Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 09:08
peintures, oeuvres sur papier, livres


du 21 septembre au 31 octobre 2007


galerie Remarque - Trans-en-Provence (83)
 

hollan7.jpgLe privilège du galeriste est d'entrer dans l'atelier du peintre. Il s'engage alors au côté de l'artiste  sur la route du processus créatif, à l'écoute des commentaires, explications, confidences,  spectateur attentif des remoux qui naissent des évolutions.



Alors que le monde change, le galeriste demeure celui qui regarde,  écoute, transmet... 

 

hollan1.jpgStéphanie Ferrat  et Jean-Pierre Sintive "ne montent  jamais" une exposition sans avoir "visité" l'artiste dans son lieu de  travail. Subjugué par Alexandre Hollan, Sintive me confie "Il faut l'avoir rencontré au moins une fois dans sa vie". 


L'invitation est pressante. Hollan sera à la galerie Remarque  le 21 septembre,  jour du vernissage à partir de 18h. A ses côtés, le temps d'une lecture la poètesse canadienne Louise Warren, intime du travail du peintre dira ses textes.

 

hollan2.jpgCar le poète est aussi un familier de l'atelier. 


Quand Yves Bonnefoy a pénétré le territoire de l'oeuvre intense et raffinée de Hollan, il s'en est suivi un petit livre "L'après-midi d'Alexandre Hollan". Paru en 1995, il a grandement participé à la découverte du peintre d'origine hongroise dont l'univers plastique impressionnant  est nourri d'un affrontement quotidien avec les mystères du visible.  

Ils sont plusieurs à percevoir la dimension quasi-mystique de l'oeuvre de Hollan. Ainsi Michel Nuridsany (Extrait du catalogue du Musée Vasarely à Budapest) :



"Il y a là une lenteur fascinante, moment suspendu dans la vacance de toute dynamique. Où rien ne paraît fixé. Ouverte à la lumière, même au plus profond de l'obscur, la peinture d'Alexandre Hollan se livre à l'énigme, en attente de l'apparition. Alors le silence se répand et c'est l'épiphanie. " 

 

 

hollan6.jpgYves Bonnefoy à nouveau  (Extrait du "L'arbre, le signe, la foudre") :  



" ... L'arbre que dessine Hollan attend la foudre. Ces yeux savent percevoir, sous l'apparente continuité de l'écorce, des branches, du feuillage - ces perceptions que les mots suggèrent -, les mille failles qui communiquent avec la véritable substance, laquelle n'est pas la matière, infiniment divisible, mais l'Un, mais l'expérience de l'Un... "

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article

commentaires