Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 06:08

      
Si l’utopie est un non-lieu qui s’affirme comme exigence d’être là pour celui qui se le représente et le vit intérieurement,l’utopie est en chacun comme un modèle propre du monde à venir, une sorte d’échelle d’évaluation de toutes les figures du présent.


La question qui se pose est de savoir pourquoi cette exigence  surgit par exemple en tout art qui se veut neuf.


Autrement dit quelle  relation  l’utopie  a-t-elle  avec l’inédit dans la peinture, la littérature, le non entendu dans la musique etc…


On peut parler  d’utopie  esthétique  dès lors que l’artiste se place au niveau d’un commencement. Lorsqu’il fonde un style, une écriture. L’utopie réside ici dans l’espoir de dire enfin quelque chose qui révèlerait le monde tel qu’il est pour l’artiste, voire en soi pour une subjectivité  créatrice. Le miracle consiste alors dans la communication  des consciences  qui s’exprime dans le jugement esthétique  à l’œuvre dans l’expérience de l’amateur d’art.


Dire : «  c’est beau », c’est justifier  ainsi une parole artistique, un point de vue particulier à l’œuvre dans le monde.


L’objet d’art acquiert  immédiatement  une dimension politique  dès lors qu’il ouvre sur un univers commun.


Toute œuvre authentique est d’emblée politique .


Il y a une esthétique de la politique, comme il y a nécessairement  une certaine politique de l’art.
Il faudrait  toujours s‘en souvenir .

 

Pierre Givodan

Chroniques intempestives

copyright Art Point France

 

voir aussi : le site personnel de Pierre Givodan

Partager cet article

Repost 0

commentaires