Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 09:30

Un archipel d’expositions

Vallée de la Creuse

entre Berry et Limousin

 

18 juin - 18 septembre 2011

 

 

Henri Cueco

 

L’exposition regroupe 22 artistes français ou étrangers qui travaillent dans des disciplines variées : cinéma, dessin installation, peinture, photographie, et vidéo.

Parmi les peintres le paysage est ici abordé pour ce qu’il permet aux artistes de le penser comme le lieux même ou se croisent le présent et le passé. Mais aussi en dissoudre les contours dans le mouvement de la remémoration, à le démembrer au gré de l’imaginaire, à jouer du détail et du grand angle pour nous faire découvrir le territoire illimité des perceptions qu’il autorise. Ils peuvent le réinventer par le jeu de la lumière et de la couleur. Ils peuvent nous interroger sur les paradoxes de la perception et les relations entre le vrai et le faux et sur les liens surprenant entre l’infini et l’infinitésimal.

Les photographes nous rappellent ce qu’il peut y avoir de grandiose dans les paysages les plus annodins. Il montrent la capacité qu’a la lumière à révéler les étranges textures que recèle le paysage. Ils rendent méconnaissable des lieux les plus communs et les plus banals. Ils permettent de redécouvrir le paysage mais aussi de voir combien il résulte d’une construction, d’une vision et du travail de l’homme qui le modèle.

Éprouver le paysage c’est aussi évoquer ce que la saisie photographie suppose de mesure, de maitrise et d’une volonté d’emprise sur le paysage. C’est aussi nous rappeler que tout paysage dialogue avec son passé, avec l’histoire d’un sentiment du paysage qui en fait un élément de notre culture. Le paysage quant les artistes et particulièrement les sculpteurs s’en emparent, c’est un faisceau de tensions et de forces qui se croisent et s’entrecroisent en des construction des plis ou des arabesques, des angles et des plans qu’ils vont abstraire de leur relation à la nature… pour nous offrir des propositions qui l’évoquent sans la décrire, s’en nourrissent sans la reproduire.

Aujourd’hui, à l’ère de la production de masse et de la fabrication en série, du faux plus vrai que nature, impossible pour des artistes de ne pas évoquer cette confusion entre le naturel et l’artificiel. La nature elle-même devient un objet que l’on fabrique et produit (arbres, fleurs, herbes). Au point qu’une nature artificielle se substitue à notre environnement. Le paysage peut aussi s’incarner et vibrer au gré des rêveries qui lui donnent un corps, qui le peuplent des traces de ces infinis objets de désir qui s’y cachent. À l’image de nos mythes les plus reculés, le paysage ne demande dans certaines de nos rêveries éveillées qu’à se métamorphoser en territoire d’éros où, dans les veinures d’une feuille, la faille d’une roche ou encore au creux d’une branche d’arbre gisent dans l’attente de leur apparition les belles endormies de nos désirs.

Il est aussi ce qui, dans sa lumière ou son obscurité, peut évoquer les bonheurs et le malheur du monde : Arcadie ou enfer d’aujourd’hui. Il est enfin ce que l’artiste invente ou que la physique permet quand l’artiste convoque d’autres savoirs pour faire émerger de ses mains et de sa pensée du visible qu’il va produire et non plus reproduire.

L’art quand il s’aventure dans le paysage nous fait découvrir non pas un mais une multitude de paysages. Il nous rappelle les paysages de la peinture, et nous offre les paysages multiples qu’il sait créer ou rêver ou revisiter. Il interroge et trouble nos perceptions du paysage. Il en est la mémoire et le présent ; mais il est aussi le paysage de nos prémonitions et songes. Il est le temps condensé d’une expérience multiple : un paysage d’autant plus surprenant qu’il se déploie sous nos regards entre réel et fiction, entre paysages du monde et paysages de l’imaginaire.

Philippe Cyroulnik

Commissaire de l’exposition, critique d’art et directeur

du Centre régional d’art contemporain de Montbéliard.

 

 

 

 Jean-Luc Tartarin

 

Michaële-Andréa SCHATT

 

 

Anne Rochette

 

 

Marc DESGRANDCHAMPS

 

 

Anke Doberauer

 

 

Joël Desbouiges

 

 

Eric Poitevin

 

 

 

Les lieux :

 

Maison du Parc naturel régional de la Brenne, Le bouchet, Rosnay

Artistes exposés : Joël DESBOUIGES, Richard MONNIER, Richard MULLER, Pierre SAVATIER, Michaele Andréa SCHATT

Entrée libre, tous les jours, juillet-août : 9h-19h, sept : 10h-18h

 

Prieuré de Saint-Benoît-du-Sault

Sept salles des bâtiments monastiques accueilleront peintures, sculptures, photographies et vidéos.

Artistes exposés : Kenneth ALFRED, Henri CUECO, Marc DESGRANDCHAMPs, Anke DOBERAUER, Didier MARCEL, Claude Marguier, Guillaume MARY, Christine O’LOUGHLIN, Mikko Paakkola, Eric POITEVIN, Anne ROCHETTE, Camille SAINT-JACQUES, Michaele Andréa SCHATT, Jean-Luc TARTARIN

Entrée libre, tous les après-midi

 

L’Artboretum, Centre d’art contemporain,  Moulin du Rabois

Artistes exposés : Paul-Armand GETTE, Claire-Jeanne JEZEQUEL

Entrée libre, vendredi, samedi, dimanche : 15h-19h et sur rdv

 

Gargilesse 

Artistes exposés : Christine O’LOUGHLIN, Pierre TUAL

Entrée libre, tous les après-midi

 

Éguzon,  2 rue de la gare

Artiste exposé : Pierre TUAL

Entrée libre, lundi-vendr., 10h-12h, 14h-18h. week-end :14h-18h

 

Arboretum de la Sédelle, Villejoint près de Crozant

Artistes exposés : Mikko Paakkola, Anne ROCHETTE, Eduardo STUPIA

Entrée libre, jeudi, vendredi, samedi, dimanche : 14h-18h

 

 

Informations pratiques :

Les lieux entre Berry et Limousin
Artboretum, Argenton sur Creuse
Crypte de Gargilesse
Parc du musée d’Éguzon
Prieuré de Saint Benoît du Sault
Arboretum de la Sédelle, Crozant
Maison du Parc naturel régional de la Brenne
Vernissage 18 juin : Artboretum, Gargilesse,
Éguzon, La Sédelle, Saint Benoît
Vernissage 1er juillet : Maison du parc

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Centre : expositions
commenter cet article

commentaires