains si l'on ne peut autrement. C'est cela. Comparé aux amnésiques ce  sera un progrès considérable.



Les années écoulées depuis ont rapproché Abetz et Drescher et affermi  leurs qualités respectives. On les retrouve pour cette exposition, pareils à eux-mêmes la  quarantaine approchant et gardant la nostalgie de ces fameuses années de leur toute jeune enfance. Les années soixante-dix. Electrophone,  télévision, machine à laver pour tous, Rolling Stones, Beatles, The  Who, "Power flowers" encore et cette douceur qui perdurait dans  certains coeurs. Envolés depuis les camarades plus ou moins agés que  soi, les amitiés imprévues ou intimes, les rencontres décisives et les  "dieux de la jeunesse".


La stratégie esthétique est de rendre donc ici et maintenant dans un  style proche de la figuration libre et de la BD sur de grands formats  à l'acrylique, la solitude (la pauvreté?) de son propre logis, les  passions pas éteintes, les supplices au milieu d'indifférents. La  prison des conventions sociales mondaines et populaires... Mais aussi  les paroles que l'on voudrait ne pas entendre et celles que l'on  écoute avec les "casques" et qui gonflent le coeur. La première partie  de la vie en pop musique et les souvenirs qui vont avec.

PG

Exposition "The modern World Starts Now" de Make Abetz et Oliver  Drescher du 13 septembre au 8 novembre 2008, galerie Suzanne  Tarasieve. 171 Rue du Chevaleret, 75013 Paris.


Informations pratiques :

Galerie suzanne Tarasieve
171, rue du Chevaleret - 75013 Paris
Tél. +33 (0)1 45 86 02 02
Port. +33 (0)6 11 01 16 79

Ouvert du Mardi au Samedi de 11h à 19h

Accès métro :
Chevaleret - ligne 6
Bibliothèque F. Mitterrand - ligne 14


voir aussi :  le site de la galerie Suzanne Tarasieve

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article