Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 10:41

du 26 septembre 2008 - au 1er  février 2009


Tate Modern, Londres.


Rothko


Le long chemin de la vie de Rothko.

On fait l'hypothèse que tout le monde connaît la phrase de Rothko :  "J'en suis arrivé à penser qu'aucun tableau ne devrait être exposé  dans un lieu public". L'idée a germé dans son esprit à partir de la production de toiles  monumentales destinées initialement au restaurant "Four Seasons" situé  au rez-de-chaussée de la tour "Seagram" (Manhattan, New-York). Rothko  renonce à cet accord et donne à la fin des années 1960 neuf des  peintures à la Tate (visibles à ce jour à Londres). Les peintures  arrivent en Angleterre dans la matinée du suicide du peintre américain  (1970).

Cela dit le contenu "historique" de cette oeuvre dans son ensemble  (ses ramifications, son aura) pose à la conscience une question  centrale : celle du sens de la vie. Mais pas de n'importe laquelle  évidemment. Plutôt celle qui est à la racine du mouvement de créer,  dans la mesure où l'artiste "referme" une contradiction : quelque  chose de capital et que toutes ses impulsions manifestent.

Considérons les oeuvres montrées là, des fonds bruns, des masses  noires, rectangles roses, formes comme des anomalies de fenêtres,  portes essentielles (vivantes?). Principes d'un dynamisme orienté vers  une force embrassant le souvenir (mais lequel?). Unité de rouges(s) et  de noir(s) fondus librement. Spéculation selon nous, sans doute  difficile à supporter, sur l'ici (le devenir, son existence) et puis  les opposés (immanents, transcendants). Et la solution (laquelle?).

Un sujet est donc vivant (le peintre) pour autant qu'il referme sa  contradiction possédée dans l'oeuvre, l'affirme, avec ses  déterminations opposées (le blanc et le noir par exemple). Puis "sa vérité" montrée se supprime. Et l'on conservera cette perte,  cet anéantissement en mémoire. On s'en réjouira dans la langue de  l'art en contemplant même les plus beaux tableaux.

PG



informations pratiques :

Du dimanche au jeudi de 10h. à 18h. 
Les vendredi et samedi de  10h. à 22h.

voir aussi : le site de la Tate Modern


Pierre Givodan

Chroniques intempestives

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires