Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 18:32

 





L'oeuvre était géante, le vol aventureux.

Collée jeudi soir sur le Mur, à l’angle de la rue Oberkampf et de la rue St Maur, lors d’une performance inédite en présence de Jacques Villeglé, « Les choses singulières », une oeuvre originale de l'artiste ( 3 m x 8 m ) n’aura été visible que deux jours…  elle a été méticuleusement découpée au cutter et emportée dans la nuit de samedi à dimanche.


Comme ses prédécesseurs, Jacques Villeglé avait investi  un panneau publicitaire  du MUR (Modulable, Urbain, Réactif)  en collant une oeuvre  réalisée en atelier. Elle avait pris forme en direct jeudi 25 septembre 2008 et devait être exposée 15 jours, avant d’être recouverte par une autre oeuvre. Mais pfft... elle s'est envolée.

Heureusement, "la comédie urbaine " a sa suite et son accomplissemnet au Centre Pompidou  - Paris (4) jusqu'au 5 janvier 2009.



Repost 0
Published by Art Point France - dans Art et société
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 06:48

Le plaisir

Du 17 octobre au 11 janvier 2009. 


Musée  d'Art Moderne  -  Paris (16)




Raoul Dufy


Dufy écrit la partition du monde.

Le ton est donné avec Raoul Dufy : une apologie de la couleur. Pour  lui le métier de peintre est d'abord celui d'un maître des effets  visuels et chromatiques. C'est pourquoi son ouvrage s'écrit loin des  salles closes et des lieux poussiéreux. Dufy n'interrompt jamais le dialogue avec le monde extérieur. Sa vie  consiste au contraire à le magnifier. Ami du monde et ennemi de ses  ennemis. Ainsi Dufy exécute des centaines d'oeuvres durant son  existence : peintures, dessins, céramiques, tissus,  vêtements, (aujourd'hui en la possession d'institutions publiques et  privées internationales). Ceci avec une seule exigence jamais reniée,   un seul projet jamais achevé : être la mémoire, le compagnon, le  mathématicien qui médite, toise, note le Livre du monde.


Audaces de la couleur, mais aussi résolution du dessin, accentué,  familier, "structuré" et élargi à tous les modèles possibles. Il en  résulte que la "critique" qu'il développe en artiste n'est pas celle  d'un simple témoin mais est chargée de véracité et riche  d'observation. Pas de plagiat chez Dufy ni de remaniement. C'est pourquoi sa place est considérable dans l'histoire de l'art  moderne et contemporain. Dufy n'a jamais peint au dépens de quoi que  ce soit. Et il occupe ainsi un rôle essentiel. Amoureux des corps, des  intérieurs chauds, des marines claires, des natures mortes musicales  et de la vie en général il réhabilite la Nature et disons les  "réalités physiques" dans la peinture. Son art est chargé de finesse.  Mais c'est aussi un art de l'esprit.

Là est la force de l'artiste. Insoumis, Dufy est resté libre, raffiné,  en contradiction avec tous les mensonges de son temps. C'est pourquoi  il méritait cet hommage qui lui est rendu par le Musée d'Art moderne  de la ville de Paris.

PG

"Raoul Dufy. Le Plaisir." . Du 17 octobre au 11 janvier 2009.  Musée  d'Art Moderne de Paris. 11 Avenue du président Wilson , 75116, Paris.    Première exposition montrée par l'institution depuis 1953. 120  peintures, 90 oeuvres graphiques, 25 céramiques et 30 tissus , des  vêtements...

photo : "Hommage à Mozart " (1952)


Pierre Givodan

Chroniques intempestives




Informations pratiques :

MAM
Palais de Tokyo
11, avenue du Président Wilson
75116 Paris
01 53 67 40 00

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h,
nocturne le jeudi jusqu’à 22h


Voir aussi : le site du MAM de paris

Repost 0
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 08:33

L'esprit design au Japon


du 29 septembre 2008 au 11 janvier 2009


Musée du Quai Branly - Paris

   



"Mingei", Design et Japon
La première réponse à la question de l'identification de l'artisanat  japonais à son application dans la vie quotidienne nous est donnée par  le mot "Mingei", forme abrégée de l'expression : " art populaire fait  par le peuple et pour le peuple". Autrement dit la redécouverte au XXè de certains arts traditionnels et  l'évolution de l'art moderne international se rencontrent à travers le  design dans la recherche de "formes originelles", notamment en Asie. Ainsi l'esprit et les traditions Mingei expriment et suggèrent de  façon elliptique une certaine légitimité historique "d'agents"  distincts de l'esprit officiel et officieux de super-Etats comme celui  du Japon militaire et agressif d'avant-guerre par exemple. Il y a en effet dans le détail accordé aux objets les plus humbles une  analogie avec l'importance donné à l'individu le plus isolé. La grande histoire rejoint le quotidien voulu, souhaité. Le voyage  dans l'espace et dans le temps a une amplitude sociale et politique. La chaise, le tabouret, le Grand verseur à bec mettent en scène une  autre version de la vie, une morale irréductible au calcul... que le  design convoque aujourd'hui de manière attractive.

PG



Exposition " "Mingei", l'esprit design au Japon ". Musée du Quai  Branly, du 29 septembre au 11 janvier 2009. A propos de l'influence de  l'artisanat populaire sur le design japonais.


Informations pratiques :


musée du quai Branly
37, quai Branly
75007 – Paris
01 56 61 70 00
mardi, mercredi et dimanche : de 11h à 19h
Nocturne le jeudi, vendredi et samedi : jusqu’à 21h


voir aussi : http://www.quaibranly.fr/

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 08:28

( 1882 - 1958 ) 
Exposition du cinquantenaire



du 13 juin au 10 novembre 2008


Musée de Morlaix (29)

&

Musée Mathurin Méheut de Lamballe (22)




 Mathurin Méheut




Pour célébrer le cinquantenaire de la mort de Mathurin Méheut (1882-1958), le musée Mathurin Méheut de Lamballe et le musée de Morlaix ont organisé une rétrospective de l'artiste, présentée simultanément dans les deux lieux.


L'oeuvre de l'artiste à la fois peintre, dessinateur, illustrateur, décorateur, céramiste, sculpteur et graveur, réclamait plusieurs présentations dans différents espaces. Si Méheut  s'est limité à quelques sujets, il  a déployé un travail d'une grande diversité.  L’occasion nous est donnée de découvrir   "La Mer", immense tapisserie de la Manufacture Nationale des Gobelins, "Les Mammouths", "Les Ptérodactyles", parties du décor de l’Institut de Géologie de Rennes ou encore le vase dit "Ruhlmann" de la Manufacture Nationale de Sèvres,  à côté de nombreuses pièces inédites ou raremement montrées.


Au musée de Lamballe, l'exposition est en deux parties. Les débuts de Méheut d'une part avec successivement  les oeuvres de jeunesse, son séjour à Roscoff, ses premiers essais comme illustrateur et graveur, son voyage au Japon et ses dessins de guerre en tant que peintre combattant. Dans la deuxième partie, la présentation d’oeuvres liées à la mer et à la terre, thèmes récurrents dans son travail avec notamment deux études retrouvées récemment dont une,  "L'hiver, labour" peut être confrontée à la grande toile correspondante qui appartient au musée Mathurin Méheut.

 

Mathurin Méheut    Mathurin Méheut



Au Musée de Morlaix, dans la continuité du Musée Méheut  de Lamballe sont présentées les oeuvres postérieures à 1920. On peut voir de beaux paysages inspirés de l’univers marin,  de la Bretagne et des séjours  de Méheut en Provence, en Cornouaille. Le peintre, le décorateur, le céramiste et le sculpteur sont ainsi mis en valeur. Les grands formats souvent associés aux études préparatoires, à des oeuvres similaires, ou aux arts appliqués sont à voir au musée des Jacobins et à la curieuse maison à lanterne dite  Maison à Pondalez.. Enfin, un regard particulier est posé sur le travail de sculpture,  peut-être moins connu  des bretons eux-même qui pourtant font tous la part belle à Mathurin Méheut. dans leur patrimoine plastique du XXéme siècle.

C.P.


Informations pratiques :

Musée de Morlaix
Place des Jacobins
29600 Morlaix
Tél : 02 98 88 68 88
Mél : museedemorlaix@villedemorlaix.org
ouvert 10h à 12h et 14h à17h (fermé le mardi et le dimanche)

&

Musée Mathurin Méheut
Place du Martray
BP 70418 – 22400 Lamballe
02 96 31 19 99
 musee.m.meheut@wanadoo.fr
ouvert mercredi, vendredi et samedi 14h30 à 17h (fermé les jours fériés)

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Ouest : expositions
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 07:44

Un siècle et demi du regard croisé 

Les œuvres japonaises de Mathurin Méheut
(1882-1958, France, Lamballe)

Les œuvres françaises de Kojiro Akagi
(1934, Japon, Okayama-shi) 

du 24 septembre au 11 octobre 2008

à la Mairie du 9e (salons Agaudo) - Paris (9)

&

du 1er au 30 octobre 2008

à la Maison de la Bretagne - Paris (15)




 



 Dans le cadre des festivités liées au 150ème anniversaire des relations franco-japonaises, l'exposition « France - Japon : un siècle et demi du regard croisé » met en relation le travail du peintre français  Mathurin Méheut (1882-1958) qui a travaillé au Japon, et du peintre japonais Kojiro Akagi (né en 1934) qui réside depuis 45 ans à Paris. La Mairie du 9e arrondissement expose les huiles et les aquarelles des deux artistes. La Maison de Bretagne accueille leurs œuvres graphiques.

 


Méheut, un semestre au Japon

Né en Bretagne, à Lamballe, où un musée lui est consacré, Mathurin Méheut s'est fixé à Paris au tout début du XXe siècle. Il collabore comme illustrateur à la revue Art et Décoration. Il travaille également  avec la Librairie Centrale des Beaux arts à qui il fournit des centaines d'illustrations  pour des ouvrages encyclopédiques. Il est tout jeune et connaît déjà le succès. Public et critique sont unanimes lors de sa première exposition personnelle, au Musée des Arts décoratifs (1913). L’université de Paris lui décerne d'ailleurs à cette occasion  une bourse (Fondation Albert Kahn) destinée à financer un tour du monde. C'est ainsi qu'il passera un semestre au Japon.  Il en rapporte une quantité d'oeuvres délicates dites "japonaises " qui témoignent de son attention aux hommes et aux femmes de ce pays qu'il découvre et qu'il aime.



kojiro Akagi, parisien d'adoption.
Kojiro Akagi (né en 1934)  arrive en France en 1963  où il suit les cours de l' l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts.  Fasciné par les architectures parisiennes, il dessine les rues de Paris. Il  travaille  sur le motif à l' encre et à l'aquarelle puis les transpose à l‘huile.















Informations pratiques :

Vernissages :
le 24 septembre à 18h à la  Mairie du 9e
&
le  9 octobre à 16h à la  Maison de la Bretagne

Concert :
le 3 octobre à 20h – concert franco-japonais Ensemble « Duruflé » à la  Mairie du 9e, (salle Rossini)  exposition ouverte

Soirée :
le 15 octobre à 17h soirée britto-japonaise à la  Maison de la Bretagne

Lieux :
Mairie du 9e, 6 rue Drouot, 75009 Paris
(Métro Richelieu Drouot)
de 11h à 17h du lundi au vendredi, nocturne jusqu’au 19h le jeudi, samedi 11h-12h
bus 74, 85

&

Maison de la Bretagne, 8 rue de l’Arrivée, 75015 Paris
(Métro Montparnasse Bienvenue)
de 9 h 30 à 18h du lundi au vendredi
bus  92, 94, 95, 96

Entrée libre

Commissaire de l’exposition Anna Filimonova

Voir aussi : www.festival-cultures-croisees.eu

 

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 10:12

 Délicats désastres et Cie
peintures, dessins, lithographies, livres



du 26 septembre au 31 octobre 2008



Galerie Remarque - Trans-en-Provence (83)




Daniel Nadaud 




Ils sont deux, Daniel Nadaud,  peintre et plasticien et Bernard Noël poète et écrivain pour enfoncer le clou à la galerie Remarque, le temps d'une exposition du 26 septembre au 31 octobre et l'espace d'une publication titrée "Le grand massacre".



Paroles d'artiste.

