Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 09:33

 

editomars01-10.jpg

 

 

Lorsque la peinture tient à un fil.

Michael Raedecker brode. Pourtant ses tableaux sont sans ambiguïté aucune, des oeuvres peintes. Non pas parce que la peinture dans des camaïeux de gris sourd procure un fond aux dessins que les fils brodés esquissent. Mais plutôt parce que l'artiste se souvenant qu'une toile est d'abord un ensemble de fils tissés serrés, use de ceux-ci comme de traits dont la qualité tactile dialogue avec le support.

Ghada Amer est une femme peintre qui coud aussi. Elle peint des images extraites de magazines pornographiques dont elle complique la lecture en brodant sur la toile. Les fils en grand nombre cachent et brouillent les dessins de femmes. La toison des fils sert ici davantage à voiler les fantasmes féminins mis en scène par l'artiste qu'à les révéler. C'est un jeu visuel artistique qu'elle propose. Il consiste pour l'oeil innocent à démêler les formes.

Depuis les années 80, les femmes ont pris la liberté de tout faire : photo, vidéo, performance, installation, peinture, sculpture... et les hommes s'octroient le plaisir de coudre. Michael Raedecker et Ghada Amer sont nés tous deux en 1963, le premier en Hollande, la seconde en Égypte. L'un emploie le fil pour révéler, il brode. L'autre l'utilise pour dissimuler, elle montre les coutures, présente l'envers de l'ouvrage. Dans les deux cas et de manière singulière et troublante, leurs oeuvres appartiennent d'abord au domaine de la peinture.

Catherine Plassart

 

 

(1) Ghada Amer, (2) Hessie, (3) Michael Raedecker

 

 

voir aussi : La Feuillée du mars 2010

 

Catherine Plassart 

Catherine Plassart - contact@artpointfrance.org

Les éditos de La Feuillée

 

 

 

Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 19:23

du 13 mars au  16 mai 2010

Musée du dessin et de l'estampe originale - Gravelines

&

du 7 mars au 19 septembre 2010

LAAC -  Dunkerque




Mark Brusse




Mark Brusse ou comment accueillir l'énigme de l'existence.

On ne sait rien des origines et des fins de la vie humaine, c'est l'énigme de l'existence. Peu importe les questions qui restent en suspens, Mark Brusse met en forme ce mystère. Dans son oeuvre, les limites du connu, de l’inconnu et de l’inconnaissable fluctuent et se confondent. Il entretient un rapport tactile, sensible, spirituel avec la dimension mythique de l'histoire de l’humanité. « Erasme post-moderne » pour Pierre Restany, il a en commun avec le penseur de la Renaissance,  l'optimisme qui autorise le jaillissement d'un peu de tout et  l'éblouissement devant le presque rien. Or "ce regard du dedans"  qui organise le monde est servi par un imaginaire foisonnant et un souffle chaud. Au résultat, des oeuvres en abondance, pleines de fols amusements, de joyeuses fantaisies, de minutie et de raffinement aussi et surtout de grâce.

Catherine Plassart






Mark Brusse




MARK BRUSSE,
HEUREUSEMENT, L’ART N’EST PAS RAISONNABLE
RÉTROSPECTIVE
LAAC, DUNKERQUE > 07 MARS – 19 SEPTEMBRE 2010
En 2006, Mark Brusse a offert au LAAC trois sculptures de la série des « Natural Wood » (1968). Ces oeuvres viennent tout naturellement rencontrer les collections du musée, des années 1950 à 1980, qu’elles questionnent et complètent. Pour valoriser ce don exceptionnel, le LAAC consacre à l’artiste une importante exposition, Mark Brusse, « Heureusement l’art n’est pas raisonnable », qui réunit plus de 80 oeuvres. En dehors de toute chronologie, cette exposition met en avant les axes fondamentaux de la démarche de l’artiste, des années 1960 à aujourd’hui. Le parcours de l’exposition s’organise ainsi en plusieurs séquences : espace et environnement ; objets et récupération ; mythologies personnelles ; collages ; La Chambre d’amour. Il investit différents espaces du musée, le forum, au rez-de-chaussée, trois salles au premier étage et le cabinet d’arts graphiques au second étage.



brusse12



MARK BRUSSE,
HEUREUSEMENT, L’ART N’EST PAS RAISONNABLE
OEUVRES IMPRIMÉES, 1954-2009

MUSÉE DU DESSIN ET DE L’ESTAMPE ORIGINALE, GRAVELINES > 13 MARS – 16 MAI 2010
Le musée de Gravelines offre pour la première fois à Mark Brusse la possibilité de montrer une large part de son oeuvre imprimé. L’exposition se présente comme une exploration de son travail à travers une sélection d’une centaine d’estampes indépendantes et de livres d’artiste de 1954 à nos jours. Cette sélection sera complétée de trois assemblages et de cinq masques en terre cuite. Au fil de la chronologie, après la présentation de quelques oeuvres de formation qui attestent de son goût précoce pour l’estampe, l’exposition rend compte de l’évolution de l’oeuvre et du style de Mark Brusse au gré de ses multiples rencontres et voyages.



brusseportr.jpg


"Sa démarche est à l’écart et la distance qu’elle s’octroie le sauve parce qu’elle le préserve. Offrande, sacrifice, conversation muette, monologue silencieux… il est ici question de présence et d’intérieur."  Philippe Piguet in catalogue Réponse en question, 1992.



photos : (1) Milagros 2006 Pastel sec sur papier recyclé 64,5 x 120 cm © Galerie Louis Carré & Cie, (2) H2O, 1978 © ADAGP, Paris 2010, (3) The Mountain-Fish, 1988 Lithographie, 76 x 54 cm Photo : Adam Rzepka © ADAGP, Paris 2010




Informations pratiques :

Musée de Gravelines
Château - Arsenal
59820 Gravelines
Tél : 03 28 51 81 00 - Fax : 03 28 51 81 01
conservation.musee@ville-gravelines.fr

ouvert : lundi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h à 17h
samedi, dimanche, jours fériés de 15h à 18h


LAAC, Lieu d'Art et Action Contemporaine
Jardin de sculptures - 59140 Dunkerque
Parking rue des Chantiers de France
T. 03 28 29 56 00
art.contemporain@ville-dunkerque.fr

Ouvert tous les jours sauf le lundi
du 07 mars au 31 mars : de 10h à 12h15 et de 14h à 17h30
du 1er avril au 19 septembre : de 10h à 12h15 et de 14h à 18h30





voir aussi : le site du Musée de Gravelines, le site du LAAC, le site de la galerie Louis Carré

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 10:59

Du 09 mars au 30 avril 2010

dans 4 lieux à Chartres (28)





Robert Lobet 


Des rêves de voyages.

En partenariat avec Le Pont des arts dans le cadre du Printemps des poètes 2010, quatre lieux différents à Chartres présentent  le travail de gravures, peintures et livres de Robert Lobet. A la bibliothèque/médiathèque  l'Apostrophe,  on trouvera plus particulièrement une présentation d'une vingtaine de gravures manuscrites sur lesquelles des auteurs français et étrangers ont écrit à la main un poème inédit. Les estampes imprimées par Robert Lobet proposent un travail artistique original où sur un même support se mêlent l'art, la calligraphie et la poèsie. Cette exposition trouve son prolongement dans deux librairies de la ville,  l'Esperluette et "Les petits papiers" ainsi qu'à la galerie Naudange.

Avec Robert Lobet, des rêves de voyage se posent sur les mots. Gravures et dessins accompagnent les poètes dans une secrète complicité pour offrir des ouvrages rares au plus large public. Venus d’horizons parfois bien différents les textes trouvent à l’abri des pages le lieu du passage de l’intime aux grondements du monde.


Al Masri et R. Lobet

Les lances du rêve
Texte de Maram Al Masry, ill. de Robert Lobet

Sur papier Rives Tradition 250g, format 16 x 15 cm en impression sérigraphique, illustré de deux sérigraphies originales (dont une en double page).
62 exemplaires numérotés et signés par les auteurs.
Editions La Margeride 2009
Prix : 20 € voir l'ouvrage



Someck et R. Lobet

La vengeance de l’enfant bègue
Texte de  Ronny Someck, ill. de Robert Lobet

Sur papier Edit ME 300g,
format 19 x 18,5 cm en impression sérigraphique, illustré d’une gravure originale en taille douce.
65 exemplaires numérotés et signés par les auteurs.
Editions La Margeride 2009
Prix : 20 € voir l'ouvrage




Informations pratiques :

Inauguration le mardi 9 mars à 18h à la médiathèque

Médiathèque l'Apostrophe 1 bd. Maurice Viollette 28000Chartres Tél :02 37 23 42 00
Librairie L'Esperluette 10 rue Noël Ballay 28000 Chartres Tél : 02 37 21 17 17
Librairie Les Petits Papiers  23 rue de la Clouterie 28000 Chartres. Tél : 02 37 36 33 40
Galerie Naudange Hervas Ghislain 5 5 rue saint Michel 28000 Chartres.  Tél : 02.37.32.26.50


voir aussi : le catalogue des livres d'artiste  de Robert Lobet  aux éditions La Margeridedans dans la librairie d'Art Point France


Repost 0
Published by Art Point France - dans Liber amoris
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 08:30

Du 20 mars au 31 décembre 2010


Musée du Hiéron, Paray-Le-Monial (71)

 




Jean-Jacques Dournon



Etats d’âmes

Le musée du Hiéron à Paray le Monial, l’un des plus anciens musées d’art sacré français, ouvre ses portes du 20 mars au 31 décembre prochains à Jean-Jacques Dournon. L’artiste a établi depuis trente ans un dialogue avec la nature. D’un fusain vif et incisif, il explore le paysage, son mystère, ses douleurs, son essence.


Du détail aride d’une falaise, il en exprime la faille profonde émouvante, humaine. De la langueur des marées, il garde la transparence fragile, une couleur synthétique et incertaine. D’une trinité de fruits périssables, il cherche l’éternité...


Avec lui, la notion de « nature morte » perd son sens : l’artiste célèbre la vie des falaises, des marées, des chemins… Chaque toile, chaque dessin, chaque moment de peinture est un centimètre de vie gagné sur les kilomètres de la mort ». Ce sont autant de vibrations visuelles et sonores, délicates et puissantes, grisantes et colorées qui restituent avec relief et sincérité sa conversation ininterrompue avec la matière et le vivant. Proche et complice du poète Guillevic, il parvient, en troquant les mots contre le trait, à rendre la portée universelle de ce langage de la nature, capté dans sa force intérieure, épuré jusqu’à l’essence.


Dans tout son oeuvre peint et dessiné, Dournon s’attèle autant au mystère qu’à la révélation. C’est peut-être pour cela que le musée de Paray-Le-Monial, présente aujourd’hui une quarantaine de ses oeuvres.





Jean-Jacques Dournon
Les fruits de la passion acrylique et fusain 75 x 105 cm

Jean-Jacques Dournon




L'arbre et le chemin acrylique et fusain 68,8 x 121 cm
Jean-Jacques Dournon



La falaise acrylique et fusain 56 x 76 cm



photo (1) Marée montante jaune acrylique et fusain 5 x 35 cm




Informations pratiques :

Musée du Hiéron
13 rue de la Paix
71600, Paray le Monial
Bourgogne du Sud.
+ 33 (0)3 85 81 79 72

voir aussi : http://www.dournon-art.com/ et  http://www.musee-hieron.fr/




Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 09:19

du 4 février  au 9 mai 2010


Palais des Beaux-Arts de Bruxelles - Belgique





El Greco



Le regard ardent (et riche de profondeur) du Greco.

 
Le Greco est au fondement d'une école (l'Ecole espagnole). On en a fait l'homme d'une époque et d'un lieu et non le constructeur d'un avenir. Et cependant c'était un point de vue partiel et faux. Pour ce qui est de l'homme Domenikos Theotokopoulos, né en Crète dans l'actuelle cité d'Héraclion en 1541, alors protectorat vénitien, il est l'individu d'une histoire et d'un voyage, de Venise à Rome où il découvre le Tintoret et le Titien avant de s'installer à Tolède. Mais le peintre transcende ce passé et développe une pensée en acte aussi "folle" que celle d'un Garouste aujourd"hui. Quiconque voudrait dépasser "El Greco" dans le monde toujours contemporain de l'art devrait sauter au-dessus du ciel.


C'est pourquoi Le Grec parle encore au XXème siècle et à l'aube du XXIème...
Redécouvert récemment à Mexico par 250000 visiteurs (Palais de Beaux-Arts) puis à Bruxelles actuellement, il apparait plus nécessaire que jamais à ceux qui veulent connaître la réalité la plus haute de la couleur jointe à la forme la plus vive  pour s'abandonner à la vie de l'esprit.

PG


Exposition " El Greco Domenikos Theotokopoulos, 1900". 4O oeuvres du maître, du 4 février au 9 mai 2010, Palais des Beaux-Arts à Bruxelles



photo : El Greco, San Juan Evangelista © Toledo, Museo del Greco


Informations pratiques :

Palais des Beaux-Arts
Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles


voir aussi : le site du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

Pierre Givodan                                     -

Chroniques intempestives

Repost 0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 17:18

du 12 mars au  30 avril 2010


Galerie Martel - Paris 10e



Roland Topor



Topor. Un esprit essentiel.

Topor est un esprit essentiel. Il distille tous ses talents, qui mènent son génie bien au-delà du dessin.
Parce qu’il a des origines juives polonaises, parce qu’il est issu d’une famille de « progromés », l’humour a été pour lui un exutoire crématoire, marquant son temps et ses époques au rythme de ses hantises.
Si l’horreur est absurde, elle est donc risible. Il en fait son condiment, sulfureux.
Je me rappelle fortement la découverte des premiers dessins publiés dans la revue Bizarre éditée par Pauvert. On y sentait la douleur infligée par la plume au papier. D’une plume grinçante, alimentée dans un encrier où il broyait son noir, de suie et de cendres.
Comme chez Kafka, le créatif est issu d’un désespoir qui constate plus qu’il ne conteste.
Son film La Planète sauvage reste pour moi le meilleur dessin animé à ce jour. Allez y faire un détour pour vous écarteler de rire, de ce rire strident, « tympant » de Topor dont les éclats déchirés mutilent et estropient.
Topor est inoubliable et il doit le rester, ne serait-ce qu’à titre de témoin d’un monde où l’horreur est gratuite (...).

Tomi Ungerer


La Galerie Martel propose du 12 mars au 30 avril 2010 une importante exposition rétrospective des dessins, collages, peintures et linogravures de Roland Topor.



Roland Topor

Informations pratiques :

vernissage le 11 mars à partir de 18h30

Galerie Martel
17, rue Martel
75010 Paris
01 42 46 35 09 / 06 10 19 30 02
contact@galeriemartel.fr

ouvert de 14h30-19h du mardi au samedi



voir aussi :
www.galeriemartel.com, la biobliographie de Roland Topor dans Art Point France




Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 16:36

Inner Monsoon

du 20 mars au 22 mai 2010

Galerie Jaeger Bucher



Rui Moreira




Rui Moreira. Patience et minutie.

L'exposition de la galerie Jaeger Bucher présente pour la première fois en France le travail de l'artiste portugais Rui Moreira. Elle regroupe vingt dessins en trois groupes figuratifs et abstraits Ces dessins évoquent tour à tour des divinités, des paysages ou encore des constructions géométriques. Chaque oeuvre est réalisée avec une extrême patience et minutie tel un exercice mnémotechnique  reposant sur une action rituelle autour du trait répétée inlassablement.


