Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2005 4 30 /06 /juin /2005 00:00
 Klee festif

 Il y avait chez lui ce goût de l'enfance.


Enfance de l'homme : l'Afrique


Enfance de l'art : les dessins d'enfant, l'art primitif.


Ce goût des commencements et ce sens de la fin .


L'harmonie, le rythme, la mesure, le poursuivaient.


C'était aussi un musicien accompli.


Un lecteur, un écrivain.


La couleur l'habitait et le sens du dessin.


Il croyait en l'unité du cosmos et inventa l'art moderne avec ses amis du "Cavalier bleu", Kandinsky en tête.


Orientaliste ? peut-être.


Mais Franz Marc, August Macke, Matisse et les "fauves" aussi dans une certaine mesure.


A notre avis, il faut plutôt le rapprocher de Picasso qui ne s'est pas trompé et le considérait comme "le maître du petit format". Klee déconstruit l'espace de la représentation pour ouvrir sur autre chose : le monde du désir. Un cosmos rêvé.


Klee romantique?


Klee solitaire?


Klee ennemi de tous les académismes, de tous les intégrismes!


Klee esthète oui, mais aussi moraliste, car aimant la vie et la couleur.


Klee "artiste dégénéré", selon le mot des nazis?


Comme Picasso, il s'est battu contre la mise au pas de l'art qui préfigure celle de l'existence.


Si l'Afrique lui parle c'est à cause de sa lumière, ses couleurs et ses formes.


Klee le contraire du sérieux dans l'art.


L'esprit intempestif d'un danseur possédé par le désir de jouer.


Klee festif, Klee dionysiaque et antinihiliste, pour l'éternité.


Pierre Givodan

Chroniques intempestives

copyright Art Point France

 
voir aussi : le site personnel de Pierre Givodan
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires