Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 17:06

du 30 mars au 18 juillet 2010

 

Musée du Quai Branly - Paris 7e

 

 

 Jivya Soma Mashe

 

 

Qui connaissait  les Adivasi  en France avant que le Musée du Quai Branly  ne  leur consacre une exposition ? Une poignée d'ethnologues, quelques collectionneurs-voyageurs ? Peu de monde.  A l'instar des  aborigènes d'Australie,  les Adivasi  au nombre de soixante millions aujourd'hui sont les témoins privilégiés du  passé ancestral de l'Inde.

 

L'art des Adivasi qui signifie "premiers habitants" en sanskrit,  est un art tribal. Les découvertes récentes de sites rupestres en Inde attestent de nombreuses similitudes formelles entre l'iconographie de certaines ethnies d'Adivasi  et celle de leurs ancêtres,  10 000 ans avant J.-C. Les arts issus du bouddhisme, du jaïnisme, de l'hindouisme et de la religion musulmane l'ont occulté durant des siècles.  Onirique et magique, il  a continué une tradition et trouvé son prolongement dans des créations actuelles.

 

 La quasi-absence d'infrastructures routières dans certaines parties de l'Inde, a  maintenu des communautés dans un isolement presque total et favorisé la conservation des  formes et des pratiques rituelles de leur art. Toutefois, la  majorité des ethnies est désormais en contact avec le monde moderne ce qui ne signifie pas nécessairement la mise en péril de la diversité qui caractérise leur art mais soulève l'éternel danger  couru par les oeuvres et les artistes quand ils sont  engloutis par un marché spéculatif international qui les déborde. Ainsi en 2001, Jangarh Singh Shyam, artiste reconnu pour ses créatures imaginaires en pointillé et couleurs vives, s'est suicidé au Japon. Il avait 37 ans et "ne supportait pas la pression exercée sur lui pour qu'il produise toujours plus d'oeuvres loin de chez lui" (Jyotindra Jain).

 

Mais ne boudons pas notre plaisir immédiat de découverte. Près de 400 pièces de tout le pays, des îles Nicobar à l'Etat de Madhya Pradesh sont présentées : masques symbolisant les éléments naturels, sculptures rituelles de la déesse mère, effigies de bois du culte ancestral des Bhuta au Karnataka...  Trois artistes se sont déplacés à Paris pour présenter leurs  oeuvres qui privilégient comme celles de leurs ancêtres l'interprétation de la Création. Jivya Soma Mashe, âgé d'environ 75 ans, originaire de la tribu warli, a appris tout jeune à peindre, en regardant les femmes de son village chargées des peintures rituelles. Petit à petit, il a développé son propre imaginaire et a changé de support. Il est passé du mur au papier puis à la toile. Il dessine à présent avec de la gouache blanche au lieu de la poudre de riz..  Présente elle aussi à Paris, Sundaribai, 55 ans, originaire du centre de l'Inde, vient de réaliser une tour Eiffel en argile. Les rouleaux peints de Madhu Chitrakar, artiste du nord-est de l'Inde, livrent sa vision de l'attentat du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center  ou du tsunami de 2004.

 

Catherine Plassart

 

 

 

madhu.jpg

 Madhu Chitrakar Painted Scroll depicting the 9/11 attacks on New York (detail)
West Medinipur, India 2004 Museum

 

 

 

 

Sundaribai 

 

photos : (1) Jivya Soma Mashe, (2) et (3) ces oeuvres de Madhu Chitrakar  et de Sundaribai ne sont pas présentes dans l'exposition

 

 

Informations pratiques :

 

Musée du quai Branly

37, quai Branly

Paris-7e.

01-56-61-70-00

 

M° Alma-Marceau

 

ouvert Mardi, mercredi et dimanche de 11 heures à 19 heures ;

jeudi, vendredi et samedi de 11 heures à 21 heures.

 

voir aussi : le site du Musée du Quai Branly

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article

commentaires