Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 05:37

Soirée de projection

dans le cadre de l'exposition City Blues

mardi 5 décembre à 19h

 

Salle d'animation de la médiathèque - Vénissieux

 
Julien Discrit Marathon life 2005,15'40".
 

Au programme :

Tintin Wulia
Everything’s OK, 2003, 5'.

Laurent Pernel
Niveau 4, 2'15".
Télégramme, 2001, 6'13".

Julien Discrit
Marathon life 2005, 15'40".

Fabrice Lauterjung
Berlin : traversée, 2005, 10'.

Pierrick Sorin
Nantes, Projets d’artistes, 2000. 26'.

 

L'un ( Tintin Wulia) est né à Bali et a fait des études d'architecture et de musique, un autre (Laurent Pernel) a également fait des études d'architecture et  accorde une place de choix au sport dans sa production artistique , un troisième (Fabrice Lauterjung) se dit "assembleur" et ne travaille que sur des sujets urbains, un autre encore (Pierrick Sorin) questionne les ambitions politiques dont l'art est le vecteur et déroulent ses histoires sur fond de paysages urbains. Julien Discrit , géographe de formation,  comme eux met  l'urbanisme et l'espace urbain au coeur de ses préoccupations.

 

Dans "Marathon life",un jeune homme court seul, en pleine nuit. Cette course solitaire est pour lui l ’occasion de raconter une histoire, celle de sa vie. Notre coureur,sans perdre sa cadence entame un monologue,comme pour se tenir compagnie. Il évoque les maladresses de l ’enfance,des moments de vie,et l ’on comprend peu à peu que le parcours décrit l ’avancée et la déchéance d ’une vie d ’homme. La voix nous guide et c ’est le récit lui-même qui devient une course,au fur et à mesure que le jeune homme évolue dans cette vie imaginaire. Plus la fatigue prend le pas,le rythme s ’amenuise,plus le soliloque prend de l ’âge.On sent bien que ce n ’est pas la métaphore doucement socratique qui intéresse l ’artiste, mais une proposition de découpage proportionnel du temps qui suit progressivement les efforts décroissants et dégoulinants de sueur du coureur.

 

Ces cinq jeunes artistes nous obligent à regarder autrement l'espace urbain. Dans leurs films, la poésie cotoie la critique sociale et le questionnement métaphysique. Ils  bousculent les repères habituels.

 

 
Valérie Jouve
Sans titre (Les Minguettes), 2002-2003.
Sans titre (Les paysages), 2002-2003.
(100 x 130 cm) x 2.
 
 

Exposition

"City Blues, fragments d'une collection"
Yves Bélorgey,Thierry Géhin,Valérie Jouve et Rajak Ohanian

jusqu'au 16 décembre 2006

Espace des arts plastiques - Vénissieux 

 

Depuis une trentaine d'année, la ville de Vénissieux s'est dotée au fil de ses expositions d'une collection d'art contemporain d'environ 500 œuvres reflétant les diverses tendances des époques traversées. D'orientation plutôt régionale (Jean Raine, Georges Adilon, Rajak Ohanian, Christian Lhopital, Yves Bélorgey…), elle a également su acquérir de grands noms de l'histoire de l'art tels André Masson, Roberto Matta ou Ossip Zadkine, mais aussi, plus proches de nous, un film de Michel Aubry, un dessin de Javier Pérez ou des photographies de Valérie Jouve et de Jean-Luc Verna.

 

Les oeuvres de Yves Bélorgey, Thierry Géhin, Valérie Jouve et Rajak Ohanian rassemblées autour du thème "City Blues" font ainsi partie de la collection de la ville de Vénissieux, d'où le sous titre "fragments d'une collection". L'exposition est à voir jusqu'au 16 decembre à l'Espace arts plastiques.

 

informations pratiques :

 Médiathèque de Vénissieux - Salle d'animation

2-4 avenue Marcel Houël 69200 Vénissieux

Tel 04 72 21 45 54

et

Espace arts plastiques - Maison du Peuple

12, rue Eugène Péloux BP 24 69631 Vénissieux cedex

Tel 04 72 21 44 44 ou 04 72 50 89 10

ouvert du mercredi au samedi de 14h30 à 18h - entrée libre

 
voir aussi : les pages arts plastiques de la ville de Vénissieux

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article

commentaires