"Né à Paris au milieu de la seconde guerre mondiale, je n’ai pas consciemment entendu le vacarme des combats aériens. On m’a raconté cette guerre, ainsi que la précédente. Puis la guerre d’Algérie s’est installée, je l’ai côtoyée dans les rues de Paris, patrouilles de police, hommes abattus sur le trottoir, dans le métro... On ne disait rien, on ne savait souvent, ni pourquoi, ni par qui ? Guerre coloniale sans nom. Manifestations énormes, oppressantes, tragiques, 1963, juste après l’indépendance, je me suis retrouvé soldat de l’infanterie de marine à Mers-El-Kebir !
L’Histoire nous façonne, elle se mêle à notre petite histoire et facilement la broie. Reconstruire parallèlement est illusoire, j’en conviens, cependant l’illusion me nourrit, l’Art y participe, paysan de Paris je rêve... Avec en arrière plan ces incurables catastrophes, celles que l’homme perpétue inlassablement ; pour assouvir le pouvoir de quelques-uns au détriment de tous les autres. Aussi ne puis-je pas me soustraire de cet arrière plan ou plus exactement, ai-je décidé de l’exprimer. D’enfoncer le clou, je n’ai à ma disposition que de fines épines, le tracé et l’énumération, l’association contre-nature, la dérision, l’impuissance et une tendre mais inébranlable rage."
Daniel Nadaud





Paroles d'écrivain.
Le grand massacre.

Depuis que le passé est notre avenir, nous mourons sans cesse et même plusieurs fois par jour, tantôt tueurs, tantôt victimes. Cette inversion toujours possible des rôles entraîne une instabilité des corps : on coupe tellement de têtes, tellement de membres qu’on ne sait plus à qui celle-ci, à qui ceux-là. Et la confusion s’augmente d’un acharnement contre les animaux, mais qui voudrait limiter la liberté qu’autorise le grand massacre ? On égorge, on étrangle, on coupe le haut et le bas, on sépare l’inséparable, on y va à la hache ou à la machette, on fait des tas où le mélange des restes défie le vieux sens de la propriété tout comme celui de l’identité. Le soir, quand vient l’heure du repos, on s’amuse à des assemblages. Certains rentrent ainsi chez eux sur quatre jambes ou bien s’ajoutent des bras pour multiplier leur part de butin. Le jeu le plus apprécié est d’arracher le visage de l’imbécile qui se laisse décapiter avec résignation. Il n’est bien sûr que juste et raisonnable d’en finir avec la servilité...
Bernard Noël



Informations pratiques :

Vernissage le vendredi 26 septembre 2008 à partir de 18h
en présence de l'artiste et de l'auteur. Lecture de bernard Noël à 19h30.

Galerie Remarque  
2, place de l'Hôtel de ville
83720 Trans-en-Provence
ouvert  du mardi au samedi de 15h00  à 19h00 


voir aussi : le site de l'artiste www.danielnadaud.com

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 08:03
"Peintures et dessins


du 27 août au 18 octobre 2008



Galerie l’R du Cormoran -  Pernes les Fontaines (84)




 

Sylvie Deparis


Depuis le 27 août et jusqu'au 18 octobre 2008, la galerie R du Cormoran à Pernes les Fontaines accueille l’artiste Sylvie Deparis.  L'exposition propose une sélection d’une trentaine d'oeuvres récentes,  dessins de différents formats, peintures  réalisées sur papier ou intissé et marouflées sur toiles .


"Pour communier avec les infinies variations et les multiples métamorphoses de ce qui est, le corps cherche l’ouvert, la fluidité, l’impalpable, le questionnement de l’inconnu, et, dans ce désir de l’intime, structure et façonne l’expérience créatrice. " Sylvie Deparis

Inspirée par le végétal,  Sylvie Deparis , à partir d'un  même objet de la nature, travaille sur les différentes perceptions qu'elle en a. Celles-ci, inattendues,  naissent de la diversité des moments, des changements de lumière, des déplacements de point de vue. Une affaire de regard qui traque les minimes variations de l'identique, qui saisit les subtiles vibrations liées à un temps donné, qui s'absorbe dans une approche du vivant jaillissant mais impalpable.


Le langage de l'artiste possède un rythme, il écrit une musique dont les échos font  délicatement tressaillir la matière et son fondement immatériel. Le trait fouille et désenfouit du substrat végétal,  l'énigme des flux vitaux et les mystères de la substance. La ligne  sinue, se brise et court infiniment, décrivant le désir d'une révélation, la quête d'une image de l'unité qui se dérobe sans cesse, mais apparaît parfois dans la représentation élémentaire du fragment.


