Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 10:50

La Feuillée



Edito : L'actualité, ce week-end est parisienne.

D'abord il y a la FIAC dont la 34ème édition se tient au Grand Palais et dans la Cour Carrée du Louvre. Autour de la grande foire parisienne, on trouve plusieurs satellites. Show Off récidive, s'agrandit, double ses surfaces à l'Espace Pierre Cardin. Une quarantaine de galeries sont attendues. Les Elysées de l'art le dernier né parmi les salons professionnels réunit à lui seul 80 galeries dans les chapiteaux du Petit Palais à la Concorde, avenue des Champs Elysées.

Pour ceux qui préfèrent les petites rues aux grands boulevards, les artistes de Ménilmontant ouvrent leurs ateliers durant quatre jours de 14h à 20h.

Mais les invitations sont également nombreuses à se transporter ailleurs, dans le monde...

Catherine Plassart


photos : Franta, Max Ernst, Tanguy


- FIAC - Paris - du 18 au 22 oct. 2007
- Elysées de l'art -Paris - du 18 au 22 oct. 2007
- Show Off - Paris - du 17 au 22 oct. 2007
- Portes-ouvertes des ateliers de Ménilmontant les 19, 20,21,22 oct 2007


voir aussi : La Feuillée du 18/10/07

 

Catherine Plassart - contact@artpointfrance.org

Les éditos de La Feuillée

 



Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 07:50
pistoletto.jpgTrublion


"L'artiste choisit son objet autant qu'il est choisi par lui." Cette citation extraite du Discours de Suède (1957) d'Albert Camus est à elle seule une clé pour comprendre le travail de Michelangelo Pistoletto.

En effet l'homme ne choisit ni son temps ni son lieu ni son histoire. L'homme fait avec. Mais il peut aussi faire comme si. C'est à dire choisir ses références, ses préférences, ses valeurs etc. Cela isole, cela complique, cela perturbe, cela gêne parfois.

Mais a-t-il vraiment le choix ? Tel est à notre avis l'enjeu du débat.

Il semble que, à partir de l'instant où l'artiste assume ses responsabilités de créateur, il est obligé de s'engager dans la voie d'élire et de négliger. Pour nous Pistoletto montre les ravages du temps, mais aussi ceux de l'illusion. Il nous fait toucher du doigt le mystère du beau qui dépasse les clivages politiques et sociaux, à la façon d'un Marx qui serait fasciné par la pérennité de l'esthétique gréco-latine dans l'histoire du goût occidental. Mais il y a plus.


Comme sans doute une mélancolie, un désabusement qui attestent le choix d'avoir pris le parti de constater comme un décès : celui d'une certaine fonction de l'art, et de tenir à occuper la place du trublion.

En somme  cet artiste joue sur plusieurs plans : celui du fossoyeur de l'Art ancien et celui de l'annonciateur de la mort de l'art ou de sa  métamorphose infinie. Devenir  et renaissances qui prennent peut-être ici le dessus sur la question de la destination et du destinataire de toute création.


PG contact@pierregivodan.com


Exposition  Michelangelo Pistoletto, MAMAC de Nice, du 30 juin au 04 novembre 2007.

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 06:57
menilmontant.jpgContre la grisaille.

 

On croit volontiers à la légende de la mort de la peinture. Et l'on regrette infiniment ce décès. En réalité‚ nous sommes tous veufs du beau, de la vie et des idées. Ce qui est certain c'est que Maryam Shams sait ce qui est important "avant la lettre". Tous les mouvements finissent par être dépassés par l'Histoire, mais jamais une peinture soutenue par la conscience ne nous fera sourire.


Il n'y a ainsi dans ce travail aucun particularisme ou nationalisme, rien d'officiel non plus. Mais le jeu d'une individualité qui se livre entière dans sa création. Dynamisme, cohérence, passion, sont au rendez-vous. L'exposition des oeuvres de Maryam Shams est à voir dans le cadre des Portes ouvertes des ateliers de Ménilmontant, du 19 au 22 octobre 2007 à Paris.

P.G.



Pierre Givodan                         - contact@pierregivodan.com

Chroniques intempestives

Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 06:54
malewicz1.jpgLa Somme picturale

Laissons de côté la souffrance, l'anxiété et les drames. Que reste-t-il de Malévitch ?
Une peinture sans passion, avec ce qu'il faut  de détermination et de sous-entendus. Une richesse insolite dans la démarche qui nous permet de penser l'aliénation d'une époque, sans phantasme. Quel était le rapport de Malévitch à Dieu ou à l'Histoire ? Evidemment le problème est crucial, mais ce qui nous frappe c'est le droit d'un peintre à affirmer sa persistance par un travail acharné dont la radicalité vaut toutes les prises de paroles.


La manifestation de sa volonté est fidèlement retracée dans l'ouvrage de  André Nakov en quatre volumes sous coffret (Thalia Editions).


PG contact@pierregivodan.com

 voir aussi : le site de Thalia éditions

Repost 0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 06:52

monory.jpgLoin des bavardages

 

Un rideau de pluie ralentissait ma progression dans la neige. J'avançais prudemment jusque devant le portail du jardin, puis je sonnais et l'on vint m'ouvrir.

Monory buvait un whisky tandis qu'une musique de jazz résonnait dans l'atelier.
- C'est votre apéritif habituel ? dis-je, en souriant
- Naturellement, me répondit-il en acquiesçant du chef.
- Alors, maître ajoutai-je, votre critique sociale, relève-t-elle du combat politique ?
- Je sentis ses poils se redresser sur sa peau...
- Bizarre, mais chaque fois que j'essaye de réfléchir on me refait le coup de l'officier des services spéciaux de la bonne conscience occidentale. Il y aurait trop de gens  à éclabousser... Le seul moyen dont je dispose c'est de plonger dans l'iconographie du film noir, ou du polar. Nous vivons une époque explosive, n'est-ce pas !

L'homme n'avait rien d'un pauvre diable. Mais il donnait le sentiment de vivre comme en exil. Prisonnier d'une vieille histoire.
- La richesse des uns engendrerait-elle la pauvreté morale, ou un monde sans compassion ? ajoutai-je.
- Nous sommes tous égaux devant la mort, même les militaires ricana-t-il.

Une heure plus tard je franchissais de nouveau la grille du jardin. Cet homme avait une mission, c'était  sûr. Et je me retrouvais sur la route sinistre à évoquer un souvenir déjà froid.

PG



Exposition "La Figuration narrative, les années 60 /70 " du 13 octobre au 12 décembre 2007, Musée de l'Hospice Comtesse, Lille. Avec des oeuvres de Monory, Aillaud, Erro, Arroyo, Télémaque, etc.



Bibliographie :

Jacques Monory 3'30''
Ed. Jannink 1993
Texte inédit, sérigraphie originale signée.
voir l'ouvrage (achetez avec Art Point France)
 

voir aussi"La Figuration narrative, les années 60 /70 ", l'exposition a son site et le site de Jacques Monory

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Est : expositions
commenter cet article
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 06:59
ArtShopping.jpgGalaxie des possibles.

 

Le jeu du corps entier pour créer un espace. Une abstraction qui ne nous livre pas d'information directe. Sous couvert d'automatisme une technique d'écriture étrangère  à toute commisération. La peinture de Colette Banaigs est soutenue  par un faux-semblant d'immédiateté et un sentiment de renouveau possible. Un bilan de la condition insolite de l'Humain, sans nostalgie envahissante.

 


Exposition Colette Banaigs, salon Art Shopping, Carousel du Louvre ( Paris) ,  à voir les 27 et 28 octobre de 10 h à 19 h.

 

voir aussi : notre dossier Colette Banaigs, le site de Art Shopping

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 06:47

Tanguy, en partance pour Barcelone

 

 

                     Tanguy le sarcastique blaguait en 1954 à l’approche d’une exposition non loin de chez lui en Amérique : «… cette ridicule exposition, à peu près comme si j’exposais au musée de Quimper-Corentin. » L’exposition de Hartford entraîna l’achat bienvenu, par le Metropolitan Museum de New-York, du terrible tableau La Multiplication des Arcs, qui avait coûté tant de peine à Tanguy. Et la grande exposition qui vient de se tenir cet été 2007 à Quimper place Corentin est de nature à dérégler, heureusement pour nous, le radar à dérision, cette vraie ‘machine à Tanguy`, (et machine fatale, peut-être). Car cette exposition(1), riche et minutieux assemblage, permet à nouveau de tenter, bien après Beaubourg 1982, une vue d’ensemble quant aux caractères et à l’évolution de cette peinture, et de revenir vers ce peintre, et son personnage.


