Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 00:00
 

 Singulière insurrection de la langue et de la dramaturgie, le théâtre de Valère Novarina s’est imposé en une vingtaine de pièces comme l’une des œuvres les plus novatrices – et les plus drôles – de la littérature contemporaine.

De la chute de l’homme, l’œuvre de Novarina offre un tableau captivant où s’entremêlent destructions de personnages, carambolages scéniques, énumérations vertigineuses et paroles de prophète. L’écrivain fonde sa comédie humaine sur une conception originale du drame : dépassant le simple constat de son état de crise, il l’ouvre, de L’Atelier volant à La Scène, à des référents nouveaux – le performing art ou l’esprit du cirque – pour lui assigner un modèle dynamique, visuellement opératoire, celui d’une « physique » qui travaille l’action théâtrale, les structures de la représentation, la création linguistique ou encore la fonction de l’acteur. Dramatisation obstinée qui s’impose à nous, lecteurs et spectateurs, comme un ressort nouveau de la comédie.

Ecrivain, peintre et dramaturge, Valère Novarina est né à Chêne-Bougeries (Suisse) en 1947.

Il étudie la littérature et la philosophie à la Sorbonne, veut devenir acteur mais y renonce rapidement. Il écrit depuis 1958 mais ne publie quà partir de 1978. En marge de ses travaux décriture, il développe peu à peu une activité graphique et picturale : dessins de personnages, puis peintures de décors lorsquil commence, à partir de 1986, à mettre en scène certains de ses ouvrages.

On distinguera, dans sa bibliographie, des oeuvres directement théâtrales : L'Atelier volant, Vous qui habitez le temps, L'Opérette imaginaire - et le « théâtre utopique », romans sur-dialogués, monologues à plusieurs voix, poésies en actes : Le Drame de la vie, Le Discours aux animaux, La Chair de l'homme - et enfin, les œuvres « théoriques », qui explorent le corps de lacteur où l'espace et la parole se croisent dans le foyer respiratoire : Pour Louis de Funès, Pendant la matière, Devant la parole. Insaisissable et agissant, le langage y apparaît comme une figure de la matière. Ses textes sont une extraordinaire littérature où se renouvelle l'interrogation sur le mystère de l'existence humaine. Au vide et au silence auxquels se heurte l'homme, il répond par la richesse inouïe dune parole en expansion. Antique, médiéval, animal, contemporain, son langage semble arriver depuis la nuit des temps et vient défier les faux langages du monde d'aujourdhui.

Il a mis en scène sept de ses textes, a réalisé deux émissions pour l'Atelier de création radiophonique de France Culture, et à partir des années 80, intensifié ses activités de dessinateur et de peintre. En outre, il a réalisé plusieurs performances où il mêle actions, dessin, peinture, texte, et parfois musique ou vidéo.

L'œuvre de Novarina est une œuvre de poète qui apporte à la scène et à l'écriture de nouvelles notions : les mots sont des objets concrets, de la matière scientifique : l'auteur est écrit comme l'acteur est agi ; tout est affaire de souffles et d'énergies...

2005
15 X 21 cm
128 pages

Les Presses du réel

 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Liber amoris
commenter cet article

commentaires