L'expérience créatrice pour Sylvie Deparis est un  voyage au pays des formes simples du végétal, dans l'abandon du corps lourd  et guidé par la main qui dessine. Elle multiplie les mouvements, se déplace dans "les lointains intérieurs"  (H. Michaux) quêtant une expérience apaisante de l'ouvert,  espérant entre "Centre et absence" (id) des dégagements inconnus.

C.P.



Informations pratiques :

L'R du Cormoran
5 rue de la Halle
84210 Pernes-les-Fontaines
(33) 04 90 11 01 59
contact@galerie-r-du-cormoran.com
ouvert du mercredi au vendredi 15h/19h

et le samedi 10h/12h et 15h/19h


voir aussi : le site de la galerie R du Cormoran, la vitrine de Sylvie Deparis sur Art Point France, le catalogue de ses livres d'artiste

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 07:54

Oeuvres choisies



du 10 octobre 2008 au 04 janvier 2009. 



Espace Riquet -  Béziers (34)


Franta


Avec Franta : libérer l'humain.
L'oeuvre de Franta est riche d'une fortune considérable : celle des  renégats de la société de consommation, laquelle a réduit tous les  sujets à des outils de reproduction du Capital (d'Etat ou privé). En  un mot on ne peut pas se passer de tels artistes. Ses personnages charnus, ses femmes dressées chargées de fruits  extraordinaires parlent d'autre chose que de concurrence ou de  féodalité, voire de pillage. Ses hommes nus envahissent la toile ou le papier. Ses sculptures font  de l'Afrique autre chose qu'un continent "paria". A la question " Comment se débarrasser de l'infâmie ? " Franta semble  répondre : - Hé bien, en chassant d'abord la misère des art plastiques. Justice  et réparation viendront ensuite. C'est en effet ce que demande un tel art. Car les singes se passent peut-être de beauté, mais pas l'homme.
PG

Exposition "Oeuvres choisies de Franta" du 10 octobre 2008 au 04 janvier 2009. Musées de la ville de Béziers, Espace Riquet, 7 Rue Mussol 34500 Béziers.


photo : "Huitième jour"  1998,  bronze hauteur 215 cm



Informations pratiques :


Espace Riquet
7- rue Massol
34500 Béziers
04 67 28 44 18

voir aussi : le site de la ville de Béziers, le site de Franta, la vitrine d'Art Point France
Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 07:35

du 10 octobre au  8 novembre 2008



Villa Beatrix Enea  -  Anglet (64)







Du 10 octobre au 8 novembre 2008, Villa Beatrix Enea à Anglet accueille l’artiste d’origine allemande Barbara Schroeder.  L'exposition propose une sélection d’oeuvres, peintures et techniques mixtes réalisées sur toile et sur papier, réparties en deux séries aux titres évocateurs : « Humeurs végétales » et « Paysages de l’extrême », ainsi que des céramiques.


« Pour moi, l’art, c’est créer, toucher. L’art doit être au service des hommes et non à la disposition des musées. J’imagine sans peine que les gens puissent accrocher mes toiles dans leur salon ou leur cuisine, qu’ils fassent connaissance avec elles, avec moi, et éprouvent un sentiment de bien-être en leur compagnie, comme si elles leur racontaient une histoire ; la mienne peut-être. » Barbara Schroeder



Paysages de l'extrème.
De la Patagonie au Cap Nord, en passant par les plaines de Roumanie, Barbara Schroeder puise son inspiration dans les paysages saisissants qu’elle croise au gré de ses voyages. Paysages de l’extrême, aux lignes épurées, dont la beauté sauvage déborde d’une émotion intense, empreinte d’une certaine mélancolie. Vues marines, terres désertiques ou de glace se déclinent en courbes suaves, ivres de lumière et de couleurs puissantes où dominent les bleus, l’orange, le rouge « bordeaux », le noir et surtout le blanc. Parfois, différentes matières se mêlent et les formes se dissipent, devenant étonnamment abstraites, créant ainsi des compositions singulières, habilement architecturées, qui éveillent la curiosité et conduisent au rêve. De l’ensemble des séries consacrées aux paysages, se dégage une impression à la fois de dynamisme et de sérénité.





Humeurs végétales.

Avec les natures mortes, Barbara Schroeder s’offre un champ d’expérimentation nouveau. Dotée d’un sens aigu de l’observation, elle se plait toutefois à extraire la quintessence des fruits et légumes pour, au travers des formes quasi abstraites qu’elle donne à voir, suggérer une interprétation plus spirituelle. Cependant, bien loin des représentations traditionnelles où s’expriment une certaine fascination morbide et une réflexion sur le caractère éphémère de la vie, ces natures mortes sont « bien vivantes ». Pour ainsi dire portraiturées, occupant majestueusement le devant de l’espace peint, elles se détachent sur un fond abstrait, offrant une perspective originale, désormais libérées de l’insignifiance de leur fonction ordinaire et sublimées par des coloris lumineux. Les séries consacrées aux natures mortes surprennent par la variété du traitement artistique qui les distingue et l’intérêt inattendu qu’elles suscitent en se montrant sous un angle inédit.





Informations pratiques :


Vernissage le vendredi 10 octobre 2008 à 18h30


Villa Beatrix Enea
2 rue Albert-le-Barillier, Anglet
Tél. 05 59 58 35 60

Entrée libre

ouvert du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h.


voir aussi :  http://www.anglet.fr/ , la vitrine de Barbara Schroeder sur Art Point France

 

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Ouest : expositions
commenter cet article
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 14:09

La comédie urbaine


du 17 septembre 2008 au 5 janvier 2009


Centre Pompidou  - Paris (4)


&


Performance

le jeudi 25 septembre à 19h

à l'angle de la rue Oberkampf et de la rue Saint-Maur - Paris (11)
(affichage jusqu'au 10 octobre 2008)




Jacques Villeglé


Un véritable capharnaüm !
Un art ouvert sur la ville et diabolique, destiné à être la pharmacie  de nos douleurs citadines. Jacques Villeglé, depuis bientôt soixante ans exaspère ainsi nos  échafaudages mentaux en suspendant au-dessus de nos têtes, collages,  rythmes colorés, bouts d'affiches, lettres, figures, crises  océaniques, abîmes féminins et terribles repentirs. Personne ne sait mieux que lui laisser transparaître la rhétorique de  nos emportements, le détail de nos vitupérations, l'éventement de nos  approbations. Mannequins des années 60, " Rue Desprez et Vercingétorix, La Femme,  1966 " ou chanteur sur la pente de l'infâmie " N.T.M., Boulevard  Godard, Bordeaux, 8 juillet 1998 ", Lettrisme, Nouveau Réalisme,  Situationnisme... Pourquoi coller des étiquettes ? Dire plutôt que derrière la crasse et la misère, la Science du Beau n'a pas l'air triste ici. Et c'est un bonheur de voir encore un tel  apothicaire figurer le jour, la société, les demandes diverses. Dépêchons-nous d'en profiter promptement! Villeglé nous récompense de  cadeaux cachés à fleur de terre.
PG


+ + +


Une performance exemplaire.
Au milieu des grapheurs et des riverains, Jacques Villeglé (82 ans) va rendre à la rue une oeuvre originale qui en est issue. Elle prendra forme en direct sur le panneau publicitaire (3 x 8 m) de l'association le  MUR  (Modulable, Urbain, Réactif) et sera exposée 15 jours avant d'être recouverte par une autre oeuvre. C'est le principe auquel se sont déjà soumis, l'Atlas, Obey the Giant, Zevs, Miss Tic... Rendez-vous donc avec Villeglé  "flâneur" de l'espace urbain à partir de 19h le 25 septembre.



Expositions : "Jacques Villeglé, La Comédie Urbaine", du 17 septembre  2008 au 15 janvier 2009, Centre Pompidou, Paris. Une centaine  d'oeuvres des années 40 jusqu'aux récentes juxtapositions rythmiques  issues d'affiches de concerts. Et Jacques Villeglé s'affiche au Mur le jeudi 15 septembre à 19h à l'angle de la rue Oberkampf et de la rue Saint-Maur dans le 11e à Paris.


Bibliographie :

Jacques Villeglé Un homme sans métier
Ed. Jannink 1995
Texte inédit illustré par une affiche originale lacérée.
voir l'ouvrage (achetez avec Art Point France)


Informations pratiques :

Centre Pompidou
75004 Paris

ouvert de 11h00  à  21h00

&

Le MUR
06 14 32 98 81
bobjeudy@gmail.com

voir aussi : le site du Centre Pompidou et Le Mur sur myspace



Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article