Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 08:55
La condition artistique
 

" Je suis mes routes … ", écrit Malraux dans La Condition humaine. Car être c’est faire. Il n’y a pas d’autre secret de l’existence. Je me produis comme ceci ou comme cela.


Tout dépend de moi. Je suis libre jusqu’à vouloir être dieu… et alors je deviens l’expression de la maladie de la vie, etc.


Malraux a tout dit de l’existence moderne, pour une conscience d’hommes du XXème siècle .
D’abord le déplacement des centres d’intérêt : de la méditation à l’action. Le vaste champ d’action du monde. Ensuite les limites du faire. L’esclavage massif des foules. L’aliénation des peuples, causée par la soif de domination des démagogues… La tentation de l’Occident.


Sur le plan esthétique, les sauts successifs d’un art de l’imitation au XVIIIème dans l’abîme d’une éthique  de l’apparence et du savoir-faire au XIXème qui justifie tout, y compris l’art académique. Et puis la figure émergente de l’artiste, «ce grand mécontent » (Le Musée imaginaire) qui s’échappe du lot avec les romantiques. L’art comme «anti-destin».


Par la voie des œuvres le créateur sauvera désormais toujours quelque chose du néant, plutôt que d’ajouter de la souffrance à la vie (qui est déjà assez absurde).


L’homme est donc ce qu’il fait. Et rien d’autre.  Il n’y a plus de Dieu qui nous surplombe au XXème. Pas d’enfer sous nos pieds. Pas d’ordre pré-établi nulle part dans le cosmos.


Hasard et nécessité de faire, de se faire, et de se défaire de ses contradictions en créant des œuvres qui reflètent successivement  nos plus chères aspirations vitales.


C’est là toute l’histoire  du Musée imaginaire qui survit jusqu’à aujourd’hui à la mort ,dans les voix sublimées des écrivains, peintres, compositeurs, «solitaires» réunis de toutes les époques au final, en son espace.

 
 

Pierre Givodan

Chroniques intempestives

voir aussi : le site personnel de Pierre Givodan

Partager cet article

Repost 0

commentaires