Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 05:38

sur L’Esthétique de Paul Klee

"...car il n'y a rien de plus affreux que ce moment hystérique où la raison adhère à la mort et la justifie" . J. M. Domenach, Le Retour du tragique.

 
 

1.  "L'art relève du monde de la différence".

Klee a souligné très bien cette particularité de l'art contemporain. L'artiste est un aventurier de la vie de l'esprit. Sa plainte, sa joie sont du ressort de l'innovation. Son monde est celui de la création, c'est à dire essentiellement d'un savoir-faire au service des subjectivités bien comprises. L'artiste ne répète pas platement ce qui est là, dans la culture ou dans la nature. Le peintre crée un "langage" personnel avec ses figures et ses lois. Il s'enthousiasme et procure de la joie indépendamment des conventions établies et des politiques officielles (totalitaires ou démocratiques). L'artiste est roi dans son domaine. Une seule règle : l'originalité. Une seule limite : l'authenticité. L'homme a pour vocation la mue indéfinie. Klee est en cela très proche d'une esthétique de la transe ou de l'extase.

 

2.  "Ni serviteur soumis, ni maître absolu, mais simplement intermédiaire".

L'artite est un relais du sens, du divin, de la raison, de la joie, du plaisir, appelez cela comme vous voulez...Klee est un homme libre, c'est à dire un intermédiaire. Qu'est-ce à dire ?
Il se situe au milieu du processus créateur. Il jouit de cette position médiatrice et fait partager son bonheur. C'est un artiste,c'est à dire le contraire d'un penseur assis. " Boom, boom, boom, boom" , aurait dit J.L. Hooker. Les gloseurs jugent, censurent, élisent. Paul Klee unifie, organise, ordonne à sa mesure ( qui est celle de l'arbre ou du cosmos).

 

3.  "Le style, c'est l'attitude de l'homme envers ces questions de l'ici-bas ou de l'au-delà."

Klee romantique ?
Evidemment. Le contraire d'un petit homme qui regarderait les pyramides d'Egypte et se demanderait comment elles  tiennent encore debout !
Klee triomphe des pensées faiblardes. Il est au-dessus d'elle. Mais comment ?
C'est l'enthousiasme, toujours qui commande. La joie spinoziste d'être dans l'éternité, ici et maintenant. Klee fougueux aussi.

 

4 . "Les lumières de l'intellect s'évanouissent piteusement".

Que dire d'autre ? Sinon qu'il y a bien un mystère de l'art, à protéger, à sauver, comme une flamme menacée par la nuit...et la barbarie. Ici un son de saxophone blues nous donnerait une approximation de ce que veut dire le peintre ( ou peut-être la voix d'une chanteuse de gospel). Car l'art, n'en déplaise aux cuistres, pense, et il y a bien du caché. Et que les pauvres en esprit se lèvent !

 

5.  "Aucune réalité donnée, même supérieure, ne peut nous satisfaire".

Comment entendre cela autrement que comme un plaidoyer pour la liberté, la communion des solitaires, une marche en avant. L'homme recherche l'intensité des sentiments, la vie brûlante. Cela le peintre l'a compris.

 

6. "On apprend à voir derrière la façade, à saisir une chose à la racine".

Klee fouille. Il va chercher le bon terrain et creuse. Il n'hésite pas à descendre très loin, jusque dans notre inconscient, notre désir le plus fragile, le plus léger aussi. Il ne craint pas le ridicule ou le tragique. Il recherche les lois générales de la nature et de l'esprit. Il abstrait, soit...Et c'est à ce prix qu'il construit une oeuvre.

 

7. " C'est la voie qui est productive".

Le peintre recherche un absolu et il a saisi que c'est le dynamisme de la quête qui le fait advenir. Il n'y a pas d'autre énergie que celle que suscite le créateur. Il cherche quelque chose qui échappe parce que nous y sommes plongés ." L'au-delà " est ici et maintenant.

 

8. " Car l'Animal, dans l'intérêt de son équilibre entend voir toutes les verticales de la réalité en verticales, même en projection."

Quel est cet "Animal" malheureux, capable de rire. Quelle est l'origine du tragique, du pathétique ?
Embrasser l'infini et avouer son impuissance. L'artiste utopiste ?
Nous pensons que Klee est partisan d'une esthétique de l'espoir et de la transcendance, entendue comme délivrance.

 

9. "Faites-vous donner des ailes".

Le peintre Paul Klee est un coureur de fond. Il ne confond pas le cent mètres et le mille mètres. Ici Jimi Hendrix relaierait bien notre propos. Nous songeons à son interprétation de "Red House" par exemple et à son expérience de la "course descendante" sur le manche de sa guitare. L'inverse de la chute dans la banalité quotidienne.
Le peintre nous rappelle donc à l'humain : " Car maintenant, il n'est plus question de "vers là-bas", mais de "partout" . "*

 

PG

* Toutes les citations sont extraites de Paul Klee, "Théorie de l'Art Moderne", édition Denoël Gonthier, collection Médiations.

 
 

Pierre Givodan - contact@pierregivodan.com

Chroniques intempestives

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires