Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 08:43

du 03 décembre 2009 au 23 janvier 10

galerie Caroline Vachet - Lyon 1e






Martine Schildge


En résonance avec la biennale d’art contemporain de Lyon 2009, la galerie Caroline Vachet présente le travail de Martine Schildge et Renato Bezerra de Mello qui s'expriment avec des matériaux différents suscitant curiosité et étonnement.

Martine Schildge. Broyer du blanc.
" À première vue, ce ne sont pas des maisons, puisque qu’il y manque les fissures. À première vue, ce ne sont pas des hommes, puisqu’il y manque des blessures. Pas d’anecdotes, pas d’histoire" : on y va tous, ça ne saurait manquer (ni tarder), vers ce monde de silence et de vacuité, atone et suspendu. C’est toute notre affaire, voilà ce que nous disent ces pièces diaphanes et ouatées, tout le tragique de notre condition" : nous voilà adossés à du vide, perdus dans des labyrinthes transparents, aux parois menaçantes. À fréquenter ces installation, on finit par comprendre, que pour nous ce sera très bientôt la fumée, le gaz, l’aube blanche aux formes vagues, la vierge la mort. Et le silence, ça c’est sûr, un silence d’organes, troués d’orifice qui nous regardent sans nous voir. Nous étions depuis longtemps installés à broyer du noir (cauchemards, monstre, nuit de la raison etc). Mais voilà qu’observés par rien, écrasés de légèreté, sans personne à qui parler, il va nous falloir apprendre à broyer du blanc. C’est pas gagné.

PS : "Mais on peut toujours s’en sortir en broyant ? "

Claude Meunier

 Martine Schildge








Martine Schildge






Renato Bezerra de Mello. Ni plus, ni moins.

“Renato Bezerra de Mello raconte une histoire plurielle qu’il disperse et éparpille à dessein. (…) C’est cette histoire, presque commune, qui fait la richesse et la spécificité de son oeuvre.Elle en est la matière première. Il la travaille, la malaxe de manière à donner un devenir aux biens transmis, de manière à ne pas les laisser disparaître, pas tout de suite.  L’amoureux de Roland Barthes « puise dans la réserve des figures, le trésor, selon les besoins, les injonctions ou les plaisirs de l’imaginaire. Chaque figure éclate, vibre seule comme un son coupé de toute mélodie – ou se répète, à satiété, comme le motif d’une musique planante. » Renato, lui, puise dans son héritage et en réalise des copies jusqu’à épuisement. (…) Pour se faire, il use et abuse du calque, du carbone, du cristal ou des négatifs qui permettent de copier, recopier, calquer ou décalquer. Des matériaux fragiles, voués à changer, vieillir et disparaître. Des matières transparentes, presque invisibles. Des matières intermédiaires qui font office de lien entre chose dite et chose pensée, image mentale et dessin.

(…) Renato Bezerra de Mello écrit et dessine machinalement, systématiquement. Il consigne, inventorie. Tout ou presque tout. Avec rien ou presque rien. « C’est donc un amoureux qui parle et qui dit »  : « Je m’écris à moi-même parce que je suis libre, vaniteux et fou ; je m’écris pour m’apaiser, pour supplanter ton absence ; je m’écris de peur de tomber dans le vide ; je m’écris pour laisser quelques traces. Les traces d’un discours amoureux. Ni plus, ni moins.”  (Roland Barthes, op. cit., p.13.)

Dorothée Tramoni "Ni plus, ni moins" (extraits)






Renato Bezerra de Mello






Renato Bezerra de Mello
Informations pratiques :

galerie Caroline Vachet
23, rue Burdeau - 69001 Lyon
+ 33 (0) 4 78 30 64 38
caroline@galeriecarolinevachet.com

Commissaire de l’exposition : Yves Sabourin
Inspecteur art contemporain et textile, DAP-Ministère de la culture


photos : (1) Martine Schildge Maison corps, 2005 Structure métal / lycra,(2) Martine Schildge Sans titre, 2005 Aquarelle, 56 x 75 cm, (3) Martine Schildge Paysage du corps, 2009 Aquarelle, 21x 29,7 cm, (4) Renato Bezerra de Mello Sou taça  Verres brisés,(5) Renato Bezerra de Mello Lembranças e esquecimentos, 2005 Installation


voir aussi :  www.galeriecarolinevachet.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article

commentaires