Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:29

Amalgame


du 11 juin au 11 juillet 2009


galerie Van der Stegen


SR Labo



Le voile d'Isis

On devrait mieux respecter la pudeur avec laquelle la Nature
se cache derrière des énigmes et des incertitudes chatoyantes.

Nietzsche, Le Gai savoir

Et voici que sous nos yeux la cire, telle la déesse Isis ôtant un à un ses voiles,  nous révèle son inessentialité féconde ; sa parenté avec la célèbre formule d’Héraclite : « La Nature aime à se cacher en se montrant. ». Mais si une réalité en cache souvent une autre, il est des moments, plus rares encore, où deux réalités - que tout oppose – s’amalgament en un seul corps. Les sculptures organiques d’SR Labo relèvent de cet ordre, de ce type d’état quantique où la matière s’agite et renonce à toute identité stable.

Poursuivant l’œuvre poétique des anciens botanistes pour qui les plantes n'étaient qu'une variété particulière de bête se tenant la tête en bas, la taxinomie des formes, qu’SR Labo invente, défie les lois de la physique et de la biologie moderne : elle les contourne ou les parodie pour mieux nous inciter à contempler le monde du seul point de vue l’art ; autrement dit, du seul point de vue de la beauté des formes en leurs subtiles métamorphoses.

Mais qui, du règne organique ou végétal, absorbe l’autre ? Serait-ce le monde sanglant des chairs qui enfin se calment ou bien l’univers endormi des plantes qui tout à coup s’empourprent ? Une chose est sûre : chacune de ces sculptures semble traversée d’une ambiguïté fondamentale ; d’un frisson ontologique les faisant tour à tour devenir - dans l’esprit de celui qui les contemple - un objet d’angoisse puis d’émerveillement.

Détournant ainsi la céroplastie de ses usages les plus fréquents (empreintes, ex-voto, etc..), SR Labo nous invite à renouer avec la vieille cosmographie analogique des alchimistes pour qui toute forme visible renvoie toujours à son double symbolique, et réciproquement. Quoi de plus normal, alors, si je vous dis que la forme ronde et granulée d’un citron peut tout aussi bien devenir, dans les mains de cette artiste féconde, l’ébauche d’une vulve fluorescente… ou bien encore, que sous nos chairs palpitantes, se cachent, en réalité, de petits arbustes de corail.

Frédéric-Charles Baitinger



Informations pratiques :

galerie Van der Stegen
1 rue Gustave Goublier
75010, Paris.
+ 33 1 42 59 41 81 / + 33 6 75 21 84 70.

Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h


voir aussi : www.vanderstegen.com

Le silence qui parle Les nouvelles chroniques de Frédéric-Charles Baitinger fredericcharlesb@hotmail.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Paris : expositions
commenter cet article

commentaires