Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 07:42
du 7 septembre au  12 octobre 2007


galerie Sollertis, Toulouse
 

20 ans déjà !

La galerie Sollertis fête ses 20 ans. En 1987, Brice Fauché  inaugurait l'espace d'exposition de la rue des Régans à Toulouse.  Avec plus de 180 expositions et une participation active dans les  foires internationales, la galerie Sollertis s'est forgée une place  sur la scène de l'Art Contemporain. A l'occasion de ce vingtième  anniversaire, 20 artistes investiront la galerie. Entre érotisme et voyeurisme Madeleine Berkhemer et Pierre Molinier ouvrent  la suite des dix expositions prévues par la galerie.


sollertis2.jpgMadeleine Berkhemer

Le corps, le fragment, le découpage, l’assemblage sont au cœur du travail de Madeleine Berkhemer quelles que soient les disciplines envisagées. L’artiste s’attache souvent aux jambes féminines gainées de collants, cet accessoire qui a désormais remplacé l’objet du fantasme numéro un chez les hommes : le porte-jarretelles. Que ce soit pour son défilé de fin d’études, ses photographies ou ses installations, le collant se fait matériau de création. Il peut devenir l’écrin raffiné d’un buste, d’une jambe ou d’objets hétéroclites, couvrir la peau ou au contraire envahir l’espace tel un fantasque mobile. Mais il renvoie toujours au corps comme lieu de passage. De l’interne à l’externe, du désir au dégoût, la frontière est mince et l’artiste se plaît à déjouer les attentes et à contraindre le regard. Ses œuvres provoquent souvent chez le spectateur une hésitation entre gêne et fascination. « Un art sans connotation sexuelle n’a pas de raison d’exister. Je travaille à partir de nombreux sujets qui m’intéressent, donc mes œuvres doivent taquiner, plaire et faire souffrir, et arriver aussi à ce que le spectateur se sente coupable ! » Madeleine Berkhemer utilise aujourd’hui le petit cube de la boîte de collant comme support pour ses dessins. Elle explore toujours l’image du corps, un corps décomposé dont les différentes parties créent de nouvelles formes et où le visage reste singulièrement absent. Le thème de la jambe revient beaucoup : jambes dénudées, jambes démultipliées et évidemment jambes recouvertes de collants. Sur ces assemblages de membres s’incrustent quelques perles et pierreries qui attirent le regard là où nous préférerions le détourner. Jambes, collants et bijoux s’unissent en l’évocation de la sensualité et du luxe, interrogeant le voyeurisme au masculin et ses cristallisations et contrastant singulièrement avec la fragilité et l’indigence du matériau employé. C’est dans cet intervalle entre érotisme et voyeurisme, préciosité et trivialité que Madeleine Berkhemer nous convie dans l’exploration des obsessions contemporaines.





sollertis1.jpgPierre Molinier

«Notre mission sur Terre est de transformer le monde en immense bordel»
Peintre, photographe, fétichiste de la jambe et du talon aiguille, volontairement provocateur, mais véritablement singulier, Pierre Molinier s’est créé un univers dont il est le grand chaman. Un monde de velours noirs, de lourdes tentures et de miroirs dans lesquels se reflètent ses créatures et ses fantasmes. Né avec le siècle, il en aura très tôt exploré les mutations et obsessions fondamentales. Ses tableaux figurent des étreintes contre nature, des enroulements lascifs de succubes pourvus de sexes masculins et des scènes de fellations entre vouivres. Ses photographies subliment ses perversions et exhibent son narcissisme dans des scènes fantasmatiques et onanistes. L’artiste fétichise le corps en même temps qu’il l’explore. Il fait de lui son modèle de prédilection à travers des représentations érotiques sondant les frontières qui séparent l’homme et la femme, renouant ainsi avec les mythes anciens. Pierre Molinier sème le doute. Son œuvre est faite du passage des genres, et surtout de leur confusion : du masculin au féminin, du féminin au masculin, et de moments où les deux sexes ne se distinguent plus et se fondent en un troisième. L’érotisme devient sacré, inquiétant et fascinant. À l’image de sa mort, l’art devient rituel et médium par lequel le corps humain se remodèle et se transcende. Si le corps est depuis longtemps contredit et bouleversé par les artistes, Molinier ouvre, dès les années 1950, une brèche délibérément plus radicale qui marquera durablement la manière d’envisager le corps humain à travers toutes les disciplines. Entre magie et érotisme, l’œuvre de Pierre Molinier incarne un amour fou envers une beauté convulsive et surréaliste. Au-delà de ses idiosyncrasies scandaleuses et déroutantes, Molinier demeure un génie incongru et un grand magicien de la chambre noire.

 

informations pratiques : 


Vernissage le vendredi 7 septembre 2007 de 18h30 à 21h


Galerie Sollertis  12 rue des Régans F 31000 Toulouse
Tél : 33 (0)5 61554332  
email : sollertis@sollertis.com
Brice Fauché : +33663535886


À  venir
20 ans déjà !
Paul Armand Gette / Niele Toroni 14/10/07 – 11/11/07
Roland Fischer / Xing Danwen 14/11/07 – 15/12/07
Olivier Mosset / Morgane Tschiember janvier 2008
Yvan Salomone / Rudy Ricciotti 11/02/08 – 09/03/08
Katia Bourdarel / Gilles Barbier 12/03/08 – 10/04/08
 
voir aussi : le site de la galerie Sollertis

Partager cet article

Repost 0
Published by Art Point France - dans Sud Est : expositions
commenter cet article

commentaires

MOLINIER-INFOS 27/09/2010 15:36



Attention ! L'adresse du site Internet MOLINIER-INFOS vient de changer.


Depuis 2001, MOLINIER-INFOS était hébergé par iFRANCE. Malheureusement, ces derniers mois, il est devenu impossible d'accéder à ce serveur et donc de mettre à jour le site. Il a fallu procéder à
une migration vers un hébergeur plus fiable : il s'agit de VOILA, géré par France Télécom.


La nouvelle adresse est la suivante :


http://molinier-infos.voila.net


Merci de bien vouloir en prendre note et corriger éventuellement les liens qui pourraient se trouver sur vos propres sites, en particulier sur la page suivante :


http://www.artpointfrance.info/article-12168662.html