Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 12:11

Amitié Pulvérisée

le 29 janvier 2007

Uzès - Gard

 

En " Avant première ", présentation de la dernière création de la compagnie Metafor ''Amitié Pulvérisée'', spectacle poétique et musical basé sur des poèmes et textes de René Char, ainsi que l'échange de correspondance avec Nicolas de Staël.


Création et mise en espace, Daniel Flamant - Musique originale du Trio Zéphyr - Avec Jonathan Mandagot et la voix off de Didier Sandre.

 

Entretien avec Daniel Flamant :


Il est vrai que l'amitié apparaît comme une constante dans la vie et l'oeuvre de René Char, mais pourquoi choisir celle qu'il a vécue avec Nicolas de Staël plutôt qu'une autre ?

DF- Vous avez raison, Braque, Eluard, Giacometti, Camus, d'autres encore peuvent illustrer la fidélité du poète à ce sentiment. Pourtant, comme le dit l'historien d'art André Chastel, l'admiration mutuelle profonde qu'éprouvent les deux hommes, évolue vers une amitié hors du commun " comme un sommet, un grand signal, dont il y a peu d'équivalent dans l'histoire proche et lointaine, et qui touche à quelque chose d'essentiel de l'art moderne ". A la lecture des nombreuses lettres qu'ils échangent, ce besoin de rassurer ou d'être rassuré, de partager, exprimé avec pudeur ou spontanéité, à des moments de fragilité ou de " trop-plein " d'énergie, nous les rend très proches et attachants.

 

La correspondance constitue le point de départ de la mise en scène de cette amitié ?

DF- Oui, les lettres sont très belles, tant leur sincérité transparaît. Je les ai mises en situation, choisissant celles qui couvrent la période du livre " Poèmes " réalisé en commun durant l'année 1951. Elles entrent en résonance avec les textes proposés par René Char à Nicolas de Staël qui définit son travail, dans ce rapport des gouges et du bois, comme la recherche d'un dialogue avec les textes. Ce dialogue, j'ai tenté de le prolonger entre les lettres et les textes, à l'intérieur des textes eux-mêmes grâce aux éclairages apportés par l' " Arrière -histoire du Poème pulvérisé " écrit plus tard, entre les respirations, les pulsations de la musique et les mots, les projections fixes et la voix off du poète.

 

La voix off ?

DF- Nous sommes dans l'atelier de Nicolas de Staël à Paris et René Char vit à L'Isle sur la Sorgue. Sa présence flotte dans l'atelier. Sur scène, le comédien Jonathan Mandagot représente le peintre, les trois musiciennes du Trio Zéphyr symbolisant la lumière et la Méditerranée qui lui manquent tant. Des photos de René Char, de ses paysages familiers, de bois gravés de Nicolas de Staël, comme projetés sur le mur blanc du fond de l'atelier, viennent souligner la voix hors champ du poète, exprimer sa relation avec le peintre, son soutien indéfectible dans la tâche artistique qui est la sienne. Didier Sandre, séduit par le projet et grand admirateur des deux créateurs, a accepté de mettre son talent au service de la voix off.

 

Et pourquoi avoir prévu deux versions ?

DF- Il ne s'agit pas exactement de deux versions : la seule différence - présence ou non des musiciennes sur scène aux côtés du comédien - répond à un critère économique de diffusion. Cette " version ", accompagnée d'un enregistrement de la musique réalisé en studio, peut permettre à des médiathèques, des bibliothèques, des établissements scolaires dans le cadre d'une animation ou d'un travail pédagogique sur René Char, de programmer le spectacle à un tarif tout à fait abordable. La conception que je me fais de la culture populaire - accès du plus grand nombre aux plus grandes oeuvres - suppose, quand cela est possible, des aménagements facilitant ces conditions d'accès. Je serai heureux et fier même, si ce spectacle, dans ces deux configurations, donne la possibilité de découvrir deux grands créateurs à la vie passionnante et suscite envie de lire, d'approfondir la connaissance de leur oeuvre en visitant la Maison René Char de L'Isle sur la Sorgue et le musée Picasso d'Antibes, lieux de présence du poète et du peintre.

Alors, j'éprouverai le sentiment agréable de me rapprocher des propos tenus par René Char pour qualifier le Surréalisme et que j'aime volontiers appliquer à la fonction de la culture : [...] " sur notre monde qui est un cratère d'horreur et dans la nuit imbécile s'épanouit soudain la fleur réfractaire " [...].

 

informations pratiques :


Représentation réservée aux directeurs de lieux et diffuseurs culturels.
15 h - Librairie ''Le Parefeuille''
7 place aux Herbes
Merci de confirmer votre présence :
artsenfolie@neuf.fr
Tél. 04 66 80 72 45 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Liber amoris
commenter cet article

commentaires