Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 10:51

"Le Privilège d’être"


Dans le lyrisme avec l’abstraction de Georges Mathieu

 
Georges Mathieu: Le Massacre de la Saint Barthélémy
Paris 1945 bis 1965 Museum de Modern Art Linz
 

 "Ce qui fait que l'amour est ce qu'il est, c'est la tension de deux êtres, vers un même but. Si ce n'était que l'élan pur de l'un pour l'autre cela n'aurait aucune grandeur." (L'Abstraction prophétique p. 95)


Cette citation de l'auteur se trouve à la suite de l'entretien avec Christine Blanchet-Vaque qui précède la réédition du "Privilège d'être" par les éditions Complicités.


On a ici un concentré de l'ambition de Mathieu.


Par une méditation, une liberté voulue et donnée à l'action et à l'imprévu  aussi bien dans l'oeuvre picturale que dans le rapport à l'autre, le peintre de l'Abstraction lyrique revisitée ici, insiste sur la nécessité de débarrasser l'art des valeurs "classiques".


La clé de cette émancipation  se situe selon lui dans le renversement  de la hiérarchie signification-signe : "Désormais l'ordre dans le rapport signe-signification se trouve pour la première fois inversé" (Le Privilège d'être p. 68).


Autonomie  du symbole et donc du langage de la peinture, bien comprise en effet par Mathieu. Ce qui conduit celui-ci à faire l'apologie du risque et de la performance en peignant dans des lieux ouverts au public.


C'est ainsi  que ce livre entre dans la démarche de la redécouverte de la spontanéité inventive dans les arts plastiques. L'exemple du "Massacre de la Saint-Barthélémy", une toile de six mètres sur deux réalisée avec le batteur de jazz Kenny Clarke en avril 1959 le rappelle au passage.


Georges Mathieu, un des peintres majeurs  de l'Abstraction lyrique avec Bryen ou Wols,  nous fait donc sentir dans ces pages que le but de l'art est toujours de garder ferme le lien avec les autres. Son ouverture au dialogue avec les Expressionnistes abstraits américains en témoigne aussi.


"Je me suis recueilli pour peindre, pour dire ma douleur et un peu celle des autres hommes." Cette remarque se trouve à la dernière page du livre et elle en souligne enfin l'intérêt.


PG


Le livre "Le Privilège d'être" constitue la réédition d'un ouvrage paru en 1967 chez l'éditeur Robert Morel, avec l'addition d'un entretien daté de 2005  de Chritine Blanchet-Vaque et Georges Mathieu par Chantal  Vieuille, éditrice.

 

   

Pierre Givodan - contact@pierregivodan.com

Chroniques intempestives

 
voir aussi : le site des éditions Complicités

Partager cet article

Repost 0

commentaires