Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 10:28
       La Feuillée

     

Edito : La poésie est ici.

"Dans un poème, où est-on ? On est sur un territoire qui a recueilli les traces d’un événement. J’aime à penser qu’un poème est comme un événement naturel. L’événement que provoque une force naturelle. Un orage, par exemple. Un orage verbal. Cet orage verbal laisse des traces qui sont les vers du poème. Mais quand le lecteur prend le poème, c’est lui qui devient le territoire de l’événement verbal. Un événement dont sa lecture provoque la répétition, mais pas à l’identique, bien sûr. Le poème est une sorte d’événement informel." Bernard Noêl, extrait de L'Espace du poème, Entretiens entre Bernard Noël et Dominique Sampiero Février 1998 POL éditeur


L'œuvre de Bernard Noël est immense : par son exigence, son engagement, son influence. Cinq poètes de la "jeune génération", Lambert Barthélémy, Lionel Destremau, Stéphanie Ferrat , Emmanuel Laugier et Rodrigue Marques de Souza sont aux côtés de Bernard Noël pour "rencontres & partages" , La Poésie est ici (partie II), le mardi 20 novembre à Cavaillon. "Bernard Noël et la jeune génération de poètes", mardi 20 novembre à 20h à la Médiathèque de la Durance à Cavaillon (84).

                           

La poésie est là.

En vitrine, à Marseille, dans un lieu d'exposition pour l'art actuel appelé OÙ, Emmanuel Hocquard un poète qui a fait "voeu d'objectivité" déploie "sa haie". Un espace tout autre pour des " vers fragmentés, où apparaît une réalité nue, peuplée de choses idiotes, vaguement étrangères et toujours frontalement désignées." Vitrine poésie du 30 novembre au 22 décembre 2007  OÙ  lieu d'exposition pour l'art actuel - Marseille

                           

La poésie est ailleurs encore.

L'espace du poème n'appartient pas au seul poète. Ainsi, si on suit Philippe Ramette on atteint un territoire où l'événement fait image. Les photographies  de Anne Noble, nous conduisent à explorer l'étendue des anodines merveilles enfantines.  Quand au peintre Ivan Messac en décrivant le grand écart qui sépare la poésie de l'histoire, il rend hommage au poète Maïakovski.

Autant d'événements, autant de rencontres, autant d'espaces du poème.


Catherine Plassart


voir aussi : La Feuillée du 16/11/07

     
                                                                                       
 

Catherine Plassart - contact@artpointfrance.org

Les éditos de La Feuillée

 


        
       

Partager cet article

Repost 0

commentaires