                    Retenons ce mot de  « caractères », à utiliser comme un couteau suisse. D’abord au sens de : caractéristiques, celles qui vont s’imposer si vite dans les tableaux de Tanguy, espaces singuliers où ont surgi des éléments sans identité fixe, des « tanguerons », mettons, s’il est permis d’improviser un tel vocable, qui aurait pour lui sa touche portuaire. Ces éléments jouent à leur tour comme caractères, assemblés en « mots d’une langue qu’on n’entend pas encore, mais que bientôt on va lire, on va parler[…] »(André Breton, 1939). En deux mots, une pictographie onirique : oui, mais tout en rejoignant l’intuition de Breton qui l’annonça, parmi le public de l’exposition nous avons été plusieurs à percevoir, après la période vibrante 1926/1930, un figement des signes, et de là un empêtrement du médium proposé. Vue critique énoncée dès longtemps par certains amis-témoins de Tanguy , mais concernant la période américaine, les quinze dernières années. Or cette involution n’est-elle pas sensible dès les années trente, où la peinture a dû frayer son chemin dans une vie matérielle et spirituelle si dure à vivre pour Tanguy ?


ytanguy1.jpgMais d’abord, quelle émotion d’avoir pu voir, revoir une peinture, une matrice d’apparitions sortant, toutes vives, de la décharge électrique, devenue légendaire, donnée à Tanguy par la vue inopinée du Cerveau de l’enfant de Chirico. Comme il va vite, en 25-26, passant du Testament de Jacques Prévert avec sa bordée de personnages et d’objets au dynamisme en obliques, (où –comme l’a vu Y. Clerget- Bosch pointe sous le traitement à la Grosz), au Fantômas, entêtante frise où figures et objets apparaissent selon une saisissante diversité de modes : contours, silhouettes, pointillés, grattages, filigranes, distribués en espacements et plans aléatoires mais très sûrs. Il affirme et condense encore davantage ces contrastes d’apparition dans L’anneau d’invisibilité, tableau vertical avec silhouettages et fictions de plans, à nouveau, mais situés cette fois au regard du premier « tangueron » à faire son entrée (suspendu devant une scène de haut ciel sur basses ondes) : une manière d’osselet surdimensionné, un paquet aérolithique qui serait aussi le chef décollé d’un fantôme hagard ; tout cela selon des tons pâles, répartis tout aussi sûrement que les tonalités sombres ou éclatantes des tableaux précédents. La zone intriguante est née, et elle persiste, issue sans apprêts du cerveau de l’enfant, probablement, et convoquée d’une main d’emblée sûre sans apprentissage d’école.


L’enthousiasme appliqué du peintre-prospecteur (« et je travaille tous les jours », lettre à Breton, 1927), notre regard ne va guère cesser de s’en émerveiller au fil du parcours des œuvres jusqu’en 1930, et un certain tableau non-titré, où plusieurs « tanguerons » de consistances diverses sont suspendus au devant d’un grand pan vert de sulfure, sur lequel les éléments suspendus, projetant leurs ombres indiscrètes, d’un noir de goudron, révèlent une perspective ondulante, nous égarant dans une alternative indécidable entre surface solide et surface liquide (ici encore, observation d’Yves Clerget).
Contraste incessant entre la netteté des formes proposées au regard, et, chez l’observateur, les hypothèses tâtonnantes, vouées au va-et-vient entre : « alors, c’est ceci… » et : « ce serait plutôt cela… », auxquelles ne peut manquer de conduire une observation des événements fixés par ces tableaux. Non pas des hypothèses d’identification, façon  « ceci est sans doute un os »…et voici vos questions devenues des crêpes; mais des hypothèses de conception, voire de conceptualisation, comme d’un chimiste constatant la présence d’une molécule inédite, essayant de repérer ses effets et ébauchant une terminologie. Mais ce qui est beau, c’est que dans  cette période tout ce que l’on voit donne l’impression d’avoir surgi là, et d’avoir surgi sans bruit ; de sorte qu’éléments inédits et espaces subtils créent dans l’instant de la découverte leur propre antécédence : ah, ils étaient donc déjà là, seulement on regardait ailleurs, ou on ne regardait pas bien. Cette discrétion dans la manifestation fait naître une évidence en amont, un « déjà là », qui est pourtant l’inverse du « déjà vu », puisque ce « déjà là » se joint à un « jamais vu encore ». Donner à voir sans frime, « intégrité » de Tanguy, Breton dixit. Jour de Lenteur, titre d’un tableau de cette époque, lenteur, légèreté, silence ou bas bruit. Tandis que Dali, qui sait déjà piocher chez Tanguy, va bientôt savoir aussi tonitruer, et vendre, lui.(²)


ytanguy2.jpgMais qu’est-il arrivé à Tanguy vers 1930-31, pourquoi l’étoile de la surprise a-t-elle subi l’occultation amère ? A quelques-uns, nous n’avons pu que sentir un froid, aussitôt franchie la porte de la salle qui montrait quelques travaux rangés dans la période dite des « coulées ». Ainsi, sur petit format La Tour de l’Ouest , un peu plus grands Le Col de l’Hirondelle et Globe de Glaces arrêtent-ils le regard sur des formes et des fonds qui auraient comme subi l’injonction de se poser là et de ne plus bouger, et voilà stoppés les élans d’interrogation qui parcouraient l’observateur. Cette peinture avait libéré des sites sans précédents ; et la voilà qui semble maintenant tenir en laisse des  éléments et espaces hyper-définis, lesquels adviendront de plus en plus comme variantes des précédents, au lieu de survenir. Le bras durci s’est mis à entraîner, à enchaîner des images ; or on pourrait ici se souvenir de Rimbaud : « je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image. » A Barcelone sera exposé le Palais Promontoire, de 1930 –absent de l’exposition de Quimper-, mais alors que Rimbaud avait tenu ouvertes « les fenêtres et les terrasses […] qui permettent aux heures du jour[…] de décorer[…] les façades du Palais-Promontoire » (Promontoire, in Illuminations), Tanguy n’a pu soustraire ce tableau au gel qui paraît l’avoir cerné. 


A la différence d’André Breton, qui, ayant inséré la figure de Tanguy dans sa constellation, semble, dans sa poésie, avoir voulu lui conférer quelque immunité par un montjoie d’images (cf. le poème La Maison d’Yves Tanguy, ingénieusement donné à lire par stations successives au fil de l’exposition), Eluard a fait entendre une tonalité d’un tragique croissant au cours du poème baptisé Yves Tanguy, recueilli en 1932 dans La Vie Immédiate. Par analogies, par allusions, sans descriptions, on dirait qu’Eluard préfigure le destin et de la peinture et du peintre. Les deux derniers vers sont fascinants : Nous avions décidé que rien ne se définirait / Que selon le doigt posé par hasard sur les commandes d’un appareil brisé. Car si l’affinité avec le hasard se défait, restera le rôle d’un ordonnateur de désastre. Ce lâchez-tout minutieux, Tanguy avait pu l’opérer en captant sur les toiles, les premières grandes années, le chant ténu des éléments mutants. Mais quant à la suite, à ces tableaux ouvrés asphyxiants, à cet insolite usiné,  un couplet vient à l’esprit , certes vain : Il n’aurait pas fallu que Dali le pille et soit tant fêté, il aurait fallu que s’élargisse le cercle des acheteurs de Tanguy et des affectueux. Faute de quoi, il a durci la mise, et la surprise n’est plus venue. Je ne prends rien dans ces filets […]/ Du bout du monde au crépuscule d’aujourd’hui / Rien ne résiste à mes images désolées  avait encore écrit Eluard dans le même poème, et c’est comme si ces vers avaient  envoûté la peinture de Tanguy, au lieu de lui servir d’exorcisme, ce qui après tout aurait pu être.


Il est possible qu’à notre tour nous ayons durci cette opposition entre les deux phases. L’exposition n’a bien entendu montré qu’une partie des tableaux du Tanguy des années trente. Or Tanguy a  peint régulièrement, au long-qui fut bien court- des trente années de sa vie de peintre. Sur plus de 450 entrées au catalogue raisonné de 1963, qui n’est pas encore complet, il y a sûrement plus de 200 œuvres picturales.(3) Si l’on voyait exposé l’ensemble des tableaux des années 30, apparaitrait peut-être, non pas le seul figement, mais un combat pour le faire reculer, pour faire place à ce qui surgit, bataille entre les différents tableaux, et à l’intérieur même de certains d’entre eux. On a pu le pressentir à Quimper, quoique l’impression générale ait été celle que nous avons dite.


ytanguy3.jpg        Sur la période américaine (1939-1955), les quinze années qui allaient être finales, nous voudrions seulement soumettre une opinion, en souhaitant la confronter à d’autres vues. Là l’évolution est manifeste, il ne s’agit pas d’une involution, mais d’un stade apocalyptique : des espaces le plus souvent saturés de grands conglomérats, sur des fonds post-Bombe A. Une inextinguible passion d’ordonnancement paraît s’appliquer maintenant à l’encombrement et aux débris recyclés d’une casse universelle. Quelque soixante ans après, nous savons trop de quoi il s’agit, nous avons les pieds dessus, ou dessous. Et l’on voudrait être saisi par la vision du peintre fixant le cauchemar révélateur : Et ego, et tu in infernis. Or là encore,  on ressent une asphyxie : l’oeil frappé mais d’emblée désolé ne peut empêcher l’esprit de se détourner de ces terribles dénombrements, à cause d’une sorte de satiété immédiate. D’où une question : Tanguy à l’épreuve a-t-il vraiment tenté des exorcismes, comme a pu le faire un Michaux (que Tanguy a rencontré, semble-t-il) ?Lles images produites par sa main n’ont-elles pas piégé, et même enlisé sa mélancolie : au lieu de faire survenir autre chose qu’elle-même, la Mélancolie se plantant là, se perpétuant ? Derrière la grille de ses yeux bleus, comme a dit Breton.


Qui aura été Tanguy ? Peut-être est-ce Jacques Hérold qui en a le mieux parlé : …pas d’attaches, pas de trajectoire, tout était une dérision…Il aurait voulu flotter, habiter la mer.. Hérold encore : « Un Breton anti-Breton ». On dirait plutôt : un Breton non-Breton, et en cela Breton, car cette déprise du milieu et de soi-même signale bien le Breton des profondeurs incommodes. Avec autour du cou sa médaille à deux faces : l’une, pour dévaster tout agent ou complice de bêtise, de pose, et autres courants d’air vicié. L’autre, le côté noyade, saut depuis le pont. Et dans la lutte contre les vents contraires, pour que la médaille ne se retourne pas du mauvais côté, souvent la tête trahissant le corps, ou le corps trahissant la tête.
Tanguy aura lutté, et il avait démarré d’une main en alerte, laissant émerger ces étrangetés qui ouvrent l’horizon.

Patrick Mayoux

(1) Cette exposition, avec très peu de changements, sera présentée à Barcelone, au Musée national d’art de Catalogne, du 25 octobre 2007 au 13 janvier 2008.
(2) A quoi s’ajoutent plusieurs séries de travaux : dessins, encres, gravures, aussi les « décalcomanies », et les traces de la part prise par Tanguy aux jeux initiés par les surréalistes, dont les cadavres exquis sont seulement les plus connus. Cette œuvre graphique est très bien représentée dans l’exposition, ainsi que les illustrations pour des livres de Péret, d’Eluard, de bien d’autres.
(3) Cf. sur ce point le texte précis et documenté de Lucia Garcia de Carpi, dans le catalogue de l’exposition, éd. Somogy.        
 
     Enfin, signalons que l’importance de Tanguy et le drame de sa mort ont été marqués en France en 1955, mieux que ne le laisse entendre André Cariou dans les textes, par ailleurs très documentés, qui scandent l’exposition. Non seulement Charles Estienne dans Combat, mais aussi Marcel Jean a rendu hommage dans Les Lettres Nouvelles, mars 1955, au peintre, son ami.


 photographies :
1 - Quand on me fusillera, 1927, huile sur toile, 61 x 47,5 cm (©Brest, musée des Beaux-Arts. Métropole océane/ Adagp, Paris, 2007).
2 - Le palais aux rochers de fenêtres, 1942, Musée National d'Art Moderne - Paris
3 - Multiplication des arcs, 1954 - Huile sur toile, H. 101,6 - 152,4 - New York, The Museum of Modern Art © ADAGP

 
 

La chronique du Taon des deux côtes de Patrick Mayoux

Repost 0
Published by Art Point France - dans Nord Ouest : expositions
commenter cet article
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 09:15
Ici ailleurs


du 15 septembre au 30 novembre  2007


Musée Départemental de Préhistoire de Solutré  - Solutré - Pouilly (71)
 
haas.jpg
 

Une chorégraphie urbaine 


La peinture de Michel Haas suggère parfois une chorégraphie urbaine, des ballets de la cité, les danses et les contredanses des humains, leurs farandoles. Circulent les coursiers, les cyclistes, les flâneurs, les impatients, la petite fille qui joue à la corde, le salueur qui soulève son chapeau, le lecteur du journal, le donneur de fleurs qui tend un bouquet à l’aimée, le clochard, un S.D.F. qui pousse une voiturette, le boucher qui porte un mouton, le roller, le garçon avec sa trottinette, le balayeur, l’enfant et son père, les amoureux, une femme nue, la mère avec sa poussette, les chiens, le saxophoniste qui accompagne les attitudes des citadins, leurs gestes, leurs mouvements, leurs exercices et leurs rites. Dans le présent, sans cesse, les contemporains déambulent, se déplacent, interviennent, agissent, se séduisent, se heurtent, jouent...

Gilbert Lascault

 
Infos pratiques


Musée Départemental de Préhistoire de Solutré
71960 Solutré - Pouilly

ouvert tous les jours
de 10 à 12h et de 14 à 17h

accès : Autoroute A6, sortie Mâcon Sud,
direction gare T.G.V.

Tél : 03 85 35 83 23  - 03 85 35 85 24  - museesolutre@cg71.fr

 

Voir aussi : le site des Musées de Bourgogne

Repost 0
Published by Art Point France - dans Centre : expositions
commenter cet article
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 08:02

PenckPlier la peinture en deux

 

La première idée de Penck aurait pu être celle-ci : décrire une peinture de l'enfance de l'humanité, et un paysage de l'enfance de la peinture.


La seconde, celle qu'un tel jeu était risqué et pouvait ne pas être compris.


La troisième, celle que de toute façon l'audace paye.


Alors, il a fait un bond, en paysagiste du pictogramme, et a inventé une méchante et généreuse activité : explorateur du regard. Ceci dans le but de rendre de nouveau la peinture vivante.


L'Europe a mis quelque temps à entendre sa voix.


Aujourd'hui on répond à  son regard. On commence à  voir le monde avec ses yeux.


Le croquis de la Terre culbutée.

PG contact@pierregivodan.com

 

Après la rétrospective de Francfort au Schirn Kunsthall de juin à  septembre, La galerie Werner (Cologne et New-York) montre des oeuvres des années 60 et de petits formats de l'artiste à  partir du 4 octobre 2007 aux USA. Penck sera exposé ensuite en 2008 à  Paris du 14 février au 5 mai 2008 au Centre Pompidou à Paris.

 

photographie : "Ich und Michael Werner" 1991



voir aussi
: le site de la galerie Michael Werner

Repost 0
Published by Art Point France - dans Europe : expositions
commenter cet article
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 07:57

BalthusTristesse et beauté

 

"Je ne pensais pas que vous me regarderiez". Tel pourrait être la légende commune aux tableaux de Balthus. Et en effet personne ne se fait jamais vraiment face dans ses mises en scène. Comme si les individus étaient enfermés en eux, prisonniers d'un doux  rêve ou d'un terrible cauchemar. L'univers de Balthus paraissant finalement être moins celui d'on ne sait quel désir inassouvi que la succession d'introspections inaccomplies.

Des êtres se regardent dans un miroir sans vitre ou une glace sans tain, des regards se cherchent sans se trouver. Des observateurs s'ignorent. Un monde de l'incommunication aboutie en somme.

On émettrait volontiers une hypothèse maintenant : Dans l'art de Balthus le messager annonce une nouvelle qui reste sans réponse. La Terre est devenue sourde à la parole. Loin des sphères supérieures les hommes se débattent dans la solitude à la recherche de l'obscur objet du désir et de la vérité perdue.

Les grecs avaient un mot pour désigner la bonne occasion : kairos. Celle-ci s'en est allée ici dans les nuées, car l'on a oublié quelque chose.

C'est pourquoi Balthus peint le sommeil de la conscience, comme pour rappeler un éveil désormais peut-être même impensable.

PG

Exposition "Balthus ou le Temps suspendu" à Cologne (Allemagne), au Ludwig Museum  jusqu'au 4 novembre 2007.



voir aussi
: le site du Ludwig Museum

Repost 0
Published by Art Point France - dans Europe : expositions
commenter cet article