Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 11:41


La Feuillée



Edito : Les Caprices d'hier et d'aujourd'hui .

Les Caprices appartiennent à Goya. Commencée sur le ton d'une satire légère, cette série de 80 gravures, devint un acerbe réquisitoire social. Goya montre la société de son temps hypocrite et bourrée de vices à peine dissimulés. Le sol de l'Espagne est ravagé par les guerres napoléonniennes, les hommes dans leur appétit de vivre ne laissent subsister que leur plus bas instincts. Publiée et immédiatement interdite, cette suite d'eau fortes fait alors de Goya le défenseur sombre et passionné d'un peuple espagnol déchiré.



Mais les visions les plus justes, issues d'une observation du moment sont paradoxalement celles qui ont la réception la plus pérenne. Il en est ainsi de l'ensemble "Les Caprices" qui n'a cessé d'avoir ses admirateurs chez les écrivains, Baudelaire, Balzac, mais surtout chez les peintres, Delacroix, Daumier, Manet, Redon ou encore James Ensor, Cézanne, Van Gogh...



Au Musée du Petit Palais à Paris, débute une exposition, "Goya graveur", qui présente 280 oeuvres parmi lesquelles 210 estampes du maître. Les célèbres "Caprices" (1797-1799), les "Désastres de la guerre" (1810-1820), l'ensemble de la "Tauromachie" (1816-1823) constitueront l'essentiel de cette exposition dont le point d'orgue sera sans doute les "Toros", grandes lithogravures inédites exécutées par l'artiste à la fin de sa vie à Bordeaux.



"Enfin.. .", dirait le chroniqueur. Mais, l'audace de Goya qui continue de nourrir tant d'artistes doit plutôt conduire à un "Encore" , un "Après". Nous dirons donc, "Et puis", 70 dessins et estampes de Delacroix, Manet... complètent l'exposition pour souligner l'héritage Goya.



On aurait pu ( on aurait dû ? ), y trouver les oeuvres d'artistes vivants, notamment la superbe suite de 80 peintures sur papier (Les Caprices, 1992-1994 ICI et ICI) de Bernard Lacombe qui appartient dans son entier au Fonds Départemental d'art contemporain de l'Orne. Le peintre dans ce travail, rend un hommage troublant au grand Goya. Il le fait sans démesure, avec délicatesse et respect même, mais aussi avec audace. Le langage de la couleur ébranle les sujets. Les acteurs des fables jaillissent intemporels hors des limites du papier. '"L'engagement esthétique" de Bernard Lacombe se fonde sur un dialogue par delà le temps avec les auteurs et les artistes qu'il a élu, il est dans toute son oeuvre, le garant d'une modernité picturale.


Catherine Plassart 



photos : (1) (3) Bernard Lacombe, (2) (4) Goya

Les expositions :
"Goya graveur" (ICI) Musée du Petit Palais Paris (8) du 13 mars au 8 juin 2008
"Les Caprices" (ICI) Musée des Beaux Arts de Lille (59) du 25 avril au 23 juillet 2008
voir aussi ICI le site du Musée Goya à Castres, le site du peintre Bernard Lacombe ICI


voir aussi : La Feuillée du 06/03/08


 

Catherine Plassart - contact@artpointfrance.org

Les éditos de La Feuillée

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires