Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 16:00

La Feuillée de mai 2007

 
La Feuillée
FRAC de Bourgogne
 

Edito :

Un débat prend forme

Rémy Aron directeur de la Maison des artistes a déclenché une forte polémique. A la veille des élections présidentielles, il a sollicité les candidats, leur demandant de prendre position sur la crise des valeurs de l'art et sur la politique institutionnelle. Seul Nicolas Sarkozy a bien voulu entamer un dialogue.

 

Nombreux sont ceux qui préfèrent maintenir dans les limites du  contexte de la campagne électorale et sur le terrain partisan de la politique politicienne, les propos de Rémy Aron . Des propos  nécessairement "réactionnaires". ("Dans la foulée des propos réactionnaires de Rémy Aron... " Roxana Azimi, Le Journal des arts)

 

Or dans le même temps circule un manifeste  "L'art c'est la vie" signés par des artistes de toutes tendances esthétiques et de tous bords politiques. Ils partent du même constat, le  milieu artistique  est verrouillé. Ils réclament les mêmes réponses  que Rémy Aron aux difficultés sans nombre posés à l'art et aux artistes depuis vingt-cinq ans en France.

 

Au delà des intérêts nécessairement particuliers qui motivent et motiveront certaines prises de parole dans ce débat, nous avons choisi de retranscrire  dans Art Point France Info le texte bien informé et bien  argumenté de  Aude de Kerros (voir l'article ci-dessous : La querelle) qui défend la position du directeur de la Maison des artistes.

 

Nous vous offrons par ailleurs la possibilité de répondre comme nous à l'appel des artistes et intellectuels signataires du manifeste "L'art c'est la vie". (voir ci-dessous)

Enfin, d'accord avec l'appel lancé par l'équipe de Cassandre/Horchamp quand elle déclare "Regroupons nos pensées même si elles sont diverses, surtout si elles sont diverses" nous vous livrons leurs Raisons d'agir (voir ci-dessous) qui sont le sujet et l'objet de deux réunions publiques les 14 et 18 mai.

 

L'analyse d'un  problème (et il est réel pour au moins 40 000 artistes aujourd'hui et d'innombrables professionnels de l'art ) suppose que l'on fasse retour  sur des faits, des idées pour les critiquer.  Elle réclame un état des lieux et nécessite  des remises en cause.

 

Notre plus grand souhait est que le débat prenne forme et que les véritables  solutions qui sont avancées ne soient  pas traitées comme de vaines récriminations mais comme des actions à mener dans le cadre d'une nouvelle politique culturelle dont l'art est un aspect essentiel, un enjeu éducatif.

Catherine Plassart

 
 voir aussi : La Feuillée de mai 2007

Partager cet article

Repost 0

commentaires