Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 11:57

peintures

 

du 12 mai au 18 juin 2011

 

Galerie Im Zöpfli - Luzern Suisse

 

 

Sergio Alvarez Frugoni

 

 

Sergio Alvarez Frugoni. Le tragique et le merveilleux.

 

« On veut toujours que l'imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté de déformer les images fournies par la perception. » Gaston Bachelard

 

Des tropiques aux côtes de la méditerranée,  l'artiste a voyagé et fait l'expérience de lieux multiples. L'œuvre est grande et pénétrée de ce qui exsude du métissage des perceptions, du mélange et brassage des impressions liés à la connaissance sensible de territoires divers. L'ensemble des peintures de Sergio Alvarez Frugoni force cependant le constat d'une unité et d'une cohérence. Car le peintre fidèle à son vocabulaire et à sa  grammaire plastique n'a jamais douté de son médium. Déterminé voire tenace, il  affirme son projet en peinture dans la durée.

 

Sergio Alvarez-Frugoni sait l'approche sensuelle des choses désirables et possède la faculté d'émerveillement. Il envisage a contrario la profondeur noire de la tragique déchirure quand tout vole en éclat et que le sol se dérobe. Il n'ignore pas non plus l'absurdité, la bouffonnerie ou le grotesque des pires cauchemars. Il est cet homme arc-en-ciel au corps de suie, tatoué de la tâche rouge du vivant. Aveugle à la sauvagerie des sociétés humaines, il concentre  sa force animale et tout son pouvoir d'imagination dans un crâne primitif et fabuleux. Bouche entrouverte disant l'appétit et la fureur de vivre, calotte crânienne hérissée d'une dangereuse scie osseuse telle celle d'un poisson des abysses, l'homme se souvient de ses origines ancestrales, parcourt les millénaires et emprunte avec témérité et bravoure  la passerelle virtuelle qui conduit à l'espace de la création. L'arc-en-ciel qui fuse et raie son ciel de couleurs épaisses et chatoyantes est le pont de l'expérience poétique et émotionnelle qui conduit à l'"île". 

 

Depuis 1997, Sergio Alvarez Frugoni a installé son atelier à Majorque. Mais son île véritable est un espace bien particulier, unique et personnel. Un univers peuplé de formes délicates ou extravagantes  qui se montrent ou se cachent, se livrent ou se dérobent.  Un univers enfin de grands fonds au couleurs vives, lumineuses, tendues qui au delà de l'abstraction elle-même dévoile un idéal à atteindre. La jungle des figures énigmatiques, part sonore de l'œuvre ne demande bientôt qu’à se soustraire, pour laisser place entière à l'éloquent silence  de la couleur infinie, quelque part entre le connu et l'inconnu. 

 

L'espace protecteur de l'"île" rejette au loin l'indésirable. Cette région favorable est alors l'endroit que l'on habite, l'asile. Pourtant elle  demeure envers et contre tout une destination. Ses limites, bandes de sable ondulantes, cordons littoraux, baies... sont des frontières impalpables à franchir. Son principe même  annihile l'indolence et valorise le déplacement et la quête.  Le lieu invite à de nouvelles traversées artistiques. Et le peintre vogue encore et toujours vers une autre  version d'une parcelle de terre émergée, parcourant dans la joie et l'angoisse,  la distance magique entre le monde réel et ses représentations imaginaires. 

 

Ayant connu les douceurs du paradis et la gifle des tempêtes, Sergio Alvarez Frugoni suit avec délice ou horreur les traces d’une intimité fantasmée. On aime la place qu'il accorde au féminin dans ses tableaux. 

- Qui es-tu « cabra » ?  Une métaphore de la féminité, de la fécondité, de la mère nourricière ? Peut-être es-tu une chevrette gazelle qui s'élance joyeusement, emportant le caducée de l'Hermès antique, le dieu des connaissances cachées au vulgaire comme sur une fresque du IVe siècle, dans la catacombe de Calliste ? Plus encore ! Dans ton besoin d'élévation, rejoignant les poissons et les oiseaux dans un milieu magique, tu es l'ambassadrice d’une fusion inédite entre topos et cosmos. En incarnant des préoccupations fondamentales :  lutter, vivre, te battre et garder la tête haute, en réverbérant les souvenirs heureux, les rires et les bonheurs, tu es celle par qui l'harmonie advient. Tu allèges la douleur du monde. Tu es cette corde tendue entre la vie et l'art. Abreuvée de résurgences étonnantes, de sources archaïques, tu es le sujet, la muse et le peintre lui-même. Celui, qui artiste corps et âme, relève seul le défi de la beauté en  approchant la perspective du transcendant et de l'illimité. 

 

Sergio Alvarez Frugoni sait le ciel père et la terre mère. Il nous tient au centre d'un monde protégé et protecteur. Territoire bleu outremer de l'imaginaire, frêle radeau flottant sur l'encre noire des gouffres. Des camaïeux subtils de gris clair et de blancs, ponctués de signes ocre ou bistre noient l'horizon, réduisent la cruauté et amoindrissent la violence. Un éclat cubique de jaune exalté invite à lever les yeux. Parfois la porte d'un espace monochrome rouge s'ouvre, c'est un jardin.

Catherine Plassart

 

 

Sergio Alvarez Frugoni

 

 

 

Sergio Alvarez Frugoni

 

photos : (1) Morgendämmerung am Mittelmeer / Aube en Méditerrannée, (2) Figur im gras / Silhouette dans l'herbe, (3) Playa / La plage

 

 

Informations pratiques :

Vernissage le  12. Mai 2011, de  18.00 à  21.00 h

Galerie Im Zöpfli

6004 Luzern Suisse

 

ouvert du mardi au vendredi de 13.30 h à 18.30 h

le samedi de 10.00 h à 16.00h

le dimanche de 13.30 h à 20.00 h

 

voir aussi : la vitrine de Sergio Alvarez Frugoni dans Art Point France, le site personnel de l'artiste, le site de la galerie Im Zöpfli

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Europe : expositions
commenter cet article

commentaires