Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 14:39

Le débat caché sur l’art refait surface…


La transgression de Rémy Aron - le Manifeste de « l’art c’est la vie »

 

Il existe en France un débat sur l’Art, un débat caché.
Un débat évité par les grands médias, craint par ceux qui exercent le pouvoir culturel sans aucun contre pouvoir. Pour ces privilégiés la ligne de défense est d’éviter toute polémique visible, de diaboliser l’adversaire et de culpabiliser le public non initié.


Cependant il est arrivé, entre novembre 1996 et mai 1997 très exactement, que le débat apparaisse au grand jour avant de disparaître jusqu’aujourd’hui, non sans faire quelques réapparitions furtives à l’occasion d’affaires judiciaires comme ce fut le cas récemment avec l’affaire « Présumés innocents » ou « l’affaire Pinoncelli ». Les tribunaux sont en effet de plus en plus sollicités pour se prononcer sur ce qui n’est pas de leur ressort: le statut artistique de certains objets incertains.

 

Comment faire pour que l’on parle des choses interdites?
Le débat interdit a pris une forme inattendue… Voici les faits :
Le bureau de la Maison des Artistes et son Président Rémy Aron ont voulu profiter des élections présidentielles pour « communiquer » et faire connaître les problèmes de survie des 45 000 artistes qui cotisent au Régime de Sécurité Sociale*1 dont ils ont la charge, Régime par ailleurs exemplaire parce que  bénéficiaire. Ils ont demandé à chaque candidat aux présidentielles leur programme sur les questions intéressant les artistes plasticiens pour  diffuser ces informations sur leur site Internet. Rémy Aron sollicita également à chacun un rendez- vous afin d’exposer les souhaits de la profession.


Deux candidats on envoyé leurs programmes: Besancenot l’a fait sous forme d’un mail reproduisant les lignes générales de son programme. Sarkozy a répondu par une lettre très précisément à toutes les questions posées en reconnaissant l’importance de la Maison des Artistes dans la représentation de ceux-ci.


Rémy Aron et François de Verdière ont été invités par José Freshe et Stéphane Fradet-Mounier à exprimer les desiderata des artistes au cours d’un interview retransmis sur NS-TV*2, diffusé sur le site Internet du candidat. Au cours de cette entrevue furent évoquées quelques convergences entre les demandes de la Maison des Artistes et le programme de Nicolas Sarkozy.


La chose fit scandale et une campagne de presse se déclencha contre Rémy Aron accusé d’avoir « donné des consignes de vote en faveur de Nicolas Sarkozy », ce qui bien sur n’a jamais été le cas*3, ce n’est pas dans ses compétences.


Si les opinions personnelles de Rémy Aron sont connues pour être à droite (UMP), elles n’entrent pas ici en ligne de compte. Le but de l’opération était, en accord avec ses mandataires : donner une visibilité aux points de vue des artistes et faire du lobbying en prévision de la suite des évènements.(Cela a été une pratique générale pendant cette campagne devenue la grande occasion pour communiquer). Ils ont d’ailleurs été très surpris de l’indifférence des autres candidats à leurs requêtes.


La mission fut un succès: Cette vidéo a été la plus consultée du site de Sarkozy ce qui montre que les français sont intéressés par la question de l’art. Cette stratégie de communication a eu pour résultat remarquable d’avoir pu exposer pour la première fois au grand public les vrais problèmes des artistes vivant en marge de l’Etat. Ils ont d’ailleurs été les seuls visibles pendant cette campagne…

 

Parlons-en !
Cela valut à Rémy Aron, dix jours après, un lynchage médiatique en règle et organisé. Entre le 20 avril au 4 mai, il eut droit à un tir groupé: … Le Monde condamne le délinquant*4, Annette Messager sur France Culture*5 exprime sur un ton ou l’émotion est a son comble sa stupéfaction et sa révolte devant des propos « indécents », « obscènes » et « réactionnaires ». le « Journal des Arts » *6 parle de relents populistes et pétainistes, les Inrockuptibles*7 titrent « Un réac à la Maison des Artistes » et évoquent Le Pen, comme en 1997 …C’est la seule parade !


Et c’est là que l’on voit le débat occulté refaire son apparition subrepticement... Car Rémy Aron est mis en accusation non pas tellement à cause de la bataille électorale en cours mais parce qu’il a exprimé des conceptions artistiques contraires au dogme de L’AC*8.


