Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 07:58

du 5 mai au 18 juin 2006

 

Villa Tamaris-Pacha, La Seyne-sur-mer

 
 Jean le Gac
 

L’histoire de la Villa Tamaris, devenue sous la direction de Robert Bonaccorsi, un centre d’art contemporain, est déjà presque un roman illustré : elle mêle l’architecture mondaine de la Côte d’azur qui s’invente là, dans un décor qui suggère le voyage, avec son Grand Hôtel, son Casino, ses villas orientales, ses somptueux jardins plantés de palmiers et de plantes rares, à une histoire rocambolesque brassant toute une population de belles femmes oisives et de richissimes aventuriers revenant d’un lointain Orient… comme dans les romans populaires que Jean Le Gac affectionne particulièrement et dans lesquels il puisera ses motifs pour camper un autre récit, et d’ainsi offrir au « Peintre », personnage fictif, les divertissements dignes d’un Pacha, que décrit avec minutie le texte de Robert Bonaccorsi dans le catalogue de l'exposition.  Une manière, dit-il de « rentrer et sortir librement de l’image ». Ces images, disponibles, libres de droit, font partie de notre patrimoine et imaginaire collectif, il les pille, les dessine, les utilise, et ainsi les anoblit : « Il me semble maintenant que j’ai largement influencé tous ces illustrateurs d’autrefois, ces photographes de plateau de cinéma muet que j’ai copiés. Les originaux sont de mon côté ».

 

le catalogue :

Jean Le Gac et Robert Bonaccorsi

Villa Tamaris Pacha

Coédition Les Pérégrines, Le Temps qu'il fait. Texte et peinture.
128 reproductions couleur des œuvres de Jean Le Gac

160 pages 16,5 x 23 cm 32€ àparaître le 16/06/2006

 

Jean Le Gac

Passionné de littérature, il en vient à proposer, d’abord dans de modestes cahiers juxtaposant photos et textes également allusifs, le récit des faits et gestes d’un peintre anonyme : ce matériel narratif l’autorise à se définir comme "artiste-peintre", projetant ses problèmes, ses doutes et ses humeurs sur son double. Depuis 1981, il reproduit avec les techniques traditionnelles (fusain, pastels) des illustrations empruntées à la littérature populaire, qui permettent à son personnage de vivre de nouvelles aventures, toutes également stéréotypées, et complète ses images par des objets (machine à écrire, appareil photo, projecteur de cinéma) évocateurs d’une mise en scène ou d’une fiction qui n’en finit pas de mettre en abîme ses procédés: l’œuvre de Le Gac s’élabore sur l’absence d’œuvre de son héros..

 

Robert Bonnacorsi

En 1983, il  fonde le Centre d’Etudes sur la Littérature Populaire, et devient rédacteur en chef de la revue Cahiers pour La Littérature Populaire. En 1985, il crée le festival de jazz du Fort Napoléon à La Seyne-sur-Mer dont il assure toujours la direction artistique. Il est également à l’origine du label associatif consacré au jazz « Celp Musique ».
En tant que directeur du Service des Affaires Culturelles de la Seyne-sur-Mer, il a contribué à la naissance et au développement d’une politique théâtrale fondée sur la création, la défense du spectacle vivant, le cirque contemporain et les arts de la rue. Il a également mis en œuvre la galerie d’art contemporain La Tête d’Obsidienne, dont il a assuré la direction artistique de 1996 à 2004.
Actuellement, il est directeur du centre d’art de la Villa Tamaris. Dans ce cadre, il a assuré le commissariat de nombreuses expositions autour de la Figuration Narrative.

 
Bibliographie :

Jean Le Gac Je t'écris
Ed. Jannink 2004
texte de J. Le Gac et oeuvre originale
voir l'ouvrage (achetez avec Art Point France)

 

voir aussi : le site des éditions Le Temps qu'il fait, notre dossier Jean Le Gac

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article

commentaires