Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:12

 

Peindre le ciel au-dessus de soi.

 

Artificialisme, formalisme, peinture métaphysique....L'image peinte n'est jamais naturelle. Mais il arrive que l'artiste se prenne pour un scientifique. Nous vivons souvent ces moments cycliques dans lesquels les mathématiciens s'emparent de pinceaux et de crayons. Ils dessinent leur rêve de clarté et construisent des espaces mesurés pendant des décennies. Peinture sans objet, mais plutôt avec un "projet" : les bandes de Buren, les "éponges" de Viallat... Négation de l'autoportrait et réduction de la prétention ontologique de l'art.

Il n'y a pas si longtemps, un Ferdinand Alquié nous mettait cependant en garde dans tous ses textes philosophiques, contre le désir de prendre l'objet pour l'être et de songer à un art du pur donné. "L'être n'est pas l'objet" répétait-il, (La Conscience affective, La Nostalgie de l'être...)

 La poésie des sons, des couleurs, de l'espace et du temps nous donne plutôt à penser ce qui n'est pas là , le " tout autre" justement et l'artiste qu'est Van Gogh peut écrire à son frère Théo , l'année de sa mort ( on est à Saint- Rémy entre mai 1889 et mai 1890 : " J'ai essayé d'être patient ...moi ma patience est à bout... Ils disent que dans la peinture il ne faut rien chercher , ni espérer." Lettres à Théo (V.Van Gogh)

Contre toute vanité Vincent gagne une autre forme de certitude, celle de sa foi dans la transcendance que porte l'oeuvre authentique.

Pierre Givodan

 

 

 

Vincent Van Gogh

 

 

 

 

Claude Viallat

 

 

 

 

Daniel Buren

 

 

photos : Autoportrait de Van Gogh. (1887/88), Feria du riz Claude Viallat Arles 2010, "5610 flammes colorées pour un arc-en-ciel", Daniel Buren Rue Serpenoise Metz

 

 

Pierre Givodan

Chroniques intempestives

Partager cet article

Repost 0

commentaires