Rémy Aron a en effet employé la transgression, seule méthode efficace pour qu’enfin on entende parler dans les médias des problèmes de la Maison des Artistes dans la grande presse. Ainsi, il remercie Nicolas Sarkozy d’avoir réintroduit l’idée de « beauté », d’avoir parlé d’excellence et de valeurs. Pour aggraver son cas Rémy Aron a aussi défendu l’enseignement de l’Histoire de l’art et du dessin à l’école. Et là intervint un quiproquo étonnant : Rémy Aron, lui même peintre, explique que le dessin est fondé sur la hiérarchisation des « valeurs » ce qui veut dire, en termes de métier, la maîtrise de l’échelle qui va de l’ombre à la lumière. Ce mot ainsi que celui de « beauté » va déclencher une hystérie collective dans une partie du milieu de l’art.

 

La bigotterie post-moderne
Devant cette campagne de presse on reste perplexe  Au delà de la stratégie visant à limoger Rémy Aron menée par un groupe influent qui n’en est pas à sa première tentative, on peut observer le déclenchement d’une réaction irrationnelle, une terreur quasi religieuse devant le mal incarné dans la personne du Président de la Maison des Artistes.


Qu’a t-il de si effrayant ? Rémy Aron demande la défiscalisation des achats d’œuvres d’art, la reconnaissance de la diversité des expressions au sein du Ministère de la culture, il réclamme  que les artistes soient représentés dans les Conseils qui décident de leur sort. Il veut mettre l’artiste au centre de la vie artistique. Il a osé critiquer les FRAC, Marcel Duchamp et les Institutions qui ont aboli toute diversité artistique. 

 

La transgression de Rémy Aron
Daniel Buren et quelques autres célébrités ont déclaré : « c’est très grave ! »*9. On les comprend, ils ont tout à perdre. Mais c’est un petit nombre…Alors pourquoi ce tremblement d’horreur devant la transgression de Rémy Aron ? Le bruit court que le monde de l’art est en danger à cause de lui, que c’est « le retour à l’ordre ».


En parlant du « beau », de la « hiérarchie des valeurs », de ce travail de maîtrise de l’espace qu’est le dessin, Remy Aron a en effet prononcé des mots tabous capables d’ébranler les certitudes des auteurs d’AC: la Foi dans le dogme qui affirme que toutes les œuvres sont équivalentes et que tous les artistes sont égaux entre eux. Il a touché au privilège qui est à la source de la réussite de quelques uns et la consolation de ceux qui n’ont pas connu le succès. Toute foi aide à vivre mais elle est fragile, le doute n’est  jamais loin... On comprend l’ampleur du traumatisme et la cause de l’hystérie.…


Les personnes désirant évacuer Rémy Aron n’ont donc eu aucun mal à lancer une pétition pour qu’il démissionne. Des « noms » comme Boltansky, Sophie Calle, Anette Messager, Sarkis donnent l’exemple… Un millier d’artistes*10 l’ont signé, dit-on dans « Le Monde » du 5 mai…reste les quarante quatre mille autres cotisants artistes professionnels…

 

Un nouveau Manifeste
Au même moment et sans concertation un Manifeste circule signé par une centaine d’artistes souvent connus. La nouveauté absolue est qu’il s’agit d’un mélange de peintres de toutes tendances dont deux académiciens et de conceptuels, tout particulièrement des membres de Supports Surface, mouvement conceptuel radical, grandes figures de l’art officiel, ayant évolué depuis vers la peinture.

Il a pour nom « L’art c’est la vie ». (cf l'article suivant) Cette formule fait sans doute écho à Dada, aux Surréalistes, à Fluxus, à Beuys et à Duchamp *11. Elle souligne le mouvement perpétuel, le dépassement des contraires propre à l’art et réaffirme l’idée postmoderne que « tout est art » et va au bout de la formule en y incluant aussi « l’art », exclu jusque là. Ce manifeste montre que l’on a changé d’époque et que l’AC ne peut plus, sans se trahir, refuser au « Grand art » toute légitimité, comme ce fut le cas pendant un demi-siècle. 

 

« L’art c’est la vie »
Que dit-il ?  « Nous représentons trois générations et des courants et options esthétiques différents. Il est temps d’ouvrir le débat . Peintres et sculpteurs sortent de leur réserve pour la première fois depuis 1972 »

Suit une dénonciation du « Ministère public qui désorganise le cadre naturel par ses excès ».
Il dénonce « le monopole officiel, les manipulateurs masqués qui imposent une pensée unique soumise au marché et à la mode, l’art du spectacle »


Il condamne : « La centralisation abusive du pouvoir aux mains d’un petit groupe de censeurs » ainsi que « le détournement des FRAC, les choix mondains de l’AFAA ».


Ils demandent de « libérer la création de l’encadrement officiel » et de « témoigner de la diversité artistique ». Ils veulent « la participation effective des artistes aux Conseils qui décident de leur sort », souhaitent « le soutien des initiatives privées par des mesures efficaces » et enfin  « l’enseignement artistique dans les écoles »


 
Ce manifeste correspond, au programme voté par l’AG de la Maison des Artistes, défendu par Rémy Aron dans sa campagne de lobbying…Cela prouve qu’il y a aujourd’hui une grande majorité d’artistes qui mettent radicalement en cause la politique culturelle pratiquée depuis trente ans dans le domaine des arts plastiques.

 

La conversion de Pierre Restany
Cette évolution concerne même certains conceptuels qui ont sans doute connu la même  évolution que Pierre Restany à la fin des années 90 qui lui faisait dire : « L’Art contemporain est une forme parfaite du totalitarisme, une forme pure, un enfermement métaphysique, une subversion parfaite. C’est l’art de la pensée déviante ».


Le dernier livre écrit par Pierre Restany*12, à qui l’on doit pourtant d’avoir imposé le conceptualisme en France, concerne l’œuvre du sculpteur René Letourneur (1898-1990) qui a connu la grande formation classique et a été Prix de Rome.


Pierre Restany en 1999, après avoir déclaré quarante ans plus tôt à la planète entière que « l’art n’était plus légitime », évoque René Letourneur en ces termes : « Les sculptures de Letourneur possèdent ce surplus de spiritualité  organique qui les projette au delà du seuil de la modernité. Et à ce titre j’aime croire qu’elles pourraient aisément s’intégrer dans l’espace domestique où les sites extérieurs de l’architecture post moderne, dans la pure logique de l’éclectisme cher à ses protagonistes. (…)  « Il n’est pas dit que l’avenir de l’art contemporain réside encore longtemps dans l’idéologie pure et dure de la rupture cyclique avec la tradition, au nom d’un progrès technologie qui ne connaît comme limites que celles du défi humaniste envers la machine intelligente.  Car ce défi lui-même peut prendre une tournure plus traditionnelle, celle de la transcendance »


.
Cela veut-il dire qu’il commence a être admis en France que chaque artiste puisse choisir librement sa voie sans être diabolisé et exclu? Choisir s’il veut être un peintre, un sculpteur, un graveur ou bien un « auteur contemporain »*13, comme c’est le cas dans tous les autres pays du monde ?


Choisir si l’on accepte d’être « évalué » quand on est un artiste ou simplement « commenté » si l’on est un « auteur contemporain » ?

 

Nous sommes sur la ligne de faille...
Mais parions que l’apparition du débat ne sera pas de longue durée…Trop d’intérêts sont en jeu. Il disparaîtra donc mais réapparaîtra encore, sous peu.


 
En attendant la mesure concrète de la défiscalisation défendue par Rémy Aron pour les achats d’art situés dans la tranche qui va jusqu’à 10 000 euros*14  est un moyen simple pour que les artistes qui exercent leur art hors de la spéculation financière propre à l’AC et des subventions de l’Etat puissent vivre de leur art. Chacun aurait à nouveau sa chance dans la voie librement choisie.


                                                                                                                 
Aude de Kerros

 


*1 L’Association de la Maison des Artistes a des missions diverses dont celle d’organiser l’Aide Sociale, d’assurer les relations régionales, européennes et internationales. Elle s’occupe du statut des artistes et de ses conditions de vie, de l’éducation artistique et de la formation. C’est elle qui  gère le régime  de « Sécurité Sociale des artistes auteurs d’œuvres graphiques et plastiques » qui fluctue entre 40 000 et 45 000 affiliés dont parmi eux 16 000 artistes ont fait un acte volontaire d’adhésion afin de participer activement à la vie de l’association. C’est un Régime paritaire auquel contribuent les diffuseurs.
*2 NS-TV émission Focus du 12 avril 2007 sur le site Internet du candidat UMP Nicolas Sarkozy
*3 Les médias font l’amalgame en considérant que le seul fait d’intervenir sur ce site est un appel à voter ce qui n’est pas honnête et indigne du métier de journaliste.
*4 Le Monde 28 Avril 2007. Les plasticiens tous derrière Sarko ? Nathaniel Herzberg
*5 France Culture émission, « Tout Arrive », Arnaud Laporte, 20 avril 2007
* 6 « Le Journal des Arts », Roxane Azima, 27 avril 2007
* 7*« Les Inrockuptibles » 4  Mai 2007 
*8 « AC » contraction de « Art contemporain » qui ne veut pas dire « art d’aujourd’hui » mais correspond à une idéologie qui admet comme définition de l’art « Est de l’art ce que l’artiste décide être de l’art à condition que cela soit aussi reconnu par le milieu de l’art et les institutions ». Voir Christine Sourgins, « les mirages de l’Art contemporain », la Table Ronde Paris, 2005
*9 « Le Monde », 5 mai 2005. A noter que sur ces mille artistes un certain nombre sont affiliés à la MDA mais beaucoup, tout en étant assujettis ne sont pas pour autant membres, c’est un des paradoxes qui caractérise la Maison des artistes…Par ailleurs on trouve beaucoup de noms de personnes qui ne sont pas des artistes, du milieu de l’art officiel notamment qui n’ont pas de raison de signer comme des animateurs, des fonctionnaires, des théoriciens, des dirigeants de FRAC. Visiblement des intérêts sont en cause. 
*10  « Les Inrockuptibles » 4  Mai 2007 
*11 Marcel Duchamp avait inventé son double féminin : Rose Sélavy
*12  René Letourneur par Pierre Restany, Editions Cercle d’Art,  Paris, 1999
*13 Le mot « artiste » étant réservé aux artistes de la main privilégiant l’accomplissement matériel et esthétique de l’œuvre. Le sens de l’œuvre étant le don de la forme.  Les artistes d’AC gagneraient à être plutôt nommés « auteurs contemporains » car ils privilégient le concept.
*14 Soit les prix pratiqués par 90% des artistes, ceux  précisément qui n’intéressent pas le Ministère. Ils ne peuvent plus survivre en France parce que les choix officiels les ont démonétisés, qu’il n’existe pas d’autres filières de reconnaissance, peu de Fondations, pas de médias accessibles et que leurs acheteurs ont fui chassés par la pression fiscale.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Art et société
commenter cet article

commentaires

marie Sallantin 24/05/2007 17:51

J\\\'ai signé la pétition \\\"l\\\'art c\\\'est la vie\\\" car elle demande le changement et l\\\'ouverture. Elle stigmatise de graves dysfonctionnements au sein de l\\\'administratyion de la culture dont on n\\\'a pas pris la mesure car c\\\'est hors d\\\'un contrôle démocratique. Cela dure depuis plus de quinze années si l\\\'on se réfère au dernier bilan du journal \\\"Le Monde\\\" lors des 10 ans des FRAC. Depuis plus rien d\\\'équivalent n\\\'a été mené pour informer sérieusement le public et les artistes. C\\\'est tout simplement une honte d\\\'en être arrivés là! Il y a plusieurs manières de faire diversion pour empêcher un audit de ce dysfonctionement, par exemple ressasser des termes éculés et archaïques de \\\"mafia\\\", \\\"lobby\\\" ou bien ne pas hésiter à manier l\\\'atteinte directe aux personnes pour enterrer le débat et mettre la confusion au devant de la scène. Triste spectacle de ces procès qu\\\'on a vu dans d\\\'autres régimes! Triste recul de l\\\'intelligence.

MichÚle Katz 17/05/2007 11:36

Chère Catherine Plassart, merci.
Vous êtes une chercheuse, et vous avez un style tellement chaleureux, précis, avec des arguments si justes et que je n'entends pas souvent. Merci. pour défendre ce que vous choisissez.
Maintenant, quant à votre défense de Rémy Aron : S'il ne s'agissait pas que d'un autre lobby tendencieux et fort peu doué pour l'art, vous auriez cent fois raison. J'ai vu la vidéo au QG de Sarkosy : les arguments sur le mépris des gouvernements (droite ou gauche, depuis 1885) pour les artistes sont justes; les elections étaient en effet le bon moment à saisir pour faire connaitre nos problèmes.
Nous l'avons fait au Sénat : il y avait 9 représentants de candidats, et R. Aron a eu la parole, comme d'autres, puis il y a eu la revue (très douée pour l'art) de Alin Avila, Aréa (revue). Ce n'est pas suffisant.. Dénoncer un art officel en France n'est que justice ; mais ces personnes, malheureusement, ne défendent qu'elles-mêmes : ils se cachent derrière un troupeau qui n'existe que pour la sécurité sociale artiste, gagnée, non par ceux-là, mais d'autres.
Face à la mafia totalitarisante et méprisante que vous dénoncez à juste titre, qui concentre tous les privilèges, et veulent les garder, il y a de grands artistes comme Rebeyrole, ou tout le groupe de la nouvelle figuration qui sort avec 25 ans de retard... Quant à moi, je veux que nous organisions des états généraux de la culture. Et ce n'est pas le lobby d'Aron qui l'organisera, car ils savent qu'ils ne représnetent aucune force de l'art hors de leur tendance politique..
Michèle Katz

RILLON Philippe 16/05/2007 00:06

D\\\'accord ou pas avec les positions prises par Rémy Aron , il faudrait pourtant reconnaître qu\\\'il a failli à son devoir de réserve comme président de la Maison des Artistes.
Si Aude de Kerros, critique d\\\'art, a parfaitement le droit de défendre ses propres positions esthétiques là où elle veut , le Président d\\\'une association qui se dit  représentative des artistes n\\\'a pas le droit de commencer par les dresser les uns contre les autres au nom de ses propres choix esthétiques et politiques. A défaut la MDA qui se veut "une et indivisible" pourrait bien , une fois de plus se retrouver menacés de voler en éclats . Ses pires ennemis ( dont la CAAP et le SNAP CGT), toujours prompts à convaincre les artistes de son inutilité, ne pouvaient manquer une telle occasion... Et évidemment tout celà ne donnera pas aux artistes la représentation professionnelle digne de ce nom qui leur manque si cruellement depuis toujours...
Philippe RILLON

Jean loup Bézos 15/05/2007 21:38

Il convient d' être prudent et de ne pas céder à la confusion des genres entretenue (volontairement ?) actuellement. il convient également de ne pas céder en s\\\' associant à un dénigrement systématique et revanchard des politiques menées depuis 1981. Si le propos est de liquider l\\\' esprit de 68, pour remplacer l\\\' injuste politique des FRAC et choix des ministères par les de petits comités corporatiste revanchard qu\\\' avons nous a espérer de l\\\' esprit de pluralité ? qu\\\' avons nous à attendre de gens qui rallient le camp de la victoire juste pour se passer les nerf sur les perdant ? l\\\' avenir de la création artistique en France pourrait bien être encore plus sombre qu\\\' elle ne l\\\' a jamais été au main de ces coupeurs de têtes opportunistes !
A titre personnel j\\\' ai suffisamment bataillé (alors que ce n\\\' était pas bien vue) contre les politiques menées par le FRAC Aquitaine présidé par Jacques Rigaud entre autre) pour ne pas me jetter aussitôt \\\"les beaux jours venu de la revanche\\\" dans le camp des \\\" gagnant........ Je me méfie de tout réalisme abrupt . Agir sans esprit de dicernement sans cohérence ne fera qu\\\' emplifier les problèmes de la création en France.

jean Loup Bézos

Sur la question de la Maison des Artistes il faut préciser ce qui suit et qui me vient du CAAP :

Suite au dernier envoi de la Maison des Artistes qui diffuse un article de soutien à la position de M. Rémy Aron par Anne de Kerros, nous tenons à préciser que Mme Aude de Kerros anime une émission sur Radio Courtoisie, radio située à la droite de la droite sur l\\\'échiquier politique et qu\\\'elle était en 1983 présidente de l’Alliance pour une nouvelle culture dont l\\\'un des fondateurs est Philippe de Villiers.

A la suite des prises de position de M Rémy Aron, président de l\\\'association La Maison des Artistes, en faveur de M. Sarkozy, nous diffusons ou rediffusons également ci-dessous les communiqués que nous avons reçus de quatre organisations professionnelles d\\\'artistes :
- le CAAP (organisation professionnelle adhérente de la FRAAP)
- le SNAP-CGT,
- le SNSP
- le SNDT.

________________________________________________________________

COMMUNIQUÉ DU CAAP - Comité des artistes-auteurs plasticiens

Rémy Aron / Association La Maison des Artistes : instrumentalisation et manipulation pour un retour à l\\\'ordre

En apportant son soutien à Nicolas Sarkozy, au nom de l\\\'association la maison des artistes, son président, Rémy Aron, instrumentalise une fois de plus les artistes plasticiens et manipule les commentateurs.

Le CAAP dénonce avec vigueur ces comportements depuis des années (i) et s\\\'inquiète de la méconnaissance des journalistes au sujet de ce dossier, d\\\'où résultent des analyses confuses qui profitent à Remy Aron et ceux qu\\\'il soutient (ii).

(i) La principale mission de l\\\'association la maison des artistes est de regrouper les artistes pour mutualiser des moyens et offrir des ressources. L\\\'activité de Remy Aron a consisté à les diviser en opposant leurs sensibilités politiques et esthétiques. Cela lui vaut d\\\'être peu crédible à l\\\'intérieur même de l\\\'association.
Alors qu\\\'une position neutre et l\\\'usage pourtant attendu d\\\'un droit de réserve auraient favorisé le fédération d\\\'une communauté fragile et précarisée, il n\\\'intervient jamais qu\\\'en se référant à des valeurs traditionalistes excluant de fait les pratiques Modernes et Contemporaines. Le Front National ne s\\\'y est pas trompé qui lui a récemment apporté son soutien.

(ii) Rappelons que Remy Aron ne représente que 8000 membres d\\\'une association à laquelle personne n\\\'est tenu d\\\'adhérer !
Dès lors, ne pas apporter d\\\'informations clarifiant ce que recouvre l\\\'expression la maison des artistes comme le font Nathaniel Herzberg (Le Monde) ou André Rouillé (Paris-Art), ne fait qu\\\'entretenir une confusion regrettable entre professionnalisme et nostalgie.
Une confusion offrant une caisse de résonance médiatique pour des propos qui insultent la majorité des plasticiens ; une confusion qui diffuse insidieusement une stratégie de division : un artiste, aussi conceptuel soit-il et aussi relayé soit-il par les institutions est un acteur professionnel ; d\\\'abord parce que son activité est rémunératrice, même faiblement, et qu\\\'à ce titre il se doit d\\\'acquitter des obligations sociales ; enfin, et comme le signalait Roland Barthes au sujet de son propre travail d\\\'écrivain, parce que son activité mobilise d\\\'autres professions et s\\\'insère de fait dans un réseau professionnel. On ne peut donc opposer artiste professionnel et artiste contemporain.

Le CAAP n\\\'a eu de cesse de communiquer depuis des années à ce sujet :
– L\\\'expression la maison des artistes recouvrent deux réalités non superposables la MDA-association pour les activités associatives facultatives (8000 personnes) et la MDA-sécurité sociale pour les activités essentielles et obligatoires (35 000 personnes). Deux autorités distinctes s\\\'exercent au travers de deux personnes distinctes et élues par des corps électoraux distincts ; l’une pour présider le conseil d\\\'administration de la MDA-sécurité sociale, l’autre pour présider le bureau de la MDA-association (Remy Aron en l\\\'occurrence).
– Aucun artiste n\\\'est obligé d\\\'adhérer à l\\\'association la maison des artistes.
– Tout artiste recevant une rénumération liée à son activité doit se déclarer à son régime de sécurité sociale.

Que les propos du Président de la MDA-association colportent des valeurs marquées par la nostalgie d\\\'un ordre perdu est une chose établie que nous dénonçons avec fermeté.
Que les commentateurs de ces propos ne soient pas en mesure d\\\'apporter les clarifications qui permettraient à leurs lecteurs de se faire une opinion distanciée, participe, à leur corps défendant, du processus d\\\'instrumentalisation de tous les plasticiens qu\\\'affectionnent Remy Aron et ses amis dans leur promotion d\\\'un retour à l\\\'ordre.


Le CAAP
http://caap.asso.fr/
Cet article restera disponible à l\\\'adresse suivante :
http://caap.asso.fr/spip.php?article63