Salman Ruschdie expliquait dans Patries imaginaires que s'il possédait un très riche gisement de souvenirs, il n'était pas doué pour se souvenir totalement et c'était précisément la nature partielle de ces souvenirs, leur fragmentation , qui les rendait pour lui si évocateurs.  "La fragmentation faisait que les choses insignifiantes devenaient des symboles et les choses terrestres se trouvaient pourvues de qualités surnaturelles."Les dessins de Rui Moreira sont issus d'une série de voyages de l'artiste, au Maroc tout d'abord puis en Inde, et résultent aussi de voyages intérieurs bourrés de vestiges. Chaque image est issue de multiples influences dont elle ne cherche aucune synthèse spécifique mis à part la superposition de flux variés.   Nul doute que Moreira pourrait soutenir avec Ruschdie que "le passé est un pays d'où nous avons tous émigrés, que sa perte fait partie de notre humanité".



A côté des vingt dessins , la galerie présentera un film intitulé Conquer the Concaveréalisé autour de la coupole monumentale que l'artiste a peint au sein d'une église d'Algarve au Portugal.

C.P.


coreira01.jpg




 coreira02.jpg




photos : (1) When the Second Sun Will Come V, 2009 Gouache sur papier 120 x 320 cm, (2) I am a Lost Giant in a Burnt Forest, 2010 Gouache et stylo sur papier 240 x 320 cm, (3) The Machine of Entangling Landscapes I, 2008 Gouache sur papier 120 x 160 cm




Informations pratiques :

Galerie Jaeger Bucher
5 & 7 rue de Saintonge
75003 Paris France
+33 (0) 1 42 72 60 42
contact@galeriejaegerbucher.com

ouvert : Mardi - Samedi 11H - 19H


voir aussi : le site de la galerie Jaeger Bucher

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 11:49

D'une nature l'autre.

du   31 mars  au 30 avril 2010

La Fontaine Obscure - Aix-en-Provence (13)




Françoise Laury



"L'invivable"

Au hasard d'une lecture, Françoise Laury rencontre une petite phrase de l'écrivain Philippe Sollers qui confiant sa démarche, dit  "je commence en constatant l'invivable".

"L'invivable" lui évoque immédiatement un lieu. C'est un territoire habité et partagé par une industrie très polluante. Fos-sur-mer et ses champs de raffineries. Un site dont la nature dégradée ébranle la notion de paysage.

" Je décide d'en définir les limites, de le fréquenter assidûment, de l'arpenter, de le photographier en posant la bonne distance. L'air est irrespirable, l'odeur nauséabonde, la terre est épuisée. Partout des panneaux mettent en garde sur la dangerosité du lieu. Tout incite à partir."

Françoise Laury demeurera suffisamment longtemps sur place pour produire une suite de photographies qui rendent compte de la transformation du paysage. Pourtant son interrogation est moins écologique que sociétale. Elle se questionne et nous questionne : comment peut-on accepter de vivre dans cet environnement sali, dénaturé et malsain ? 

Les photographies de Françoise Laury sont à voir à la galerie La Fontaine Obscure du   31 Mars   au 30 Avril à Aix-en-Provence.

C.P.




 Françoise Laury

Françoise Laury






Informations pratiques :

Vernissage le 31 Mars  à 18h30

Galerie La Fontaine Obscure :
Impasse Grassi (50 m à gauche)
13100 Aix en Provence
Tél 04 42 27 82 41
fontaine.obscure@laposte.net

ouvert du Mardi au Vendredi de 15h à 19h et le Samedi de 10 h à 12 h

voir aussi : le site de La Fontaine Obscure

Repost 0
Published by Art Point France - dans Photographie
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 17:59

Les nouilles alsaciennes
Peintures récentes


du 25 mars  au 10 avril 2010


 Galerie Noëlle Aleyne - Paris 3e




Serge Goulet

« Je peins donc je suis… » S.G.


L’homme qui rit

« Ce qui jaillit, c’est une peinture qui rit, qui éclate d’un rire inextinguible sur le monde, sur la condition humaine, sur elle-même. Un rire silencieux, c’est sa condition, mais terriblement violent et virulent. Un rire qui, pour se manifester, utilise d’abord les éclats et les stridences de la couleur: d’invraisemblables verts agressent l’oeil qui commençait à s’habituer à une harmonie de gris- mauves ; des rouges carminés hurlent dans l’immensité de la toile; de grands jaunes s’étalent insolemment sur des pages qui ne leur étaient peut-être pas initialement réservés. A côté de ces expansions rabelaisiennes, des manifestations plus discrètes, tache de sang sur une matité blanchâtre, rayon de bleu ingénu frayant son sourire dans des étendues sombres.


Et ce qui explicite ces éclatements intempestifs de la couleur chez Serge Goulet, c’est un autre aspect du rire: le rire de l’homme autour de l’homme, sur l’homme. Les corps apparaissent dans ses toiles, mais dérisoires, déformés, caricaturés, risibles: nous sommes loin des Apollon et des Vénus des néo-classicismes et du body building étalant leurs panoplies de muscles et leurs élans sportifs, leurs calibrages garantis conformes aux normes du bon goût. Ce qui s’étale ici, sous d’ironiques étiquettes mythiqueromantiques, c’est la vérité de la chair et de l’esprit, dans leurs intoxications follement complexes: chair torturée, contournée, déchirée par le désir, la peur, les complications des pulsions; chair qui veut se montrer à l’autre, l’autre du tableau, du couple, l’autre qui regarde le tableau, le spectateur, l’autre qui se regarde dans les tableaux qu’il crée, l’artiste peignant, se peignant et peignant ainsi l’être humain, nous; chair qui voudrait plaire, qui rêve de sexualité grandiose et qui exhibe des nudités touchantes d’enfants tristes ».

P.B.

Pour célébrer ses dix ans, la Galerie Noëlle Aleyne présente une sélection d’oeuvres récentes du peintre Serge Goulet, petit maître et  magicien de la couleur, né en 1926  à Charenton-le-pont (Val-de-Marne). Ami et contemporain de Paul Rebeyrolle, il vit et travaille actuellement en Région parisienne et dans le Morvan.



Serge Goulet


Serge Goulet
Informations pratiques :

Vernissage en présence de l’artiste jeudi 25 mars de 18h à 21h

Galerie Noëlle Aleyne
18 rue Charlot
75003 PARIS 
Tel : 01 42 71 89 49

ouvert : Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi de 12h30 à 19h

M°: St Sébastien Froissart, Arts et métiers


voir aussi : le site de la galerie Noëlle Aleyne, le site de Serge Goulet


Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 07:22

Les éveillés


du 6 Mai au 26 Juin 2010


Fabrik 89 - Marseille 7e



Michel Kirch






Le réalisme magique de Michel Kirch.


"J'ai toujours cru a la possibilité d'un mystere sous-jacent qui rendrait dérisoires, ou du moins relatives, les pesanteurs du quotidien. De fuite au début, ce processus s'est transformé en quête. Il ne s'agissait plus de s'éloigner, mais au contraire de se rapprocher... Cet affut est ma respiration." M. Kirch



La réalité à peine reconnaissable dans les phographies de Michel Kirch tient à quelques éléments de paysages que des noirs saturés et des blancs éblouissants dématérialisent. Des géométries muettes organisent des lieux devenus étranges. Dans ces géographies de l'oubli, on perçoit comme au jusant les ondes infimes de la fureur et de la violence du monde. L'homme minuscule et solitaire y cherche le calme et la paix tout en guettant un signe venu d'un ailleurs possible que légitimerait le besoin qu'il a de se sauver. L'instant s'inscrit délibérément dans la durée. Dans les Eveillés de Michel Kirch, l'attente et l'espoir s'installent dans des fictions au réalisme magique.

Catherine Plassart





Michel Kirch




Michel Kirch




Michel Kirch






Michel Kirch


Informations pratiques :

Fabrik 89
Rue Sainte Catherine
13007 Marseille

Repost 0
Published by Art Point France - dans Photographie
commenter cet article